Obrazy na stronie
PDF
ePub

qu'il s'applique à dessiner des portraits, à reproduire des batailles, des scènes historiques et autres faits, il sera vrai sans être réaliste; il saura toujours saisir la nature au moment et sous le point de vue le plus favorable et lui faire rendre tout ce qu'elle peut exprimer.

FIN D U PREMIER VOLUME

TABLE DES MATIÈRES

Vocabulaire -
NOTIoNs PRÉLIMINAIREs

PAGES
CHAPITRE PREMIER. Définition et division de la philosophie;

son importance ; ses rapports avec la foi. ....... 79

l. Définition. - 2. La philosophie est la science naturelle
et supérieure des choses. - 3 Objets réservés à la philoso-
phie. - 4. Examen critique de quelques définitions. —
5. Objets matériel et formel de la philosophie — 6. Divi-
sion de la † — 7. Subdivisions principales de la
logique. — 8. Subdivisions de la philosophie réelle. — 8. Sub-
divisions de la philosophie morale. — l0. Examen critique
de quelques divisions. - ll. Importance donnée à la psycho-
logie. — 12 Critique. — 13. Ordre de l'enseignement des
sciences philosophiques. - l4. Relations, hiérarchie des
rincipales sciences philosophiques.— l5.Excellence de la phi-
o# philosophique.— 16 Utilité de la philosophie.
- l7. Services mutuels que se rendent la foi et la philo-
sophie. - l7 bis. La philosophie chrétienne. Qu'est-ce que la
philosophie scolastique ?

Logique.
CHAP. II. De la logique en général ......... ... .. .. ... .. 106
science de la science et de la vérité.—33 bis. La logistique. La
logique des sentiments.

18. La logique. Son objet : ce n'est pas la réalité, — 19. Le
logicien s'applique à s'entendre lui-même. — 20. Définition
de la logique. - 2l. Autres définitions. 22. La logique et
l'erreur. — 23 La logique et la vérité. — 24. La logique est-
elle une science ou un art ? — 25. Logique naturelle, logique
artificielle. — 26. Nécessité de la logique scientifique. —
27. Erreur d'A. Comte. — 28. La logique d'Aristote. — 29.
Division de la logique. Place de la critique. —30 Objections.
—3l. La logique est une science distincte. 32. † de
la logique et de la grammaire. — 33. Nécessité de la logique,

rit. — 35. L'idée. — 36. Compréhension et extension de
'idée — 37. L'idée n'est pas l'image sensible. — 38. Analo-

gie des actes sensibles et des actes spirituels. — 39. L'idée et

[merged small][ocr errors]

42 L'attention. L'abstraction. -- 43. Réfléchir, méditer, con-

templer, penser — , 44. Autres sources des idées. — 45. Idée

positive ; idée négative. — 46. Idée simple ; idée composée. —

47. Idée géométrique; idée pure. — 48. ldée sensible ; idée

intellectuelle. — 49. Idée concrète ; idée abstraite. — 50. Idée

réelle : idée logique. — 5l. Idée singulière ; idée universelle ;

idée particulière ; idée collective — 52. Idée univoque ; idée

analogue. Analogie de proportion, d'attribution, etc. — 53.

Principales idées analogues. — 54. Principales idées univo-

ques. Universaux : genre, espèce, etc. — 55 Remarques. On

compare les choses de même genre. — 56. Le genre et la diffé-

rence sont comme la matière et la sorme, la puissance et

l'acte. — 57 Il faut distinguer l'espèce réelle de l'espèce pure-

ment logique. - 58. Les animaux forment-ils une seule espèce

réelle ? — 59. Le genre a plus d'extension, mais moins de

† que l'espèce. — 60. Subordination de genres
et d'espèces. Classification - 6l Distinction, différence, diver-

sité. - 62 , Prédicables, modes d'attribution. — 63. Catégories,

attributs les plus généraux. - 64. Autres notions très géné-

rales. — 65. L'absolu et le relatif. Le mode — 66 Idée claire,

idée obscure. - 67. Dans toute question il faut éclaircir et

accorder les idées. 68. Idée distincte, idée confuse. — 69.

Idée complète, idée incomplète. Idée adéquate, idée inadé-

quate.— 70. Idées vraies, idées fausses.— 7 l. ldées identiques.

72. Idées associées — 73 Idées compatibles : idées incompa-

tibles ou opposées. Quatre sortes d'oppositions. — 74, Idées
intuitives, idées abstractives ; idées directes, idées réfléchies ;
idées innées, idées adventices, idées factices.

75. Le signe. — 76. Signe formel, signe instrumental. — 77

Signe naturel, signe conventionnel. — 78. Signe artificiel ou

mixte — 79, Signe certain ; signe incertain et équivoque. -

80. Signe sacré ; signe profane. — 81, Signe | intel-

lectuel ; signe sensible : signes vus, entendus, etc. — 82.

L'écriture : idéographique, phonétique. Graphologie.— 83. La

[ocr errors][ocr errors]

98. La définition. — 99. La division. — l00. Définition de

mot; définition de chose — l0l. L'étymologie. — 102. Défini-

tion essentielle : physique, métaphysique ou logique. —

103 Définitions imparfaites : extrinsèques ou intrinsèques. —

l04. Définition descriptive; définition génétique. — 105. Défi-
nition vulgaire ; définition arbitraire. Réflexions sur la langue
philosophique. — 106. Règles de la définition. — 107. Est-il
† de tout définir ? — 108. Pascal et la définition. —

[merged small][ocr errors]

09. Moyens d'arriver à une bonne , définition. — l 10. Impor- .

tance de la définition. — lll. Division. Tout réel ; tout logi-
que. — ll2. Tout physique ; tout métaphysique, — l13. Tout
essentiel, intégral, potentiel, accidentel. — l 14. Règles de la
division.

CHAP. VI. Du jugement et de la proposition . ... ... .. ... .

ll5. Le jugement : sa nature. -- l 16 Le jugement n'est pas

une opération première. — ll7. Espèce de jugements. Rap-

ports des deux termes. - ll8. Jugement analytique ; jugement

synthétique — ll9. Les jugements synthétiques à priori.-

120. Règles des jugements. - 12l. La proposition : elle n'est

ue l'un des élements du discours. — l22. Matière et forme

e la proposition. — l23. Remarques : Le verbe est du côté de

l'attribut — 124. Le verbe être et le verbe avoir. — l25.

Termes explicites et termes implicites. Termes simples et

termes complexes. — 126. Espèces de propositions : proposi-

tion naturelle, forcée, etc — 127. Proposition simple ; propo-

sition composée. — 128. Proposition universelle, particulière.

Remarques. — l29. Proposition affirmative, négative ; vraie,

fausse. - 130. Espèces de propositions composées. - 13l.

Proposition modale, exponible, complexe. — 132. Propriétés

des propositions : opposition, équivalence, conversion — 133.

Loi des propositions contradictoires. — 134. Propositions

contraires : leur loi. — 135. Propositions sous-contraires :

leur loi. —- 136. Propositions subalternes : leur loi. — 137.

Equivalence des propositions : sa loi. — 138. Conversion des

propositions : sa loi. — 139. Utilité de ces détails de logique.

183

[merged small][ocr errors][ocr errors]

l6l. Induction et déduction. — 162. L'induction est un
raisonnement. — l63. L'induction tend à la certitude.
l64. Rapports de l'induction et de la déduction. — 165. Syl-
logisme déductif et inductif — l66. Observation, expérimen-
tation. - 167. Pas d'induction sans déduction. — l68. L'in-
duction n'a pas été inventée. Socrate, Aristote, Bacon. -
l69., Espèces d'induction. — 170., Principe fondamental de
l'induction — l7l. Règles générales de l'induction. — l72.
Opinions sur la distinction de l'induction et du syllogisme.
— l73. L'induction n'a-t-elle aucune force sans le syllogisme !
— l74. Conclusions contre Stuart Mill. — l75. H. Spencer.

CHAP IX. Des états de l'esprit par rapport à la vérité et en
particulier de l'erreur et des sophismes.. .... ... 239

176. La science et la foi. — l77. La certitude et ses degrés.
— 178. L'ignorance. — l79. L'erreur, l'opinion, le doute.
180. Le sophisme : ses espèces 18l. Sophisme de mots. -
182. Sophismes de choses. — 183. Sophismes d'induction, de
déduction. — 184. Causes du sophisme et de l'erreur.
— l85. Méthode morale. — 186. Classifications des sophismes.
et des erreurs d'après Aristote, etC .

CHAP. X. De la démonstration ............... .. ....... 253
187. Raisonnement démonstratif, probable : absolument
ou relativement. — 188. Le raisonnement probable. Appar-

tient-il à la science ?-189. Ses espèces. Raisons de convenance.
— 190 Preuves d'autorité : leur rôle en philosophie. — 19l.
Utilité de l'histoire de la philosophie — 192. La démonstra-
tion. Pourquoi elle varie.— 193 Espèces de démonstrations.
- 194 Questions qu'on peut soulever en présence d'un objet.
- l95 Moyens de recherche, lieux de démonstration. — l96.
L'argumentation ; son utilité et ses règles.

« PoprzedniaDalej »