Obrazy na stronie
PDF
ePub

LE CHOEUR.
Dicux!

JOCA S T E.
O mon fils! hélas ! Ylirai-je mon époux ?
O des noms les plus chers assemblage effroyable !
Il est donc mort?

LE GRAND-P RETRE.

Il vit , et le sort qui l'accable, Des morts et des vivans semble le séparer ; Il s'est privé du jour avant que d'expirer. Je l'ai vu dans ses yeux enfoncer cette épée, Qui du sang de son père avait été trempée; Il a rempli son fort, et ce moment fatal Du falut des Thébains eft le premier fignal. Tel est l'ordre du ciel , dont la fureur se lafle ; Comme il veut , aux mortels il fait justice ou grâce; Ses traits font épuisés sur ce malheureux fils. Vivez, il vous pardonne.

JOCA S T E.

Et moi je me punis.

(elle se frappe.)
Par un pouvoir affreux réservée à l'inceste ,
La mort est le seul bien, le seul dieu qui me reste.
Laius, reçois mon sang, je te fuis chez les morts :
J'ai vécu vertueuse, et je meurs sans remords.

CHOE U R.
O malheureuse Reine ! ô destin que j'abhorre!

JO CASTE
Ne plaignez que mon fils, puisqu'il respire encore.
Prêtres , et vous Thébains qui fûtes mes sujets ,
Honorez mon bûcher, et fongezà jamais
Qu'au milieu des horreurs du destin qui m'opprime,
J'ai fait rougir les dieux qui m'ont forcée au crime.

LE

Fire du cinquième et dernier acte.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Représentée, pour la première fois,

le 15 Février 1720.

[ocr errors][ocr errors]

DES EDITEURS.

Cette pièce fut jorée le 15 février 1920. Elle eut peu de succès. Le fond de l'intérêt est le même que dans Mariamne. C'est également une femme vertueuse persécutée par un mari cruel qu'elle n'aime point. Mais la fable de la pièce, le caractère des personnages, le dénouement, tout est différent : et à l'exception d'une scène entre Calsandre et Artémire, qui ressemble à la scène du quatrième acte, entre Hérode et Marianne , il n'y a rien de commun entre les deux pièces. On n'a pu retrouver Artémire; il n'en reste que la scène dont nous venons de parler, une parodie jouée à la comédie italienne, et le rôle d'Arteinire tout entier.

D'après ces débris , nous avons essayé de retrogver le plan de la pièce; mais celui qu'on pourrait deviner d'après la parodie , est fort différent du plan que donnerait le rôle d'Artémire. Nous avons préféré ce dernier , parce qu'il a permis de conserver un plus grand nombre de vers.

On verra dans ces fragmens que M. de Voltaire, qui n'avait alors que vingt-six ans, cherchait å former fon style fur celui de Racine. L'imitation eft même très-marquée.

[ocr errors][merged small]

1

CASSANDRE, roi de Macédoine.
ARTEMIRE, reine de Macédoine.
PALLANTE, favori du roi.
PHILOTAS, prince.
MENAS, parent et confident de Pallante,
HIPPARQUE , ministre de Casandre.
CEPHISE, confidente d'Artémire.

La scène eft à Larise, dans le palais du roi.

[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »