Obrazy na stronie
PDF
ePub

Eh bien,

mon

Ce César, que tu hais, les voulait

pour

toi-même. Je voulais partager , avec O&ave & toi, Le prix de cent combats , & le titre de roi.

BRV T U s. Ah! Dieux !

CE S A R.

Tu veux parler , & te retiens à peine ? Ces transports sont-ils donc de tendresse ou de haine ? Quel est donc le secret qui semble t'accabler ?

BRUTUS. César ....

CE S A R.

fils ?
BR V T V S.

Je ne puis lui parler.

CE S A R.
Tu n'oses me nommer du tendre nom de père?

BRUT v s.
Si tu l'es , je te fais une unique prière.

CE S A R.
Parle. En te l'accordant, je croirai tout gagner:

BRU I s.
Fai-moi mourir sur l'heure, ou celle de régner.

CE SA R.
Ah! barbare ennemi, tigre que je caresse !
Ah! cour dénaturé qu'endurcit ma tendresse !
Va , tu n'es plus mon fils. Va, cruel citoyen,
Mon cour désespéré prend l'exemple du tien;
Ce coeur , à qui tu fais cette effroyable injure,
Saura bien comme toi vaincre enfin la nature.
Va, César n'est pas fait pour te prier en vain ;

J'appren

[ocr errors]

J'apprendrai de Brutus à ceffer d'être humain.
Je ne te connais plus. Libre dans ma puissance,
Je n'écouterai plus uue injufte clémence.
Tranquille , à mon courroux je vai m'abandonner ;
Mon caur trop indulgent eft las de pardonner.
J'imiterai Sylla , mais dans ses violences;
Vous tremblerez , ingrats, au bruit de mes vengeances.
Va, cruel, va trouver tes indignes amis.
Tous m'ont osé déplaire , ils seront tous punis.
On sait ce que je puis , on verra ce que j'ose:
Je deviendrai barbare, & toi seul en es cause.

BRV T U S.
Ah! ne le quittons point dans ses cruels desseins,
Et fauvons , s'il se peut , César & les Romains,

[ocr errors][ocr errors]

Fin du second aftea

ACTE

ACT E III.

S CE N E P R E M I E R E.

CASSIUS , CIMBER, DECIME, CINNA,

CASCA, les conjurés.

CASS i Us: Enfin

Nfin donc l'heure approche , où Rome va renaître.
La maîtresse du monde est aujourd'hui sans maître.
L'honneur en eft à vous, Cimber , Casca , Probus,
Décime. Encore une heure , & le tyran n'est plus.
Ce que n'ont pû Caton, & Pompée , & l'Asie,
Nous seuls l'exécutons, nous vengeons la patrie ;
Et je veux qu'en ce jour on dise à l'univers,
Mortels , respectez Rome , elle n'est plus aux fers. ;

CI M B E B.
Tu vois tous nos amis, ils sont prêts à te suivre,
A fraper , à mourir, à vivre s'il faut vivre,
A servir le sénat dans l'un ou l'autre fort,
En donnant à César , ou recevant la mort,

D E CI ME.
Mais d'où vient que Brutus ne paraît point encore,
Lui, ce fier ennemi du tyran qu'il abhorre?
Lui qui prit nos sermens , qui nous rassembla tous,
Lui qui doit sur César porter les premiers coups ?
Le gendre de Caton tarde bien à paraître.
Serait-il arrêté ? César peut-il connaître ?...
Mais le voici. Grands dieux ! qu'il paraît abatu !

SCENE

[blocks in formation]

CASSIUS, BRUTUS, CIMBER, CASCA,

DECIME, les conjurés.

Brutus,

CASSI v s. Rutus , quelle infortune accable ta vertu ? Le tyran fait-il tout ? Rome est-elle trahie ?

BRUT s. Non, César ne fait point qu'on va trancher sa vie. Il se confie à vous.

D E CI MU S.

Qui peut donc te troubler?

BRU I v s.
Un malheur , un secret , qui vous fera trembler.

CA S SI U S.
De nous ou du tyran c'est la mort qui s'apprête.
Nous
pouvons tous périr ; mais trembler , nous !
BRV T U S.

Arrête ;
Je vai t'épouvanter par ce secret affreux.
Je dois la mort à Rome , à vous à nos neveux,
Au bonheur des mortels ; & j'avais choisi l'heure,
Le lieu , le bras , l'instant, où Rome veut qu'il meure:
L'honneur du premier coup à mes mains est remis ;
Tout est prêt. Apprenez que Brutus est fon fils.

C1 M B E R. Toi, son fils !

CASSIUS.

CA S SI S.
De César !
DECIM U s.

O Rome!
BRV T U s.

Servilie
Par un hymen secret à César fut unie;
Je suis de cet hymen le fruit infortuné.

CIMB E R.
Brutus , fils d'un tyran!

CA S S I v s.

Non , tu n'en es pas né; Ton coeur est trop Romain.

BRUT v s.

Ma honte est véritable.
Vous, amis , qui voyez le destin qui m'accable,
Soyez par mes fermens les maîtres de mon fort.
Eft-il quelqu'un de vous d'un esprit assez fort,
Affez Stoique , assez au dessus du vulgaire ,
Pour ofer décider ce que Brutus doit faire ?
Je m'en remets à vous. Quoi! vous baissez les yeux !
Toi , Caffius , ausfi , tu te tais avec eux !
Aucun ne me soutient au bord de cet abîme !
Aucun ne m'encourage , ou ne m'arrache au crime !
Tu frémis, Caffius : & promt à t'étonner

CA S SI U S.
Je frémis du conseil que je vai te donner.

BRV T U s.
Parle.

Theatre. Tom. I.

Bb

CAS

« PoprzedniaDalej »