Obrazy na stronie
PDF
ePub

Et du peuple français, vendu par l'étrangère,
L'Anglais a profané les lys.

Mais un crime en vain le couronne:

Il fuit devant notre Amazone;

Il est détrôné par Dunois;
Et le cruel, en sa ruine,
Au supplice d'une héroïne
Borne ses infâmes exploits.

LE CHOEUR.

Tremblez, etc.

Ici, voyez d'augustes ombres Frayer à notre audace un chemin sur les eaux: Duguay-Trouin, Suffren, quittant les rives sombres, Diriger encor nos vaisseaux; Ouvrant sa tombe triomphale, De sa haine, aux Anglais fatale, Duguesclin remplir tous les cœurs; Et le héros de la Neustrie τ Devant notre élite aguerrie Agiter ses drapeaux vainqueurs!

LE CHOEUR.

Tremblez, etc.

Là, les vainqueurs du Capitole

Sont unis parmi nous aux vainqueurs de Fleurus;

1. Guillaume Ier, dit le Conquérant.

Les héros de Zurich et les héros d'Arcole
Aux héros qui vous ont vaincus;
Ceux que d'une palme immortelle
Le Rhin, la Sambre et la Moselle
Ont vus couronnés tour à tour;
Et ceux qui, des monts helvétiques,
Fondaient sur les champs italiques,
Et les conquéraient en un jour.

LE CHOEUR.

Tremblez, etc.

Tremblez: Napoléon nous guide.

Le succès, le triomphe est écrit dans ses yeux;
Les dangers sont pour vous: sa gloire est notre égide;
Son nom seul est victorieux.

Lancé chez vous par la tempête,
Il apparaît à notre tête

Les foudres et l'olive en main;
Et, dans l'Angleterre soumise,
Il signe aux bords de la Tamise
Un traité pour le genre humain.

LE CHOEUR.

Tremblez, tremblez, tyrans des ondes,
Faux amis, ennemis pervers;

Nous courons venger les deux mondes:
Victoire, et liberté des mers!

[ocr errors]

I.

ROMANCE.

La connaissez, ma gente pastourelle:
D'un doux regard elle a su me charmer.
Savez le prix des doux regards d'Adèle:
Évitez-les, vous qui craignez d'aimer.

La gaîté brille en son joli sourire;
L'amour pétrit son minois enchanteur;
La volupté sur ses lèvres respire;

Sa bouche appelle et promet le bonheur.

Qui croit jouir, dit-on, rêve et sommeille: Rêver toujours, voilà mon seul desir. Rêvant si bien, malheur à qui s'éveille! Heureux qui dort bercé par le plaisir !

Raison se perd près d'Adèle jolie;
Tendre délire est toujours de saison;
Mais je préfère Adèle et sa folie

Au triste honneur de garder ma raison.

Et, si son cœur devenait infidèle,

Dans mon chagrin je bénirais l'amour:
Fut trop heureux qui fut aimé d'Adèle,

Quand son bonheur n'aurait duré qu'un jour!

II.

ROMANCE.

HIER ai vu ma douce amie,
Ai vu l'objet que veux chérir:
Sens mal d'amour; c'est pour la vie :
De mal d'amour ne veux guérir.

Douce, naïve, et point légère,
Rosette unit pour nous charmer
A jolis traits qui savent plaire
Sensible cœur qui sait aimer.

Sa voix touchante et son œil tendre
Doucement consument les jours:
Qui l'entend veut toujours l'entendre;
Qui la voit veut la voir toujours.

Adieu donc, plaisir d'amourette!
Reste fidèle à mon lien:

Ne puis aimer rien que Rosette;

Et sans Rosette aimer n'est rien.

[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »