Obrazy na stronie
PDF
ePub
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

animail ces grands évêques , ies successeurs immé- A question embarrasse le nouveau critique, et il n'a
Jials des apolres.

pas trouvé de meilleurs moy n de se lirer d'affaire
Les autres raisons qu'il allègue pour la combattre qu'en ravissant à ce poulife et l'honneur de la sain.
ne sont pas meilleures. Celle leiire, dit-il encore , lelé, et la gloire di inirtyre. Il l. fail contre le lé.
commence par des lambeaux des lellres de saint Léon, moignage de toute l'antiquité, et contre l'autorité de
el le resle n'est qu'un lissu de pissages lirés de la se- l'Eglise universelle. Mais l'une et l'autre ont délir.
code Epitre de saiPaul aux Corinthiens. Quoi miné les plus sav.ilits critiques de ces derniers siècles
conc! les expressions les plus pures de l'Esprit de (Vide Buron, ad an. 525 et 525) à rejeler unanime-
Dien scronl-elles indignes d'être employées dans les ine lle témoirnage l'Anaslase, pour embrasser celui
lelires des sainis pontifes, les sucresseurs des apôtres de saint Grégoire de Tours. Et quoique M. Baillet,
el du gran I saint Léon? Noul-il pas toujours affecté dont l'exame" est des plus sévères, y trouve (281)
de s'expr mer dans les mêmes termes que ces gran Is de la difficulté, cependant, après avoir comparé le
hommes avaient fait? Pouraient ils on choisir de sen'iment de saint Grégoire , suivi par le cardinal
plus propres, de plus énergiques, et qui eussent plus Baronius, avec clui (l'Anastase, et exposé simples
d'autrité et plus de force pour convaincre , pour men ce qui pourrait faire rejeler le pri mier pour
persuader ? Les réflexions de ce critique iraient à embrasser le second , il conclut en favor du sa ot
faire rejter toutes les lellres les plus certaines des poncile, et s'en explique : in i (.). Bail. Vie de saini
papes, où nous trouvons parioui ces mêmes expres- Jean, P., 17, mai) : Mais d'un sulre côie, die il,
sions employées. M.iis (282) enlin, dira l-il, la date l'événement et les suites de l'ambassade semble-
et manilesiement fausse. Elle est datée sous le

B

raient faire juger qu'Anastas-, qui ne vivait que 500
consulat de Maxime et d'Olibrius : le premier écail ans après noire siint, aurait pu avoir été mal io.
consul en 523 et l'autre en 526, et ils ne l'ont ja- formé lorsqu'il a cru que l'empereur Justin arai
mais été tous deux ensemble. J'avou! que celle rend., aux ariens, par tout l'empire, les églises qu'il
objection parait mieux fondée que loutes les autres : leur avait ôlées , suivant l'avis de notre saint pape
mais elle n'aura pas plus de solidité lorsqu'on aura et des autres ambassadeurs romains. , Et nonobstant
découvert l'origine de l'erreur. Ce pape a écrit deux ce Juule, ii linit ainsi sa narration : « Lorsque le pape
lettres : l'une à l'évêque Zacharic, peu de mois après arriva en Italie de son ambassade de Constantinople,
sov: élection, au mois d'olobre de l'année 523 et el qu'il se dispos..it à venir rendre comple au roi
dalé : du co:asmat de Maxinic; l'autre dans sa prison de sa négociation, ce prince l'envoya prendre et le
au mois de mai 526, daiée sous le con ulat d'Oli- lit conduire dans les prisons de Ravenne; il fit aussi
brius. Ceux qui dans la suite o.il copié ci's letres, arrêler les trois ambassadeurs du corps du sénal. La
ne trouvent qu'un consui à chaque date , se sont crainle qu'il eut de faire révoller ouvertement les
imaginés apvaremment que c'était une om ssion, Romains et une partie de l'Italie, qui lendait déjà les
Darce qu'il était d'usage de mellre deus consils à bras à l'empereur, l'empêcha de faire (285) mourir lant
chaque année. Pour réparer ce qu'ils regardaient d'ilusir s prisonniers par l'épée; mais il prit le parti
comme une faute, ils ont joint ces deux consils, et d'une autre cruauté encore plus grande, en leur lai.
des deux différentes dates de ces deux lellres ils lien silil souffrir toutes sortes d'incommodités pour s'en
ont fait qu'une, sans faire réflexion que Maxime et délivrer sans éclat. C'est ainsi que le bienheureus
Olibrius avaient exercé le consulat séparément à pape se vit en peu de jours consumé de faim el de.
Trois ans l'un de l':utre, et sans aucun collègue. C'est C inisères dans celle prison, jusqu'à ce que, succ.m-
ainsi qu'ils ont dité (283) ces deux lelires du consulat ba sous le poids de lant de souffrances, il lut heu-
de Maximie et d'un brius. Ces bévues dc copistes sort rensement affranchi des liens du corps par une mort
si communes, qu; ceux qui sont lant soit peu versés précieise devant Dieu, el alla recevoir de ses mains
dan i l'histoire , el qui ont quelque teinture dis an. la couronne du martyre. !
ciens manuscrits lien siini point surpris, el y su,- M. Baillel reconnáil donc avec toute l'antiquité,
pléent aisément. Quelle raison aurait eu l'Eglise de dans la murt de ce saint pape, des causes de reli-
mellre le pape Jean au rang des saints et des mar- gion, el non pas seulement des vues de politique et
tyrs, s'il l'aviit pas été jelé dans les fers pour avo.r des raisons d'Elal, comme M. Dupin l'a apincéet
soutenu généreusement l'intérêt de Dieu ei de la re- Boëre a ayant été enveloppé dans le même lait el mis
ligion auprès de l'empereur Justin el contre les in- à mort pour la même cause, comme 1011s les historiens
lenlions de Théodo ic? On ne trouve point qu'il ait en conviennent, on ne peut regarder l'un comme
eu quelque autre ocasion de signaler son zèle. La martyr sans accorder à l'autre la même prérogative.

* M. Fleury avoue que Thié doric lil arrêt:r le pape Jean, parce qu'il le crut complice de Boece.
Hist, lom VII, p. 286.

TABLE DES MATIERES"
DE LA PREMIERE PARTIE DE L'HISTOIRE DE BOBCE.

A

se démet de ses Etats en faveur de Théodat, 316. Sa mort

lagique, ibid. L'empereur Justinien la veuge, 317.
Acace, patriarche de Constantinople, reçoit et agit pour Anastase, pape. Ses soins pour procurer la paix de l'E.
faire recevoir l'Enotique de Zénon, 181. Il fait arrêter glise, 159 et siiv,
les légals du pape Félix, 153. Est condamné el excommu- Anastase, empereur, favorise les manichéens, 91. Sa
nié par deux fois, 151, 153. Ses crimes, 181, 182. Est juleti- conduite depuis qu'il fut élevé à l'empire, 160. Ennenu
lie mal à propos par M. Dupin, et reconnu criminel par M. déclaré de l'Eglise, 161. Est frappé de la foudre, 164.
Nicole, 183 el suivantes.

Andronique, prélet de Rome, favorise le crime, 102.
Alaric, gendre de Théodoric, 71. Ses différends avec Argolique, préfet de Rome, 93.
Clovis, sa défaite, 71, 72.

Antioche, théâtre de l'hérésie et du schisme, presque
Albin, faussement accusé par Cyprien, et défendu par détruite par une tempéle et par le feu, 236.
Boëce, 261.

Arigerne (le comie), commissaire contre les magie
Amalaric, ils d'Alaric, est conduit en Espagne après la ciens, 129.
défaile d’Alaric, 73.

Arles, sa résistance, 76. Théodoric lui accorde des
Amalazonte, lille de Théodoric, 31). Ses vertus, ibid. exemp!ions, ibid. Les troupes de Clovis lâcheal de la sur-
Elle gouverne le royaume d'Italie pendant la minorité de prendre el sont repoussées, 123, 76.
son lils Alalaric, ibid. Elle rétablit la mémoire de Boëce Arles (évèques d'), légals-nés du pape dans les Gaules
eld: Symmaqne, 313. Ses égards pour Rusticienne; elle el en Espagne, 140.

' lo los indice revocalur lector ad numeros intra pareatheses ia textu opusculi præcedentis inc'usos. EDIT.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Arélas (saint), gouverneur de Negra, mirtyr, 227. dans le désert de Sublac, 2:2. Il vient à Vérone pour !a

Alalaric, petit-fils de Théodoric. Ti lui succède dans le défense d'Albin el du sénat, accusés par Cyprien, 262, 263.
royaume d'Italie, 313. Sa mort, 316.

Il parle à 'Théodoric avec une extrème liberté pour la dé-
Augustin (saint). Translation de ses reliques de l'ile de fense des accusés, et lui fail connaitre l'injustice de Cy-
Sardaigiie dans l'église de Saint-Pierre-au-Ciel-d'Or de prien, 267, 264. Cyprien 1 accuse d'avoir conspiré contre
Pövie, 319. Boëce, tidèle disciple de saint Augustin, 283. l'Etat, 267. Théodoric le fait arrêter, 275. Le sénal le con-

Avil (sajul), évêque de Vienne, demande à Gondebaud, damne à l'exil, 276, 279. Injustice de cet arrêt, ibid. On
roi de Bourgogne, une conférence avec les évèques ariens, refuse de l'écouter dan ses fails justificatifs, 281. Sa fer-
59. Elle lui est accordée, ibid. Suite de celle conférence, melé et sa palience dans la prison, 282. Il est conduit à
60 et suiv. Sa sainteté éminenle, 63. II offre de faire con Pavie, 280. Ses occupations dans la prison, 282, 290. Il y
firmer la foi catholique par saiul Just, décédé depuis long compose plusieurs ouvrages, ibid. Il est condamné à mort
lemps, ibid. et suiv.

par ordre de Théodoric, 285. Transéré au château de Cala
A vilus (l'empereur), parent de saint Avit de Vienne, et Vince, 293. Il est mis à la questi 1), 298. Il est chargé de
dc Boëce, 58.

plusieurs crimes dont il est justitié, 294, 296 el suiv. Sa

mort, 299. Sa justitication, 301, 302. Sa sépullure, 303.
B

Les lionneurs qu'on lui a rendus en différents temps après
Busile, sénaleur romain, arrêté et convaincu du criine

sa mort, 304 et suiv. Il est justifié par Théodoric ménie,
de magie, 93. S'échappe de la prison déguisé en ermile,

307, 308. Son corps est levé de tre par l'ordre du roi
97. Va tri uver l'évêque d'Amiterne et le trompe. Il entre

Luiiprand, el par Pierre, évêque de Pavie, 321. Premier
dans le monastère de saint Equice, 98. Il y est reconnu et

mausolée qu'on lui dresse, ibid. Tradition constante de
chassé, 99, 100, Revient à Rome et y est brûlé vif, 101.

l'Eglise de Pavie sur les cirroistances de son martyre,

325. Son culle autorisé dans l'E lise, 328. Honneurs qu'on
Basil sque usurpe l'empire d'Orient, 149. Les maux

lui rend comme à un martyr, 325, 327, 328.
qu il fait à l'Eglise, 150. Il est chassé du trône, et Zénon
rétabli, 151. Son supplice, ibid.

Bontė. Différents degrés de bonté dans les créatures,
Bénéfice. Origine des bénéfices ecclésiastiques, 139.

81. Leur bonié n'est joint accidentelle, mais imbiliée
Benoit (saint), ami de Boëce, 241. Le reçoit dans son

dans leur essence, 86. En quoi elle diffère de la bonté de
désert de Sublac, 242.

Dielli, 86, 87.
Buëce. Son portrait et sa naissance, 1, 2. Ses heureuses

Bourgogne. Etendue du royaume de Bourgogne, 56.
dispositions pour la vertu. Il est envoyé à Athènes, 4, 5.

Habité par trois diferents peuples de différentes religions;
Il traduil en latin les meilleurs auteurs grecs; il excelle

leurs mæurs barbares, 55 et 56.
dans la prose et dans les vers, 6. Mort de Flavios Boece,

с
son père, 8. Retour de Séverin Boëce d'Athènes à Rome,
13. enire dans l'alliance de Festus el de Symmaque,

Cabaon défend Tripoli contre Trasamon!, 217. Invoque
ibid. Il est éclaré pa rice; quels élaient ses ancêtres, 14, le Dieu des chrétiens, 218. L'éfai les Vaudales, 19.
15. Son éloignement ues emplois publics, ibid. Il épouse Cal, roi des Lassiens, 223. Il vient à Constantinople
en premières noces Elpis, tille de l'estus, 16. E, secondes recevoir de l'empereur Justin Tiny stiture de ses Eials,
Doces Rusticienne, troisième fille de Symmaque, 20, 21. ibid. Il y reçoit le baptême; il épouse Valérieme et est
Il porle la parole à Théodoric au nom du sénat lors de son renvoyé dans ses Etais avec de riches présents, 221, 225.
entrée dans Rome, 22, 23. Il prononce le panegyrique de Celianus, sénateur romain, commissaire nommé contre
Théodoric pour la première fois, ibid. Et pour la seconde, les magiciens, 96.
213. Il fait un festin magoitique à Théodoric el à ses trou Césaire (saint), évi que d'arles, accusé de félonie, par
pes. Sa modestie dans cette occasion, 21. Théodoric le fait ses ecclésiastiques. Envoyé à Théodoric chargé de chaines,
ma tre du palais et des offices, 23. Ses occupations ord. 129, 130, 137. Il arrive à Ravenne, faii connaitre à Boëce
naires, 30. Il renonce à tous les plaisirs, 31. Son applica son innocence, 131, 132. Il est présenté à Théodoric et
lion continuelle aux affaires et à l'étude, ibid. Ses pre reçu avec beaucoup d'honneur. Théodoric iremble a son
miers ouvrages, 32, 33. Description de sa bibliothèque, entrée, 133. Il lui fait des présents, 134. Le saint les dis-
31. Il s'aconne à l étude de la théologie, et à quelle tin, tribue aux pauvres, 135. Il guérit par sa prière un homme
53. Suites heureuses de ses ouvrages, ibid. Humbles s'n près d'expirer, 135, 135. Il va à Rome à la sollicitation de
liments qu'il a de lui-même et de ses ouvrages, 41. Il

Boëce, 137.Ou lui rend de grands honneurs, 138. Il obtient
excelle dans les mathématiques et dans la musiquo, 50. I!

du pape plusieurs grâces et des règlemerls pour les Eglis
travaille à des hydrauliques et à des cadrans pour le roi ses de sa dépendance, 139, 140.
de Bourgogne, par ordre de Théodoric, 52, 53. Il s'inté Chalcédoine. Con ile de Chalcédoine assemblé contre
resse beauconp à la conversion des Bourguignons, 66, 67. Eutychès, 38. Il condamne celle prop sition d'Eutychès :
Ses prières sout exaucées dans la conversion de Sigis Jésus-Christ est de deux nalures, mais il ne subsiste pas
mond, ibid., 70. Il dissuade Théodoric de déclarer la en deux natures, ibid. Il use de beaucoup de molération
guerre à Clovis, 75. Lui prédit que l'événement n'en sera envers les évêques prévaricateurs, mais dépose Divscore,
pas heureux, ibid. Est ra l é par Théodoric, 76. L'événe patriarche d'Alexandrie, 146. L'empereur Marcien le fait
ineot fait connaitre la sagesse de ses conseils, 77. Ses em recevoir de toutes les Eglises, 115, 116.
plois ordinaires à la cour, 87, 88. Son zèle pour la pureté Clotilde (saiute), nièce de Gondebuud, rése rée pour
de la foi et des mours, 88. Il fait chasser les magiciens de etre l'épouse de Clovis, $8.
Rome, 89, 90 et suis. Il sollicite Théodoric contre les ma Clovis, premier roj chrétien; ses liaisons avec l'héndo-
giciens, obtient des ordres rigoureux qu'il fait exécuter ric; il demande un musicien à Théodoric, 50. Sa puissance
avec beaucoup de vigueur, 94 et suiv. Il est nonimé con redoulable à Théodoric, ibid. Nom propre de la famille de
6011, 107. Il continue ses traités de Philosophie, 107, 108. Clovis, 51. Mésintelligence de Clovis avec Alaric, 71. Il se
Honneurs extraordinaires rendus à son consulat, 110. Son réconcilie avec lui par les soins de Théodoric, ibid: Nou-
désintéressement et sa charité envers les pauvres, 117. velle rupture de Clovis avec Alaric, 72. Il lui déclare la
Ses maximes sur lobligation que les grands ont d'imiter guerre, défait son armée et le lue de sa propre Dain, 73
Jésus-Christ, et en quoi principalement, 118 et suiv. II el suiy.
s'expose pour le soulagement des provinces, el défend Comèle extraordinaire qui parut en 525, 2.7
avec beaucoup de zèle la cause des pauvres en présence Conférences publiques ordinaires à Rome, pe à quelle
de Théodoric, 120, 121. Il fait cesser plusieurs exactions occasion, 40. Elles donnent lieu à Boëre de compo er son
sur le people, 122 Il s'oppose aux entreprises injustes traité des deux natures et d'une personne en Jésus-
des courtisans de Théodoric, 127, 124. II refuse le consu Chrisi, 42.
lat pour la seconde fois, et fait nommer ses deux fils enfants Conférences des évêques catholiques de Bourgogne avec
consuls, 212, 213. Sa magnificence dans celte occasion, les évêques ariens, 61 el su.v. Les héréliques y sout con
ibid. Il'exerce le consulat de ses deux uls avec Symma. fondus, ibid.
que d'une manière très-glorieuse, 216, On leur él ved s Conig sle, favori de Théodo: ic, 123. Ses exactions, ibid.,
stalues dans Rome, 300, 313. Quels furent les enfants de 124. Est accusé par Boëce Jevan Th odoric, 124, 123. i
Hoëce et leurs poms, 212, 213. Il publie sa profession de devient accusaleur de Buëce, 66 et suiv. Voyez Tri-
fui. 185 el suiv. Ses sentiments touchan la persécu:ion de guille.
Doungas, 229 er suiv. Progrès admirables qu'il fail dans la Consolation de la Philosophie, le ilus excellent des ou-
yerlu, 232. Son zèle pour la détense du patrice Pauliu, in vrajes de Boëce, 290. En quel lemus et ou il a é é com-
justement opprimé, ibid. Son zèle pour la défense de la

i osé, 491.
justire et de la foi catholique, 231 et suiv. Il est calomnie Cymériens, nouvellement converlis à la foi, 142.
et disgracié pour la première fois, 235. Il est rappelé à la Cyprien, référendaire de Théodoric, 261 'Son avarice
cour et fail préfet du préloire, 236. Ses Lumbles senli et ses mauvaises qualités; accusateur d'..ju, 262. Est le
Ments dans sa plus grande élévation, 259. Son amour pour principal perséculeur de Boëce, 262 el shiv.
la reiraile, 211. ll cn fail de fréquentes sous saint Benoit Cyrille" i saint) d’Ale: audric. Quelyu s-lines de ses

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

expressions dangereuses loucha:1t le mystère de lincarna ouvrages de Boëre, 145, 144. Veyez aussi la seconde par-
lion, 35, 36.

tie, 28, 29, 30, 45, 44.

Gislic, lis naturel d'Alaric, recongn roi après la défaile
D

de son père, 73. Théodoric le fait mourir, 77.
Decius, séna'cur romain, commissaire contre les magi Gondebaud, roi de Bourgogne, arien, 57, 58. Sa cruauté,
ciens, 96.

ibid. Il prie saint Arit de le réconcilier à l'Eglise. Saiut
Decorutus, assesseur de Buëce. Ses mauvaises qualités, Avil le refuse, el pourquoi, 64, 69. Il meurt dans l'enduro
237, 278.

cissement, ibid. Dissertation sur la réconciliation des bé
Dioscore, patriarche d'Alexandrie, préside au faux con. réliques par l'onction du chirme, qu'il demandait à saint
cile d'Ephèse. Ce qu'il y fail, 143. Esi excommunié et ei'é Avit. Voyez la seconde partie, 78.
à Cangres. 146.

Goths (les) se rendent maitres de l'Italie, 4 et suiv. Leur
Dounoas, juif, s'empare du royaume d'Emair, 226. Sa naturel féroce et barbare, 102, 103.
cruauté contre les chrétiens, 227. Il surprend la ville de

H
Negra, fait mourir saint Arélas, qui en éiait gouverneur,
avec que intinité de chrétiens; est l'auteur des fosses, Hebdomades. Traité des Hebdomades de Boëce, 87. Dif-
227, 228. Est pris pour l'Antechrisl, 229. Est défait par férente explication de ce terme, ibid.
Elesbaon el par les aroupes de Justin, 230, 231.

Hérétiques. Leur caractère, 145. Contenus par la craiole,

se soulèvent dès qu'ils n'ont plus rien à apprélien:ler, ! 18.
E

Excès qu'ils commirent contre Prolérius, 147. Purti béré.
Elpis, première femme de Boëce. Ses qualités, sa mort tique, toujours redoutable dans un Elat, doit être élouté
et son épitaphe, 16, 17,

dans sa naissance, ibid.
Eluruis, faux patriarche d'Alexandrie, exilé par Léon, Hildéric, successeur de Trasamond, 220. Esi fai orable
rétabli par Basilisque, 149.

aux catholiques, ibid. el sitiv. Rappelle les évèques exi-

lés, 221.
Empire romain Elat où il était lors de la naissance de
Boïce, 3, 102, 103.

Ho misdas, pape. Son élection, 112. Son uninn avec
Ennode (saint), évêque de Pavie, écrit à Boëce sur son

Boëcr, qui le sollicite pour la réunion des fglises d'Orient,
consulai, 111. Ce qui se passe entre lui et Boëce, son pa-

ibid. Ses dillicul és sur la réunion, 172, 173 el :u. Est
rent, au sujet d'une maison qui leur appartenail en com-

appelé à Ravenne par Théodoric, 176. Et déterminé d'en-
mu, 115 el suiv. Son apologie pour le pape Symmaque,

voyer à Constantinople une lég lion célèbre pour lerminer
111. Chef d'une célèbre légation du pape Hormisdas à

l'affaire de la réunion, 177. Instruction qu'il donne à ses
l'empereur Anastase, 163.

légals, ibid.
Enolique de Zénon, ce que c'est, 153. Soulève li ule

J
l'Eglise catholique , 154 et suiv.

Ephèse. Brigandage d'Ephèse, 38. Ses sui'es fàcheuses, Jea', archidiacre de Rome, ami particulier de Boëce,
143.

41. Boëce lui adresse plusieurs traités. Estime parlicu-
Epiphane, patr'arche de Constantinople, son res; ect p ur lière de Boëre pour lui, 80. A prie Boëre de répondre
le pape Jeali, 260.

à la difficulté proposée par un manichées sur la bonté de
Equice (sa nt), abbé de grande réputation et d'un fameux l'élre, 81. Il succède au pape Hormisdas, 216. Son zèle
monastère, 08.

pour la gloire de Dieu, ibid. 'Résistance qu'il fait à Théo-
Euphémie (impératrice). Sa pieté el son zèle pour la soi duric dins l'affaire d s ariens, 253. Sa conduite dans celle
catholique, 248, 219.

occasion. Il est envoyé à Constantinople, ibid. Prodiges
Eulario, gendre de Théodoric : ses mauvaises qualités, extraordinaires arrivés au temps de son départ, ibid.
128.

Honneurs extraordinaires qu'on lui end à son entrée à
Eulychès. Ses erreurs louchant l'incarnation du Verbe, Constantinople, 259. Evénements miraculeux qui le ren-
36. Troubles qu'elles excitent, 37. Est condamné dans le dent recominanılable, ibid. Il célèbre l'office de Pâques
concile de Chalcédoine, 58, 143.

dans l'église de Constantinople, selon le rit latin, el y
Eacommunication. Les Eglises d'Orient s'excommunient couronne l'empereur Justin, 259. 960. Son retour en Ita.
l'une l';uire, 159. Quelques-unes e communient le pape

lie. Voyez le secon le partie, 273 et suiv. Il est arrêlé par
saint Léon.

l'ordre de Théodoric, ibid. Sa mort, précieuse aux yeux

de Dieu, ibid., 283 et suiv.
F

Jean, patriarche de Constantinople, zélé catholique,
Félix, successeur du pape Simplice. 154. Il envoie dis

166, 167. Publie 'le concile de Chalced ine, 168. Ira-
lé, als à Zénon, 1,5. Ils sont traités indignemeul, 156. II

vaille avec beaucoup de sag, sse à la réunion de l'Eglise
esc mmuuie le palriarche Acace, 158. Dresse des mi-

d'Orie t avec celle d'Occident, 169, 170 et suiv. Conclut
m ires insiructils sur son allaire. Sa mort, 159.

la réunion, 179. Envoie des présents au pape Hormis-
Félix, prêtre envoyé par le pa e Felix à Constantino-

das, 180.
ple, 157. Il s'échappe de la pri ou, ibid.

Justin, empereur très-catholique, succède à Anastase.
Ferrand, diacre de l'église de Carthage, écrit pour la

Son zèle pour la pureté de la foi et des moeurs, 165. ||
défense des moines de Scythie, 197.

travaille avec zèle à faire cesser le schisme d'Orient,
Feslus, chef du sénal, 13. Ses excellentes qualités, ibid.

168, 170) el suiv. Envoie demander au pape Hormisdas la
Père d'Elpis, première femme de B. ëce, 16.

réunion des Eglises, 172. Il reçoit avec beaucoup d'hon-
Fui (la) et la raison doivent ca prou ir à l'affermisse-

neur le roi des Lassiens et le lient sur les fonts de
ment de la vérité, 80. Di fendue par les écrits de Buëce,

baptême, 225 et suiv. Ses édits contre les hérétiques et
el scellée de son saing. Voyez Beëre.

les magiciens, 247. Il en exceple les ariens en considé
Fulgence (saint). Son origine, sestromiers empl is, 26,

rat on de Théodoric, ibid. Il en fait de nouve us contre
27. Esi présent à l'entrée de Théod ric dans Rome; ses

eux a la sollicitation du pape Jean el de Boëce, 249, 219.
sentiments en celle occasion, 28. Il renonce au monde,

Juslinien (le comie) se déclare contre les moines de

Scythe, 192. Ennemi secret du comle Vilallien, 190.
ivid Il écrit pour la défense de la propo ition des moines

Accusé d'être l'auteur du meurire du comte Vitallien.
le Scythie : Un de la Triuilé a sou leri, 16, 197. Ses trai-
tés de piété adressés à l'roba, 20. Ses sentiments et ses

Charge de sentiment depuis la mort de Vitallien, et prend
écrits louchant la grácu el la prédestination Ses ripouses

la dése se des moines de Scythie, 204, 205 Poursuit à
au rere J.an. Voyez la seconde partie dans l'éclaircisse-

Rome la définition de la roposition: (n de la Trinité a

soufferi, 206. Succède à Justin dans l'empire, el fait dé-
ment sur Fauste de Riez, 258, 261 el suiv.

clarer la proposition catholique.
G

L
Calle (sainte), fille ainée de Symmaque; sa pénitence, L ssiens (les). Ils embrassent la foi de Jésus-Christ, 292.
18, 19.

Léon (emipereur) succède à Marcien, 148. Chasse Elirus
Grudence et Opilion, deux scélérats ennemis de Boëce. d'Alexa idrie, et protége la foi catholique, 149.
Vov Opi'ion, 271.

Lomburds. Etablissement de lour royaume en Italie, 318
Gélase, hapo, se plaint des d'sordres de Rome, 12. Son I's embrassint la fui de Jésus-Christ, 31;9. Piété de ipurs
diicret sur les livres apocryphes. Voyez la seconde partir, rois, ibid. Ils fonılent l'église de Sain -Pierre-au-Cie!.
2:51 el suiv.

d'Or dans Pavie, ibid.
Gerbire, depu's pap', fait des re s à la louange de Luitprund, r. i des Lombards. Sa pité, 319. Sa sépul-
Poice, 226 et su y.

lure, 122. Fail transferer le corns de saint Augustin à l'a-
Germain (saint) de Capoue , chef de la légalion du pape vie, et lever de torre crlui de Boe' e, 3?1.
Ilorinis las Oijeni, 177.
Gilbini de la l'orrée. Ses différents commentaires sur les

Lyon, capitale du royaume de Bourgogne, 5). Les évé-
ques s'y assemblent pour la filc de Saint-Just, ibid.

[ocr errors]

M

Sigismond, roi de Bourgogne. Sa conversion, 70. Ses
Magiciens (les) chassés de Rome, 94. Quel jues séna vertus, ibid. Sa pénitence et sa mort, 71.
seurs accusés de magie arrétés. Leur prorés, 93 et suiv.

Sirmond (le P.), savant jésuite, donne au public les
Manichéens chassés de Rome, 91. Leurs livres et leurs

mémoires laissés par le pape Félix, 159, Ses poles sur
simulacres brillés publiquement, ibid.

Ennode, 40, 216.
Mesures. Poids et mesures réformés par Bo“ ce, 49. Sen-

Souverains. Toutes leurs action; importantes, même

leurs divertissements, 53.
timents des anciens sur les douze onces de la livre, ibid.
Moines de Scyllie, troublent la paix de l'Eglise, 189.

Substance. Sa nature invisible sans les accidents deuil
Irur opioion particulière sur la Trinité, ibid. Leur propo-

elle est revêtue, 106.
sition : Un de la Trinité est incarné el a suffert, esi era-

Symmaque, pape. Son élection confirmée par Théodo-
m née et rejetée, 190. Ensuite approuvée, 207, 208. Leur

rir, 12. II accorde de grands priviléges à saint (ésire
conduite à Rome, 193, 201. Leurs écrits, 202, 203, 11• ex-

d'Arles. S'oppose à l'ambition de quelques évêques des
citent de nouveaux troubles sur les matières de la liberté

Gaules qui s'arrogeaient de nouveaux droils sur les Eglises
et de la grâre, 208, 209. Altaquent l'évêque Possesseur

voisines, 110, 111. Sa mort, bid.
et les écrits de Fausle de Riez, ibid. Voye: la seconde

Simmaque, sénateur romain, beau-père de Poëce. Ses
partie. Eclaircissements sur Faliste de Ricz, 228 et suiv.

verlus, 13, 14. Est firil chef de la commi-s'on pour juger

les sénateurs accusés de magie, 93. Sa lermelé dans les
Morge (Pierre), patriarche d'Antioche, reçoit l'Eoli-
que de Zénon, 119. Est chassé d'Antioche, 152. Esl élu

disgraces de Boëce, 84. Son zèle pour la foi catholique;
pitriarche d'Alexandrie, ibid. Chassé du siége d'Ali xan-

il est arrêté par l'ordre de Théodoric, 300. Théodoric le
drie, et rélabli par l'empereur Zénon, ibid.

fail mourir dans la prison, ibid. Dieu venge sa mori, 307,
Monn nie altérée. Occasion aux troupes de Théodoric de

308. Il est honoré comme un saint martyr à Ravenne.
Be muriner, 46 Boëce est chargé de la réformer, 47. Va-

Voyez, seconde partie, la Dissertation sur l'année de la
leur du soli d'or, 48. Sentiments des anciens sur la rondeur

mort de Boëce, 176.
et les aulres qualités de la momaie, 19.

T

Terlulle, sénateur romain, ami de Boëre, compagnon do
N

ses retraites dans le dés rt de Sublac, 212.
Nestorius. Son hérésie. Difficulté de trouver des termes Théodoric. Il est envoyé en Italie pár Zénon, 10. Il con-
pour exprimer l'union des nature on Jésus-Christ sans tribue au rétablissement de Zénon, qui le conible de bien-
diviser la personne, en est l'origine, 35 et suiv. Condanıné fails, 1, 11. Il se rend maitre de l'lialie. Ses bonnes qua-
au concil d'Ephèse, ibid., 143. Boëce écrit contre ses er lités. Son éducalion, ibid. Il est fail juge du schisine de
reurs, 12, 13. Voyez la seconde parlie, 8 ei suiv.

l'Eglise de Rome après la mort d'An:stase, 12. Il décide

en faveur de Symmaque, ibid. Il entre triomphant dans
0

Rome, 22. Ho neurs qu'on lui rend, ibid. Sa pompe, ibid.
Odoucre s'empare (le l'Italie, 9.

Ses libéralités et sa magnificence, 23. Sa conduite dans le
Opilion et Gaudence, insigues brigands, 271. Leur plla

gouvernement d'lialie, 25. Ses lellres à Boëce, 48, 50,
nition, ibid. el suiv Obtiennent grâce en se joignant à Cy-

55. Ses lettres à Clovis, monuments glorieux à la Frauce,
prien, et deviennent témoins contre Boëce, 272.

51, 52. Il envoie des ambassadeurs à Clovis, ibid. Il dé-
Othon III (l'empereur) fail élever un nouveau mausolée

clare la guerre à Clovis, 74. Il envoie des Ironpes dans les
à Doce, 326.

Gaul s, sous la conduite d'Ibba, 75. Succès de si première

campagne, 76. Mauva's succès de la seconde campagne.
р

Il rappelle ses troup's des Gaules, 77. Il réunit à son
Paulin, patrice, opprimé par les courlisans de Théodo royaume d'Italie ce qui restait dans les Gaules à Amala-
ric, 322. Ses différe ds avec Feslus et Symmaque, 325.

ric, sun petit-fils, ibid. Ses égards pour les catholiques an
Défendu par Boëce contre l'oppression des coriisans de

com encement et dans le cours de son règne, 214.11
Théodoric, ibid.

change de conduite tout d'un coup à leur égard, les dera
Perse. Cabas, roi de Perse déclare la giierre à Justia,

nières années de sa vie. 243. Ses emportements contre
225. Cat, tribulaire des Perses, 223.

Justin à l'occasion des édits publiés contre les ariens, 23!).
Philosophie. Boëce compos' un cours de philosophie,

Il fait de grande, menaces aux catholiques, 252. Fait ve-
103. Ses illes dans cet ouvrage. Déants qui se trouvent

dir le pape Jean à Ravenne, et l'envoji avec des évêques
dans la Ph losophie d'Aristole, 105. Division de la Pbilo-

et des sénateurs à Constantinople, demander la liberté de
sophie de Boëce, 103, 106. Voyez la seconde partie, 154,

conscie ice en faveur des arienis, 2.5.3, 234 et suiv. Mena-
155 el suiv.

ces qu’i fait au pape Joan, 256. Il fail arrêles Boëce pri-
Préfecture ('u prétoire. Son insl lution, 2-6. Est une ma-

sonnier et plusieurs sénateurs de distinction, 200. Fait
gistralure civile, ibid. El une charge mililai e, ibid.

condamner Boëce à la mort, 288. Sa cruauté envers Poëce,
Préle, tal, sénateur romain, convaincu de magie, 93.

Simmagie, le pape Joan et autres personnes de distinca
S'échappe de la prison el disparait, 97.

tion, ibid. el jusqu'à la page 306. Dieu en lire ven-
Proba (sainte), seconde tille de Symmaque, 20.

grance, 307. Il avoue son crime el s'en repent en moule
Pro erius, élu patriarche d'Alexandrie à la place de

rani, 307, 308. Sa mort lragique, depuis 307 jusqu'à 311.
Dioscore, 147. Il est massacré da'.s le baptistaire par les

Sa bajne con re les catholiques parait particulièrement en
hérétiques, 117, 118.

volant livrer leurs églises aux ariens, 309, 310. Sa sé-

pullure, 311.
R

Tolila aj pelé par les Goths en Italie; il sacc ge Rome,

317.
Romains. Ils signalent leur zèle conlie les magicirns, Trasamond , roi des Vandales, vient assiéger Tripoli,
101.

217. Sa mort tragique, 221. Il fait connaitre à la mori plus
Rome. Désordres de Rome, 9, 102, 103. Elle se soumet que jamais sa haine contre les catholiques.
volonla romeril à Théodoric, 21, 22. Est saccagée par To Triguille, intendant de la maison de Théodoric, et ro-
tila, 317.

uigaste; leurs injustices, 124. Boëce se déclare haule-
Ru ticienne , Irisiènic fille de Symmaque, seconde meat contre el en arrêle le cours, 125 et suiv. Ils se j. i.
femme de Boëce. Ses vertus, 20, 21. Sa fermeté dans les gnent à Cyprien pour faire périr Boëce, 266.
disgr ces de son mari, 281. Elle renonce au nionde et à

Trinité sainte). Si dans la sainte Trinité le Père, lo
ses biens après sa mort, et fait de grandes aumônes, 306. Fils et le Saint-Esprit peuvent etre affirmés sul:slantiel-
Elle est protégée par Amalazoule, 313, 314. Elle est per lement de la Divinité, 78. Traité de Boëce sur celle ques-
sérülée par les ennemis de Boëce, qui demandeni sa lion, 79, 80. Voyez la seconde partie, 27 el suiv. La Tri-
mort, 315. Sa ferm'té dans celle occasion. Elle est réduite nité est un :eul Dieu, et non pas trois Dieur. Voyez la se-
à la mendicité dans le saccagement de Rome, el conduite conde partie, 33 el suiv.
à Torila pour être condamnée à mort, 118. Totila respecte Tuniques des diacres; leur forme ancienne, 140.
sa verlu el la renvoie avec honneur, ibid.

V
S

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Vilalien ( le comte ), zélé catholique, prend les armes
Salosuciole, patriarche catholique d'Alexandrie, 149. contre l'empereur Anastase pour la défense des catholi-
Est chassé de son siège par Zénon, ibid.

ques, 161. Se déclare le protecteur des mojues de Scy-
Schisme de l'Eglise de l'ome après la mort d'Anas Uue, 192. Sa murt tragique, 199.
lase, 12.

Vilalle, évêque d'Emèze , légat du pape Félix à Cons-
Sénisme (grand) d'Orient, 1.3. Son origine el ses pro tantinop'e, 155. Il est fait prisonnier, 156. Sa co.sance
grès, ibid. el suiv. jusqu'à la pag. 165. Son extinction, 166 dans les mauvais trailements que l'empereur Zéjou et le
jusqu'à 185.

patriarche Acace lui funt souffrir, ibid. 'Il se laisse séduire

و این روز در قم

To greater

72.92

par leurs caresses et par leurs présents, 157. Sa chule et Analyse des cio I livres de la Consolation de la Philoso
sa déposition, ibid.

phie de Bcë e, 43.
Voluzien, sénateur romain, commissaire (outre les ma- Analyse du prenijer lire, 46.
giciens, 96.

Ana'yse du second livre, 57.
Wallin. Son édition des Opuscules de Boëce en 1636, Analyse du troisième livre, 67.
18.

Analyse du quatrième et du cinquième liire, où il traite

du hasard, du destin, de la fortune, de la divine provi-
Z

dence, de la prescience de Dieu, et de la liberté de

l'homme et de l'éternité, 73 el suiv., jusqu'à 'a pige 116.
Zénon, empereur, succède à Lévn, 110, 111. Faiblesse Analyse des M th’matiques de Boëce, 122.
de son régne, ibi 1. 'Est chassé par Basilisyne, 14), II apo Analyse du premier livre de l'Arithmétique, 123.
pelle les Ostrogoths à son secours, qui le servent utile- Analyse du second livre de l'Arithmétique, 131.
ment sous la conduite de Théodoric, 10. Il esivuie Théo- Analyse des cinq livres de Musique de Boece, 137.
doric e., lialie, i id. Il est rétabli sur le trône, 131.

Ana yse des deux livres de Géoinéirie de Boëce, 150.
Analyse de la suite des ouvrages de Büëce, 156.

Disserta'ion sur l'année de la mort de Boëce, 167.
TABLE DE LA SECONDE PIRTIE.

Dissertation théologique sur ces paroles de Gond: band,

roi de Bourgogne, à saint Avit, évêque de Vienne :D
Analyse du traité Des deux nalures d'une personne nez-moi en puriiculier l'onction du chiême, 178.
en Jésus-Christ, contre Eutychés et Nestorius, à Jean, Eclaircissemenis sur Fausle, évêque de Riez, et sur sa
diacre de l'Eglise de Rome, 8.

doctrine, 228.
Analyse du traité intitulé, Si le Père, le Fils et le Eclairci sements sur le sentiment d'Anastase le Vibo-
Saint-Espril peuvent être aflirmis substantiellement de la thécaire, els r celui de M. Dupin, touchant la conduite
Divi vité, à Jean, diacre de l'Eglise de Rome; el quelques du pape Jean avec le roi Théodoric, dans l'ambassade dout
éclaircissements sur celle dillicul é, 27.

il lit chargé de sa part vers l'empereur Justiu, 273.
Analyse du traité de la salote Trinité à Symmaque : Eloges di Buēce, 164 et suiv.
Connent la Trinité es' un sent Dieu el nm pas irois E.raman du se timent de Glareanus sur l'auteur des li-
Dieux, 33.

rres de la Consolation de la Philoso, hie de Boëce, 117.

INDEX GENERALIS

IN OPERA BOETII.

476.

stat, 9.

i Numeris ad præcedentem lomum revocan:ibus litteram 1 præmisimus : eri ad l. unc lomum pertinent.)
А

Æqualia ad aliquid prædicantur, 227. oppo:tuntur, 322.
Ab ci ralio, I, 1357.

Æqualia eumdem eventum babeut, Afirmatio negalioni opponitur, et e-
Accidens quid ? 912.

coulra, 317.
Accideris et proprium quid commu- Aquivociim significationibus su's de. Aflirmatio el negalio simul vere es.
ne habeant, 156.
liniri potest, +54.

se non possunt, 350.
Accidens omine inest subjecto, 170. Æquivoca quid ? 14, 21, 190.

Affirmatio ex in pito nomine bene
Accidens sjue substantia non con- Æquivoca per translationem non lit, ibid.
fiunt, 166.

Aftirmia jo sive ex finito sive inli ila
Accidens in nosem partes dividitur, Aquivoce dicitur de subjecto omne nomine fiat, nil refert, 351.
14.
quod subjecto inesi, 1 0.

Aflirmalio simplex, 53 i.
Accidens aliud alieri non inest, 339. Aquivocorum tractalio, 167.

Allirmatio aliam rem de alia | rædi-
Accidens dicitur de multis, 95. Æquivocorum divisio, 880.

cal, 455, 437,
Accidentis in subjecla divisio, 877. Æquivocalio non solum io nomini- Ástirmalio cum complexione eller-
Accidentis divisio in accidentia, ibid. Lus, sed el in verbis locum habel, 163. lur, 27*.
Accidentis inseparabilis exempla, 51. Aeris intemperies studiosis nocel, Affirmatio ona quid ? 483.
Accidentis separabilis exempla, ibid. 1223.

Afirmationis et negationis elemen-
Accidentis et proprii differentia, 157. Ætas omnis musices delectalione 1:1, 398.
Accidentis definitio, 53, 56
conjuncta, 1, 1170.

Allirmationis uuius, negalio duplex,
Accidentis diviso, ibid.

EUjois nigredo accide s insepara- 08
Accidentis milililas, 12.
Tile, 132.

Agrimensorum nomina, 154.
Acciilentis tractatio, 132.

štthiopum alii nigri, alii nigrioris, Albinus præceptorem Grillum ver-
Accidentis delinilio, ibid.
alii nigerrimi inveniuntur, 157.

berat, 12362
Accidentis divisio, ibid.
Alf: la quid ? 1064.

Alteritas luralitatis principium ,
Accidentia separabilia et inseparis- Allectionuin genera ad relationem, 1719.
bilia quæ ? 119.

species vero ad qualit:item referun: Alteralum quid ? 119.
Accidentia facile construiniur, 993.
Tur, 59.

Amantium iræ amoris rediotegratio
Accidentia in indi iduis princi, ali- A Teciorum natura, 1063.

est, 1297.
ter, deinde in speciebus sunt, 28,

29.

Affirmatio el negatio quid? 271, 316. Amphilologiæ modi lres, 1010.
Accidentium argutiæ quo pacto di- Allirmatio et negatio unde fiant, 341. Anadiplosis sive geminalio syllo-
luendæ, 1032.

Aflirmalis unius negalionis una est, gismorum, 679.
Accidentium in definitionibus nullus 325.

Analyticorum Aristotelis inexplica-
est lisus, 12, 16, 17.

ANirmat. et negal. sub enuntiatione Lilis cali, o, 510.
Aclu existentia æterna sint, 381. Latiquam genere comprehe.duntur , Å vaynalov quot modis dicalur, 77.
Actu nihil est infinitum, 620.
401.

Andronicus sanes diligentissimus,
Adam absque mare et femina crea- Affirmatio una, uni negationi oppo- et ejus de divisione seulentia, 873.
18, 1394.
nilur, 483.

And: oniri de interpretationis libro
Adam sine escis vivere potuit, 1611. Affirmalio (quod) ponit, negalio au- sententia, 337.
Adam ante peccaluin morti non fuit fert, 461.

Andronicus diligens libroruto Aristo
obnoxius, 1552.

Aslirmatio omnis vel vera vel falsa, Lelis judex, ibid.
Adjuncta que? 1073,
180.

Ανθρωπός έστι μικροσκομος, 905.
Adjunctis (ex) adjuucla perpendun- Afirmatio et negatio, vel veruin vel Ανθρωπομορφίται Deum corp ralem esse
tur', 1075.
falsum in se continet, 279.

imag nati sunt, 1100.
Adverbiuni noninis loco ponitur,796. Affirmatio privatoria quæ ? 601. Angulus circuli quid'I, 15:2.
Adversa quæ ? 1120.

Aftirinatio rt negalio omnis deliuile Angulorum genera, 1? 1307.
Egritudo sanitati contraria, 279. ver: est vel falsa, 530.

Angulus planus quid ? ibid.
Ælia Sanctia ler, 1062.

Afirmatio et negatio enuntiationis Augulus rectilineus quid? ibid.
Æneas ab Anchise nalus, 22.
speries, 295.

Anguli æqualesqui, 1, 1307.
Æqualia que si il, 15.

Allirmalio el negatio contradictorie in gulus aculus juid ? ibid.

« PoprzedniaDalej »