Obrazy na stronie
PDF
ePub
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

CASSANDRE, fils d’Antipatre, Roi de Macédoine,
ANTIGONE, Roi d'une partie de l’Asie.
STATIRA, veuve d'Aléxandre.
OLIMPIE, fille d'Alexandre & de Statira.
L'HIEROPHANTE, ou Grand - Prêtre , qui prési-

de à la célébration des grands mystères.
SOSTENE, Officier de Cassandre.
HERMAS, Officier d'Antigone.
Prêtres.
Initiés.
Prêtreffes.
Soldats.
Peuple.

La Scène est dans le temple d' Ephese, Pon célèbre les grands mystères. Le Théatre représente le temple , le ristile , 3 la place qui conduit ant temple.

OLIMPIE,

TRA G É DI E.

А СТЕ І.

SCE N E I.

Le fond du tlréatre représente un temple dont les trois pora

tes feinecs fornt ornées de larges pilastres : les deux ailes forment 1132 vejte péristile. SOSTENE est dans le péristile ; le grande porte s'ouvre ; CASSANDRE troublé e agité vient à liii. La grande porte se referine,

CASSANDRE.

Soltene,

Ostèrie va finir ces miftères terribles. Caffandre espère enfin des Dieux moins inflexibles. Mes jours seront plus purs, & mes fens moins troublés.

Je respire.

SOS T E N E.

Seigneur, près d'Ephese affemblés, Les guerriers qui fervaient sous le Roi vôtre père , Ont fait entre mes mains le ferment ordinaire, Déja la Macédoine a reconnu vos loix. De ses deux protecteurs Ephèse a fait le choix. Cet honneur qu'avec vous Antigone partage, Est de vos grands destins un auguste présage. Ce règne qui commence à l'ombre des autels, Sera béni des Dieux & chéri des mortels. Ce nom d'Initié, qu'on révère & qu'on aime , Ajoute un nouveau lustre à la grandeur suprême. Paraissez.

CASSA NDR E.

Je ne puis : tes yeux seront témoins De mes premiers devoirs & de mes premiers soins. Demeure en ces parvis. - Nos augustes prêtresses Présentent Olimpie aux autels des Déesses. Elle expie en secret , remise entre leurs bras, Mes malheureux forfaits qu'elle ne connait pas. D'aujourd'hui je commence une nouvelle vie. Puisses - tu pour jamais, chère & tendre Olimpie, Ignorer ce grand crime avec peine effacé , Et quel fang ta fait naître, & quel fang j'ai verfé!

SO S T E N E. Quoi! Seigneur, une enfant vers l'Euphrate cilevée,

Jadis par votre père à servir réservée ,
Sur qui vous étendiez tant de soins généreux ,
Pourrait jetter Caflandre en ces troubles affreux!

CA S S A N D R E.
Respecte cette esclave à qui tout doit hommage.
Du fort qui l'avilit je répare l’outrage.
Mon père eut fes raisons pour lui cacher le rang
Que devait lui donner la splendeur de son sang.
Que dis-je ? Ô souvenir ! ô tems ! Ô jour de crimes !
Il la comptait , Sostène, au nombre des victimes
Qu'il immolait alors à notre sûreté.
Nourri dans le carnage & dans la cruauté,
Seul je pris pitié d'elle, & je fléchis mon père:
Seul je fauvai la fille, ayant frappé la mère.
Elle ignora toujours mon crime & ma fureur.
Olimpie! à jamais conserve ton erreur !
Tu chéris dans Caffandre un bienfaicteur, un maître ;
Tu me détesteras, si tu peux te connaître.

SO S T E N E.

Je ne pénètre point ces étonnants secrets ,
Et ne viens vous parler que de vos intérêts.
Seigneur, de tous ces Rois que nous voyons prétendre
Avec tant de fureurs au trône d'Aléxandre,
L'inflexible Antigone est seul vôtre allié....

[ocr errors]

J'ai toujours avec lui respecté l'amitié,

« PoprzedniaDalej »