Le Spectateur: ou, Le Socrate moderne, ou l'on voit un portrait naïf des moeurs de ce siècle, Tom 6

Przednia ok³adka
Arkstèe & Merkus, 1767
0 Recenzje
Nie weryfikujemy opinii, ale staramy siê wykrywaæ i usuwaæ fa³szywe tre¶ci
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Spis tre¶ci


Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 400 - ... plus que toutes choses de chercher le remède à ses maux : et l'un et l'autre sont une preuve admirable de la misère et de la corruption de l'homme , et en même temps de sa grandeur, puisque l'homme ne s'ennuie de tout, et ne cherche cette multitude d'occupations, que parce qu'il a l'idée du bonheur qu'il a perdu , lequel ne trouvant point en soi , il le cherche inutilement dans les choses extérieures, sans pouvoir jamais se contenter, parce qu'il n'est ni dans nous, ni dans les créatures,...
Strona 87 - ... cette fausse gloire, et beaucoup d'autres principes, sur quoi roule tout ce qui se fait dans le monde ; et l'on n'appelle plus fous , que de certains fous qui sont , pour ainsi dire , hors d'oeuvre , et dont la folie n'a pu s'accorder avec celles de tous les autres, ni entrer dans le commerce ordinaire de la vie.
Strona 201 - Toutes les facultés de mon ame tendent vers toi ; c'est Sophie que je veux voir, entendre, aimer: c'est d'elle seule que je suis capable de recevoir le plaisir et l'exercice de tous mes sens intérieurs et extérieurs. Ainsi, si le bonheur d'une autre vie doit être le bonheur de l'homme tout entier, c'est ma Sophie qui le constituerait encore. Quand bien même on parviendrait donc à nous rendre de...
Strona 170 - ... pictoribus atque poetis quidlibet audendi semper fuit aequa potestas.» 10 scimus, et hanc veniam petimusque damusque vicissim; sed non ut placidis coeant immitia, non ut serpentes avibus geminentur, tigribus agni. Inceptis gravibus plerumque et magna professis...
Strona 399 - ... que personne ne les empêche plus de songer à eux. De là vient que tant de personnes se plaisent au jeu , à la chasse, et aux autres divertissements qui occupent toute leur âme. Ce n'est pas qu'il y ait , en effet , du bonheur dans ce que l'on peut acquérir par le moyen de ces jeux , ni qu'on s'imagine que la vraie béatitude soit dans l'argent qu'on peut gagner au jeu , ou dans le lièvre que l'on court.
Strona 400 - le plus fenfible, eft en quelque forte fon plus grand bien, parce qu'il » peut contribuer plus que toutes chofes...
Strona 399 - ... heureux de gagner ce qu'il ne voudroit pas qu'on lui donnât, à condition de ne point jouer , & qu'il fe forme un objet de...
Strona 261 - De quelle tristesse ou de quelle joie son coeur ne serait-il pas saisi à la vue de tous les jeux de la fortune, dans une décoration si bigarrée de haillons et de pourpre, d'outils et de sceptres, de marques d'honneur et d'opprobre ? Quel flux et reflux d'espérances et de craintes, de transports de joie et de 'mortification...
Strona 86 - Calote , qui devient crafleufe par la tranfpiration continuelle de la tête. Ce n'eft pas tout : . il obferva fort judicieufement, qu'il ya trop de ligatures dans la manière dont on s'habille aujourd'hui, & qu'elles», ne peuvent qu'empêcher la circulation du fang; de forte qu'il fit faire fon Pourpoint ou fa Vefte, & fes Culote», tout d'une pièce, à la manière des Huffars.
Strona 228 - Deuil fera pafTé, qu'ornées des Ouvrages de leurs propres Mains. Quelle agréable Occupation ne -doitce pas être pour...

Informacje bibliograficzne