Archives curieuses de l'histoire de France: depuis Louis XI jusqu'à Louis XVIII, ou collection de pièces rares et intéressantes... publiées d'après les textes conservés à la Bibliothèque royale, et accompagnées de notices et d'éclaircissemens : ouvrage destiné à servir de complément aux collections Guizot, Buchon, Petitot et Leber

Przednia ok³adka
Beauvais, 1835

Z wnêtrza ksi±¿ki

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 23 - Protestation (i)faicte par le chef, et tous ceux du conseil, de n'attenter aucune chose contre la majesté du Roy et les princes de son sang. » Ce qui monstre ouvertement que...
Strona 179 - Sainct-Sébastien et du pont du Rosne. Les nonnains de Sainct-Pierre gaignent le haut, les célestins quittent leur fort; là où estans en possession paisible, les protestans percent la muraille regardant le front de l'église de Sainct-Jean, propre pour saluer messieurs les comtes (i); lesquels, pendant que l'on se saisissoit des places de la...
Strona 20 - Car, en premier lieu , c'est contre tout droict que le pupile se constitue luy-mesme un tuteur ou que le mineur se donne luy-mesme un curateur à sa volonté, d'autant qu'ils doyvent estre donnés légitimement, selon la coustume des lieux où on est , et que si cela est observé entre personnes privées, à plus forte raison doibt avoir lieu en un Roy, veu qu'en sa personne il est question du bien commun et de la tranquillité publique , et que mesmes les Roys de France en ont tousjours ainsi usé...
Strona 146 - Thielemant ( qui s'estoit venu représenter suivant le commandement dudit duc), estans audit Esclaron, furent menez en une gallerie où ledit duc devoit passer; et y estans, on les fit mettre à genoux pour crier mercy au duc, lequel ( peu de temps après qu'ils furent en icelle gallerie) passa tout auprès d'eux ; et comme il passoit, luy fut dit par aucuns de sa suitte que ceux de "Vaissy avoyent envoyé vers le Roy.
Strona 140 - ... disoyent : Tuez, tuez le meschant , car il est cause de la mort de tous ces gens icy ; de manière qu'on avoit assez à faire de garder ledit ministre de la rage des femmes. Cependant que lesdits laquaits eurent en gouvernement ledit ministre , le duc rentra en ladite grange , où on...
Strona 154 - ... terre. Jamais la publication de la loy n'a ainsi esmeu la terre , comme la prédication de l'Evangile du Fils de Dieu l'esbranle maintenant; lequel , comme il a esté de tout temps odeur de mort à tous ceux desquels Sathan a ensorcelé les entendemens , aussi est-il odeur de vie à tous ceux qui en espérance et patience possèdent leurs âmes, et qui par tels exemples, estans deuëment enseignez , renoncent à toutes impiétez et désirs charnels, vivans en ce monde sobrement et justement,...
Strona 181 - Que quelques-uns, absentez pour certaines contrarietez à cause du faict de la religion , pourront retourner librement. 3. Qu'il ne se dira plus de messes. 4. Que chacun sera libre en sa religion. 5. Que l'on eslira douze des plus capables protestans pour estre juges avec les consuls. 6. Qu'il ne se pourra tenir consulat sans que les nouveaux conseillers y assistent.
Strona 139 - ... tomba tout effrayé sur un qui estoit mort et là receut un coup d'espée en l'espaule dextre. S'estant relevé et pensant se sauver, il fut appréhendé et frappé derechef à grands coups d'espée sur la teste, dont il tomba tout plat à terre ; et se sentant mortellement navré s'escria: O Seigneur, mon âme en tes bras je vien rendre, car tu m'as racheté, ô Dieu de vérité. En faisant sa prière il y accourut un de la troupe sanglante pour lui couper les jarrets; mais Dieu voulut que l'espée...
Strona 162 - Cependant les dictz sieurs dues ont dict que la déclaration qu'ilz ont présentée ne parle que pour le présent : car le Roy n'entend se lyer les mains, et n'a résolu qu'il ne puisse changer cyaprès l'édict de janvier , selon qu'il verra estre nécessaire ou utile : en a exceptée la ville de Paris et la banlieue, parce que c'est la ville capitale, exemple...
Strona 114 - ... le peuple d'un faulx rapport , pour l'enflamber avec ses trompettes et le poulser à l'estourdi contre ce prince , duquel ils se vantent avoir juré la mort ; de sorte qu'ils semblent, à ces fins, estre aussi joieux de cest inconvénient advenu audict Vassi, comme le seigneur qu'ils accusent en est marri et desplaisant , encores que ce n'ait esté par sa faulte. Il est vray que c'est un accident misérable, et ne peult estre aultrement où il ya effusion de sang.

Informacje bibliograficzne