Obrazy na stronie
PDF
ePub

les plus horribles catastrophes. Il y avait de ces asyles chez les anciens, comme parmi nous. La Calprenède fait retrouver Statira dans un puits ; ne vaut-il pas mieux la retrouver dans un temple?

Quant à la confession de ses fautes dans les cérémonies de la religion, elle est de la plus haute antiquité, & eft cxpreílément ordonnée par les loix de Zoroastre, qu'on trouve dans le Sadder. Les initiés n'étaient point admis aux mystères sans avoir exposé le secret de leurs cours en présence de l'être fupreme. S'il y a quelque chose qui console les hommes sur la terre, c'est de pouvoir être réconcilié avec le ciel, & avec soi-même. En un mot, on a tâché de représenter ici ce que les malheurs des grands de la terre ont jamais eu de plus terrible, & ce que la religion ancienne a jamais eu de plus confolant & de plus augufte. Si ces mæurs, ces usages ont quelque conformité avec les nôtres , ils doivent porter plus de terreur & de pitié dans nos ames.

Il y a quelquefois dans le cloître, je ne fais quoi d'attendrillant & d'auguste. La comparaison que fait secrettement le lecteur entre le silence de ces retraites & le tumulte du monde, entre la pieté paisible qu'on suppose y régner & les discordes sanglantes qui désolent la terre, émeut & transporte une ame vertueuse & fenfible.

ACTE II I.

SCENE II.

Les intrigues des cours, les cris des factions, N'ont point encor troublé nos retraites obscures.

(C'est l'Hierophante qui parle.)

CE

Et exemple d'un prêtre qui se renferme

dans les bornes de son ministère de paix, nous a paru d'une très-grande utilité, & il ferait à souhaiter qu'on ne les représentât jamais autrement sur un théatre public qui doit étre l'école des mœurs. Il est vrai qu'un personnage qui se borne à prier le ciel, & à enseigner la vertu, n'est pas affez agissant pour la Icene; mais aussi il ne doit pas être au nonbre des personnages dont les passions font mouvoir la piéce. Les héros emportés par leurs passions agiflent, & un grand-prêtre instruit. Ce mélange heureusement employé par des mains plus habiles pourra faire un jour un grand effet sur le théatre.

On ose dire que le grand-prêtre Joad dans la tragédie d'Athalie semble s'éloigner trop de ce caractère de douceur & d'impartialité qui doit faire l'essence de fon ministère. On pourrait l'accuser d'un fanatisme trop féroce, lorfque rencontrant Mathan en conférence avec

Josa

Josabeth, au licu de s'adresser à Mathan avec la bienséance convenable, il s'écrie:

95

[ocr errors]

,, Quoi! fille de David , vous parlez ce traître !
Vous souffrez qu'il vous parle ! & vous ne craigniez pas
Quie du fond de l'abîme entr'ouvert sous ses pas ,
Il ne forte à l'instant des feux qui vous embrasent,
Ou qu'en tombant sur lui ces murs ne vous écrafent!
Que venli-il ? De quel fronc cet ennemi de Dieu
Vient-il infecter l'air qu'on respire en ce lieu ? “

Mathan semble lui répondre très-pertinenment en disant,

52

[ocr errors]

On reconnait Joad à cette violence; Toutefois il devrait montier plus de prudence ; » Respectez une Reine &c.

On ne voit pas non plus pour quelle raison Joad ou Jojada s'obstine à ne vouloir pas que la Reine Athalie adopte le petit Joas. El le dit en propres termes à cet enfant, Je n'ai point d'héritier, je prétens vous traiter comme mon propre fils.

Athalie n'avait certainement alors aucun intérêt à faire tuer Joas. Elle pouvait lui fer-. vir de mère, & lui laisser son petit Royaume. Il est très-naturel qu'une vieille femme s'intéreffe au seul rejetton de sa famille. Athalie en effet était dans la décrépitude de l'age. Les Paraliponiènes disent que son fils Ochosias ou Achazia avait quarante-deux ans quand il fut déclaré Melk, ou Roitelet. Il régna environ un an. Sa mère Adhalie lui survécut fix ans. Suppofonis qu'elle fût mariée à quinze ans; il

eft

est clair qu'elle avait au moins foixante-quatre ans. Il y a bien plus. Il est dit dans le quatriéme livre des Rois que Jéhu égorgea quarante-deux frères d'Ochosias, & cet Ochofias était le cadet de tous ses frères. A ce compte, pour peu qu'un des quarante-deux frères eût été majeur, Athalie devait être agée de cent-fix ans, quand le prêtre Joad la fit af(affiner. (*)

Je n'examine point ici comment le père d'Ochosias pouvait avoir quarante ans, & fon fils quarante-deux quand il lui fuccéda. Je n'éxamine que la tragédie. Je demande seulement de quel droit le prêtre soad arme ses Lévites contre la Reine à laquelle il a fait serment de fidélité ? De quel droit trompe-t-il Athalie en lui promettant un trésor ? De quel droit fait-il . maifacrer fa Reine dans la plus extrême vieilleile ?

Athalie n'était certainement pas si coupable que Jéhu qui avoit fait mourir foixante & dix

fils

15. 42.

(*) Voici le compte :

Athalie se marie à 15. ans
Elle a quarante-deux fils
Ochosias le quarante-troisiéme cominence

à régner à 42. ans
Il régne un an
Athalie régne après lui 6. ans

[merged small][ocr errors][merged small]
[blocks in formation]

fils du Roi Achab, & mis leurs têtes dans des corbeilles, à ce que dit le quatriéme livre des Rois. Le même livre rapporte qu'il fit exterminer tous les amis d'Achab, tous ses courtisans & tous ses prêtres.

Cette Reine avait à la vérité usé de repréfailles. Mais appartenait-il à Joad de conspirer contre elle & de la tuer ? Il était son sujet : & certainement dans nos mours & dans nos loix il n'est pas plus permis à Joad de faire affassiner sa Reine, qu'il n'eût été permis à l'archevêque de Cantorbéry d'affassiner Elisabeth, parce qu'elle avait fait condamner Marie Stuard.

Il eût falu, pour qu'un tel assassinat ne révoltât pas tous les esprits, que Dieu , qui est le maître de notre vie & des moyens de nous l'ôter, fût descendu lui-même sur la terre d'une manière visible & sensible, & qu'il eût ordonné ce meurtre; or c'est certainement ce qu'il n'a pas fait. Il n'est pas dit même que Joad ait consulté le Seigneur, ni qu'il lui ait fait la moindre prière avant de mettre fa Reine à mort. L'Ecriture dit seulement qu'il conspira avec ses Lévites , qu'il leur donna des lances, & qu'il fit assassiner Athalie à la porte aux chevaux , sans dire que le Seigneur approuvat cette conduite.

N'est-il donc pas clạir , après cette exposition, que le rôle & le caractère de Joad dans Athalie , peuvent être du plus mauvais exemple, s'ils n'excitent pas la plus violente indignation ?

Car

« PoprzedniaDalej »