Obrazy na stronie
PDF

TABLE

DES

PENSÉES DE PASCAL.

Les chiffres romains indiquent le volume , et la page
est désignée par les chiffres arabes.

A

ABAISSEMENT qui nous rend incapables du bien. 11. 52.

ABRAHAM : promesses que Dieu lui fait. II. 37.

-- pourquoi Dieu fait naître de lui le peuple juif. 11. 65.

-- fausses idées des Juifs sur ce patriarche. II. 66.

ACADÉMICIENS, stoiciens , épicuriens , dogmatistes : ori-

gine de leurs écarts. II. 50.
ACCEPTATION que Dieu fait du sacrifice couronne l'oblat

tion de l'hostie. IT. 206.
--- est plutôt une action de Dieu vers la créature, que de

la créature vers Dieu. Ibid.

ACTE : le dernier de la comédie ( de la vie ) est toujours

sanglant. II. 182,

ACTION : dans la grâce, la moindre action importe pour

ses suites à tout. II. 194.

ACTIONS : les belles actions cachées sont les plus estima-

bles. I. 246.

- le peu par où elles ont paru diminue leur mérite. Ib.
-deux sources des actions purement humaines. II. 184
Adam, témoin et dépositaire de la promesse d'un Sau-

veur. II. 33.

Adam : son état glorieux, son péché, la transmission de

soft péché.... passent notre capacité. II. 51. --- Par lui nous sommes misérables. I bid. ADMINATEURS : goujat, marmiton et philosophe, chacun

veut en avoir. I. 192. AFFECTION (1'), ou la haine, changent la justice. I. 206. AFFLICTIONS : peu de chose nous console, parce que peu

de chose nous afflige. — Il faut tâcher de ne s'affliger

de rien. II. 162. - Le temps amortit les afflictions. I. 254. AFFLICTIONS TEMPORELLES couvrent les biens éternels ou

elles conduisent. II. 138. AGITATIONS des hommes. I. 216. ALEJANDRE ; son ivrognerie plus imitée que sa conti

nence. I. 250. AME : l'esprit et le coeur sont les portes par où elle reçoit

les vérités. I. 167. --- ne trouve rien en elle qui la contente. I. 217. --- ne s'offre jamais simple à aucun sujet. I. 252.

- rien n'est simple de ce qui s'offre à l'âme. Ibid. --- chrétienne , sa sainteté, sa hauteur , son humilité.

11. 39 ---- il importe à toute la vie de savoir si elle est mortelle

ou immortelle. II. 158. -- indubitable qu'elle est mortelle ou immortelle. II. 182. - incompréhensible qu'elle soit avec le corps; que nous

n'en ayons pas. II. 200. - il n'est point parfaitement clair qu'elle soit matérielle.

II. 201. --- souffre et meurt au péché dans la pénitence et le bap

tême, etc. II. 213. --quitte la terre et monte au ciel en menant une vie

celeste. Ibid.

Ane que Dieu daigne toucher ; ses premières disposi

tions. II. 238. AMI, doit être bien choisi. --- S'il est un sot, médira de

son ami par compagnie. I. 258. AMITIÉS : pu subsisteroient, si chacun savoit ce que son

ami dit de lui en son absence, I. 197. Amour : les effets en sont effroyables. I. 255. - la comédie le fait naître. II. 187. - sa violence plaît à notre amour-propre. Ibid. AMOCR-PROPRE et moi humain : sa nature est de n'aimer

que soi. I. 193. -est opposé à la vérité et à la justice. II. 181. - quiconque ne le hait pas, est aveugle. Ibid. -pulle autre que la religion chrétienne n'a remarqué

que ce fût un péché. Ibid. Amoun de soi, a remplacé dans l'âme de l'homme l'amour

de Dieu. II. 210. --- son origine. Ibid. --- naturel et juste en Adam innocent, criminel d puis

le péché. II. 211. -- que la nature nous a donné pour la vie, ne pas le

quitter, puisque nous l'avons reçu de Dieu. II 212. - mais que ce soit pour la même vie pour laquelle

Dieu l'a donné. Ibid. ---- de Dieu , doit être infini. - de soi-même, doit être

fini, et se rapportant à Dieu. II. 210. --- de Dieu : l'homme l'a perdu par le péché, I bid. --de Dieu, el celui du prochain , sont les lois qui re

glent la république chrétienne. II. 155. ANALYSE : art de découvrir les vérités inconnues. I. 141. ANCIENS , ont trouvé les sciences sculement ébauchées.

I. 133. - tâchons de les surpasser, en les imitant. I. 135.

ANCIENS : ont plutôt manqué du bonheur de l'expérience

que de la force du raisonnement. I. 139. Anges, voient la religion en Dicu même. II. 156. ANIMAUX : la nature les instruit à mesure que la nécessi.é

les presse. I. 137. ANTECHRIST. II. 133, 134, 142. ANTIQUITÉ : respect qu'on lui porte. I. 131. APOCALYPSE : erreur de ceux qui fondent des prophéties

sur l'Apocalypse. II. 79. APÔTRES, tout d'un coup assez savants pour confondre

les philosophes; assez forts pour résister aux rois et

aux tyrans. II. 41. --- simples et sans force, résistent à toutes les puissances

de la terre. II. 99. - Preuves de leur mission. II. 105. APPÉTIT concupiscible, désire souvent. II. 216. ARCHIMÈDE : en quoi il est grand. II. go. .. Art de persuader. I, 165 et suiv. -----est autant celui d'agréer que de convaincre. I. 169. ---consiste en trois parties essentielles. I. 1 1. ATHANASE, quand on le persécutoit, n'étoit pas le grand

saint couronné de gloire. II. 168. Athées, doivent dire des choses parfaitement claires. II.

158, 201. ATTACHEMENT : il est injuste qu'on s'attache à nous. II.

174. — nous tromperons ceux à qui nous en ferons naître le

désir. Ibid. AVENIR , ne doit point nous toucher. II. 165. Aversion pour la vérité : clle a différents degrés. I. 196.

elle est dans tous en quelqne degré. Ibid. AVEUGLEMENT et misère de l'homme, combien esroya

ble. II. 58.

AVEUGLEMENT des incrédules, n'est pas une chose natu

relle. II. 149. AUTEUR : tout ce qui n'est que pour l'auteur ne vaut

rien. I. 257. AUTEUR canonique : aucun ne s'est servi de la nature

pour prouver Dieu. II. 23. AUTEURS : beaucoup disent : mon livre, mon histoire,

qui devroient dire : notre livre, etc. II, 190.

BASSESSE de nature, — de pénitence. II. 52.
BEAUTÉ : celui qui aime une personne pour sa beauté,

l'aime-t-il? 1. 237. - poétique. I. 271. BEAUTÉs fausses de Cicéron, ont des admirateurs. I. 274. BESOINS : l'homme en est plein, il n'aime que ceux qui

peuvent les remplir. I. 245. --- des inférieurs, les attirent auprès des grands. I. 297. BIEN PUBLIC : plusieurs exposent leur vie pour le défen

dre, mais peu le font par religion. I. 238. ---- Voulez-vous qu'on en dise de vous, n'en dites point.

I. 258. -- Nous ne pouvons y arriver par nos efforts. L'exem

ple ne nous en convainc pas. II. 6 et suiv. ----(Vrai) doit être tel que tous puissent le posséder à la

fois. II. 7. Biens, aimables en ce qu'ils donnent moyen d'en assister

les misérables. II. 191. BOITEUX, ne nous irrite pas, un esprit boiteux nous ir

rite. I. 234. BONHEUR, n'est ni dans nous, ni hors de nous ; il est en

Dieu et en nous. I. 190. -- la volonté ne fait jamais la moindre démarche que

vers cet ob et. II. 5.

« PoprzedniaDalej »