Histoire des révolutions du langage en France

Przednia ok³adka
Firmin Didot frères, 1848 - 560

Z wnêtrza ksi±¿ki

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 470 - Avril, la grâce, et le ris De Cypris, Le flair et la douce haleine: Avril, le parfum des Dieux, Qui des cieux Sentent l'odeur de la plaine. C'est toy courtois et gentil, Qui d'exil Retires ces passagères, Ces arondelles qui vont, Et qui sont Du printemps les messagères.
Strona 363 - Apres, à mon imitation, tu feras tes vers masculins et fœminins tant qu'il te sera possible, pour estre plus propres à la musique et accord des instrumens, en faveur desquels il semble que la Poésie soit née, car la Poésie sans les instrumens, ou sans la grâce d'une seule ou plusieurs voix, n'est nullement agréable, non plus que les instrumens sans estre animez de la mélodie d'une plaisante voix.
Strona 56 - Beatus vir qui non abiit in consilio impiorum et in via peccatorum non stetit et in cathedra pestilentiae non sedit 2.
Strona 427 - O bienheureux malheur, plein de tant d'avantage, Qu'il rende le vaincu des ans victorieux!
Strona 457 - MAROT, par son tour et par son style, semble avoir écrit depuis RONSARD : il n'ya guère entre ce premier et nous que la différence de quelques mots.
Strona 233 - C'est à sçavoir, moins se soucier et moins se travailler, et entreprendre moins de choses, et plus craindre à offenser Dieu et à persécuter le peuple...
Strona 427 - Le Ciel fut son désir, la Mer sa sépulture: Est-il plus beau dessein, ou plus riche tombeau?
Strona 496 - Tantôt la plus claire du monde, Elle semble un miroir flottant, Et nous représente à l'instant Encore d'autres cieux sous l'onde. Le soleil s'y fait si bien voir, Y contemplant son beau visage, Qu'on est quelque temps à savoir Si c'est lui-même, ou son image, Et d'abord il semble à nos yeux Qu'il s'est laissé tomber des cieux.
Strona 232 - Et s'il n'eust eu la nourriture autre que les seigneurs que j'ay vu nourrir en ce royaume, je ne croy pas que jamais se fust ressours; car ils ne les nourrissent seulement qu'à faire les fols en habillemens et en paroles.
Strona 231 - ... beaucoup, car il estoit assez craintif de sa propre nature. Et quand pour parler il avoit...

Informacje bibliograficzne