Obrazy na stronie
PDF
ePub

M A T U RI N.

Μ Α Τ

Qui ? moi ?
L E MARQUIS (À Dignant.)

Non, vous, vous dis-je.

SCENE I

LE MARQUIS Sur le devant, DIGNANI

!!! fond.

L E NI Å RIU I S. JE

E vois d'où part l'attentât qui m'aillige. Le chevalier m'avait presque promis De se porter à des coups si hardis. Il croit au fond que cette gentilicile Eft pardonnable au feu de la jeunesse. Il ne fait pas combien j'en suis choqué, A quel excès ce fou là m'a manqué, Jusqu'à quel point son procédé n'offense. Il deshonore , il trahit l'innocence ; Il perd Acante : & pour percer mon cæur , Je n'ai passé que pour fon raviffeur ! Un étourdi, que la débauche anime , Me fait porter la peine de son crime !

Voil

Dd 4

Voilà le prix de mon affection
Pour un parent indigne de mai nom !
Il est paitri des vices de son père ,
Il a les traits, fes curs, fon caractère ;
Il périra malheureux comme lui.
Je le renonce, & je veux qu'aujourd'hui .
Il soit puni de tant d'extravagance.

DIG N AN T.

Puis-je en tremblant prendre ici la licence
De vous parler ?

MAR QUI S.

Sans doute, tu le peux : Parle 1101 d'elle.

DI G R A N T.

A transport douloureux Où vôtre cour dovant moi s'abandonne, Je ne reconnais plus vôtre personne. Vous avez la ce qu'on vous a porté, Ce gros paquet qu'on vous a présenté ? ...

MARCU I S. El non ami! suis-je en état de lire ?

La

DIGNANT

tous me faites fréruir.

LE

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Comment!.. j'ai cru que c'était un mémoira De mes forets.

DIG Ν Α Ν Τ.

Hélas! vous deviez croire Que cet écrit était intéressant.

[ocr errors]

Eh lisons vite. Une table à l'inítant;
Aprochez donc cette table.

DIG NA N T.

Al nion naître! Qu'aura-t-on fait, & qu’allez-vous connaitre ?

[ocr errors]

LE MARQUIS (assis examine le paquet.)

Mais ce paquet qui n'est

pas

à mon non Elt cacheté des sceaux de ma maison?

DIG N A N T.

Oui,

L E MARQUI$

Lisons donc.

DIGNAN T.

Cet étrange myftere
En d'autre teinis aurait de quoi vous plaire ,
Mais à présent il devient bien affreux.

LE MARQUIS (lisant.)
Je ne vois rien jusqu'ici que d'heureux.
Je vois d'abord que le ciel la fit naître
D'un sang illustre : & cela devait être.
Oui, plus je lis, plus je bénis les cieux.
Quoi! Laure a mis ce dépot précieux
Entre vos mains! quoi! Laure est donc fa mère ?
Mais pourquoi donc lui serviez-vous de père?
Indignement pourquoi la marier?

DIGNANT.

J'en avais l'ordre, & j'ai dû vous prier
En fa faveur.

UN

UN DOMESTIQU E.

En ce moment Dormene Arrive ici, tremblante, hors d'haleine, Fondant en pleurs : elle veut vous parler.

LE

MARQUIS.

Ah ! c'est à moi de l'aller consoler.

SCE NE V.

LE MARQUIS, DIGNANT, DOMENE. .

LE MARQUIS ( à Dorrièrie qui eritre.)

P Ardonnez moi, j'allais chez vous, Madame,

Mettre à vos pieds le courroux qui n'enflame.
Acante - à peine encor entré chez moi
J'attendais peu l'honneur que je reçoi.
Une avanture affez desagréable
Me trouble un peu.—Que Gernance est coupable?

D O R M E N E.

De tous mes biens il me reste l'honneur ,
Et je ne doutais pas qu'un si grand cæur
Ne respectat le malheur qui ni opprime ,
Et d'un parent ne détestat le crime.

Je

« PoprzedniaDalej »