Théâtre de campagne, ou les débauches de l'esprit: recueil contenant des piéces plaisantes, ou espéces de parades jouées sur des théâtres bourgeois. Avec des vaudevilles, & les airs notés

Przednia ok³adka
et se trouve à Paris, chez N. B. Duchesne, 1758 - 34

Z wnêtrza ksi±¿ki

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Wybrane strony

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 40 - Présente, je vous fuis; absente, je vous trouve; Dans le fond des forêts votre image me suit; La lumière du jour, les ombres de la nuit, Tout retrace à mes yeux les charmes que j'évite; Tout vous livre à l'envi le rebelle Hippolyte.
Strona 26 - Oui, vos moindres discours ont des grâces secrètes. Une noble pudeur à tout ce que vous faites Donne un prix que n'ont point ni la pourpre, ni l'or.
Strona 31 - Je sifflais mon p' lit oiseau. Mi, mi, fa, ré, mi. Chantez, mon petit, Mi, mi, fa, ré, sol, Comme un rossignol. Donc, vive la Chanson ! A ceux qui s'imaginent pouvoir fonder une royauté sans les royalistes, une république sans respecter la liberté , la liberté sans...
Strona 4 - Je n'ai pas entrepris de chanter dans ces vers Rome ni ses enfants vainqueurs de l'univers, Ni les fameuses tours qu'Hector ne put défendre, Ni les combats des dieux aux rives du Scamandre. Ces sujets sont trop hauts, et je manque de voix : Je n'ai jamais chanté que l'ombrage des bois, Flore, Echo, les Zéphyrs, et leurs molles haleines, Le vert tapis des prés et l'argent des fontaines.
Strona 15 - Tu nous verras ensemble, et ne seras point vu. (A ses femmes). Aux regards du tyran je veux qu'il se dérobe. Cachez-le promptement... VAZIPOURS. Où* ABUBEF. Dans ma garde-robe. (Au prince.) Je vais t'y retrouver; laisse faire à mon cœur, Tu vas y recevoir le prix de ton ardeur. Je t'ai donné deux fils : pour prouver que je t'aime, Je saurai t'y forcer à m'en faire un troisième.
Strona 4 - Ni les famcufes tours qu'Hector ne put défendre, Ni les combats des Dieux aux rives du Scamandre : Ces fujets font trop hauts , & je manque de voix; Je n'ai jamais chanté que l'ombrage des bois, Flore', Echo, les Zéphirs , & leurs molles haleines , Le verd tapis des prez , & l'argent des fontaines, C'eft...
Strona 5 - Ils se sont mis à table : elle a fait la folâtre ; Elle a chanté pour lui de grands airs de théâtre ; Ils ont choqué le verre : « À vous ! — Tope ! - À vous ! - Soit ! » Elle a crié, tout haut, par trois fois : « Le roi boit ! » Après quoi, le tyran, dans sa concupiscence... Ah ! si vous aviez eu la moindre conscience, Dieux ! l'auriez-vous souffert ! Mon cœur...
Strona 32 - J' l'y cassis la gueule et la mâchoire. M me ENGUEULE. « Sarpé millions d'escadrons A'chiens! c'est Suzon qui m'a joué c'tour-là? Garés, que j'la mette en bringue... Est-ce ti là, chienne, le grand marcy de t'avoir porté neuf mois dans mes entrailles ? SUZON. « Eh ben! montés dans ma hotte; j'vous porterai un an, et vous m
Strona 7 - J'ai soupe, j'en conviens, avec votre rival ; Mais vous ne devez pas m'en vouloir aucun mal... C'est pour mieux déguiser à ce roi, si barbare, Le coup que ma fureur aujourd'hui lui prépare. Tu verras en ce jour l'effet de mes projets ; Tu verras, contre lui, s'armer tous mes sujets ; Ta naissance pour eux cesse d'être un mystère, Et tu vas remonter au trône de ton père. DILAZAL Et pour mieux déguiser vos desseins et vos pas, Vous souffrez tous ses soins, madame, entre deux draps, Qu'il se...
Strona 23 - ... range en bataille ; Que pourras-tu tout seul contre eux tous ? rien qui vaille. Chacun du cocuage arborant les couleurs, L'un prend un poste ici, l'autre là, l'autre ailleurs ; Du sang royal il reste un prince légitime, Qu'on a sauvé, dit-on, de ta rage amplissime ; Ce bruit, de main en main, s'est répandu partout, Et tu n'es qu'un bâtard de l'un à l'autre bout. On te donne le nom de Cadet la Gingeole ; On te promet aussi plus d'une croquignole ; Pour te faire rôtir l'un récure son gril,...

Informacje bibliograficzne