Obrazy na stronie
PDF
[ocr errors]

M A R I A M N E.

Je vois qu'il n'est plus tems que mon cœur délibère ;
Je cède à vos conseils, aux larmes de ma mère,
Au danger de mes fils, au sort , dont les rigueurs
Vont m'entraîner peut-être en de plus grands malheurs.
Retournez chez ma mère, allez; quand la nuit sombre
Dans ces lieux criminels aura porté son ombre,
Qu'au fond de mon palais on me vienne avertir :
On le veut, il le faut; je suis prête à partir.

[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][graphic]
« PoprzedniaDalej »