Revue du Lyonnais, Tom 23

Przednia ok³adka
L. Boitel., 1861

Z wnêtrza ksi±¿ki

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 15 - Quant aux volontés souveraines De celui qui fait tout, et rien qu'avec dessein, Qui les sait, que lui seul! Comment lire en son sein! Aurait-il imprimé sur le front des étoiles Ce que la nuit des temps enferme dans ses voiles!
Strona 15 - Quand pourront les neuf Sœurs, loin des cours et des villes, M'occuper tout entier, et m'apprendre des cieux Les divers mouvements inconnus à nos yeux, Les noms et les vertus de ces clartés errantes Par qui sont nos destins et nos mœurs différentes!
Strona 482 - Non, tu n'interdis pas ces sommets à ton fils ; Aux maîtres les plus fiers devant moi tu t'y mêles, Et ta voix me commande, au pied du crucifix, D'aller chercher partout des armes et des ailes ! Les hauts lieux m'ont ouvert leur magique arsenal, Je m'y suis revêtu de granit et de chêne ; Leur souffle en moi s'agite et leur feu s'y déchaîne, Et mon cœur débordant n'attend plus qu'un signal.
Strona 416 - Parti de trois traits, coupé d'un, ce qui donne huit quartiers : au i, fascé d'argent et de gueules de huit pièces, qui est de Hongrie; au 2...
Strona 27 - II n'ya pas de surnaturel. Depuis qu'il ya de l'être, tout ce qui s'est passé dans le monde des phénomènes a été le développement régulier des lois de l'être, lois qui ne constituent qu'un seul ordre de gouvernement, la nature, soit physique, soit morale. Qui dit au-dessus ou en dehors des lois de la nature dans l'ordre des faits dit une contradiction, comme qui dirait surdivin dans l'ordre des substances.
Strona 189 - De mille appâts, de mille pièges Tu préserves mon cœur, mes oreilles , mes yeux. Ton asile est un ciel d'où je m'élève aux cieux : Où je change en printemps l'hiver dont tu m'assièges, Où, parmi les rocs et les neiges, La nuit entend gémir tes chants mystérieux. Sois mille fois béni , désert qui me protèges ! Que ma vie et ma mort se renferme en ces...
Strona 323 - Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, en forme d'annales sur preuves authentiques, servant d'augmentation à l'histoire du pays de Forez et d'illustration à...
Strona 188 - Où l'Éridan, chanté par cent muses rivales, Roule ses eaux royales, Fier d'enlever Clotilde à nos fleuves jaloux. Sous quel ciel merveilleux l'Amour va vous conduire ! Ces Alpes, ces rochers parlent pour vous instruire; Ils sont pleins d'Annibal et pleins de vos aïeux.
Strona 189 - La nuit entend gémir tes chants mystérieux. Sois mille fois béni, désert qui me protèges! Que ma vie et ma mort se renferme en ces lieux ; Garde bien mes soupirs, mes pas silencieux, Mon humble toit religieux, Le jardin de ma jeune abeille, Mon doux repos quand je sommeille, Ma conscience, quand je veille, Et la paix de mon âme, et son vol vers les cienx.
Strona 346 - ... en français pour ne point exposer sa réputation à l'ignorance du peuple; car il n'est pas croyable combien ses écrits en langue vulgaire , où il découvre les secrets de la nature et les parties du corps humain les plus cachées, avec la liberté que se donnent les médecins...

Informacje bibliograficzne