Obrazy na stronie
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

Arrêtez! - O faint temple! Ô Dieu juíte & vengeur ! Dans quel palais profane a-t-on vû plus d'horreur !

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

DESARRON

SD

REMARQUES

A L'OCCASION
D'OLIMP I E.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

Savo on les ans, chez attie

Il est difricile de savoir chez quelle nationz on inventa ces mystères. On les trouve établis chez les Perfes, chez les Indiens, chez les Egyptiens, chez les Grecs. Il n'y a peut-être point d'établissement plus fage. La plupart des hommes quand ils font tombés dans de grands crimes, en ont naturellement des remords. Les législateurs qui établirent les myftères & les expiations, voulurent également empêcher les coupables repentans de se livrer au désespoir, & de retomber dans leurs crimes.

La créance de l'imniortalité de l'ame était partout le fondement de ces cérémonies religieuses. Soit que la doctrine de la métempiychose fût admise, soit qu’on reçût celle de la réunion de l'esprit humain à l'esprit universel ; soit que l'on crût, comme en Egypte, que l'ame ferait un jour rejointe à son propre corps; en un mot, quelle que fût l'opinion dominante, celle des peines & des récompenses après la mort était universelle chez toutes les nations policées.

Il est vrai que les Juifs ne connurent point ces mystères , quoiqu'ils eussent pris beaucoup de cérémonies des Égyptiens. La raison en eft que l'immortalité de l'ame était le fondement de la doctrine Egyptienne, & n'était pas celui de la doctrine Mosaïque. Le peuple groilier des Juifs, auquel Dieu daignait le proportionner, n'avait même aucun corps de doctrine : il n'avait pas une seule formule de prière générale établie par ses loix. On ne trouve ni dans le Deuteronomų, ni dans le Lévitique ,

[ocr errors]
[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »