Obrazy na stronie
PDF
ePub

Foullahs originaires du Soudan oriental ne sont guère encore qu'à moitié nègres. Il faut aller au Congo, sur la côte de Guinée, sur le plateau de l'Afrique centrale pour voir le type éthiopien à son maximum de développement. Quant aux tribus Américaines, nous remarquerons en général qu'elles offrent le type mongol d'autant plus prononcé que l'on va de l'est à l'ouest. Au contraire les peuples qui habitent les rives de l'Atlantique se rapprochent beaucoup des Européens. C'est ce qui nous porte à attribuer une origine orientale aux races du Nouveau-Monde, et nous verrons tout à l'heure que sur ce point, leurs propres traditions semblent confirmer les données fournies par la science physiologique.

A l'éloignement du séjour originel, il convient, comme nous l'avons déjà dit, d'ajouter une seconde cause de modification, c'est l'époque à laquelle chaque famille s'est séparée du tronc commun; en règle générale, plus l'époque de cette séparation est ancienne et plus le type primordial s'est altéré. Les Endamènes, les plus laids des hommes, semblent avoir fourni sa première couche de population à la plus grande partie de l'ancien monde; ensuite apparaissent les Nègres proprement dits, les Alfourous ou noirs de race Papoua, puis les Malais, les peuples Finnois et Mongols; enfin les Sémites et les IndoEuropéens qui presque seuls ont conservé leurtype primordial, apparaissent en dernier lieu.

Il dut arriver assez souvent qu'une tribu descendît presque sans aucun mélange étranger, d'une famille unique, et vraisemblablement certaines difformités d'abord purement accidentelles ont pu se perpétuer ainsi de manière à devenir caractéristiques de toute une nation. Peut-être est-ce à quelque cause de ce genre qu'ils convient d'attribuer le singulier développement du système pileux chez les Aïnos ou la perforation si fréquente de l'olécrâne dans les momies Guanches.

Il n'est pas nécessaire au reste de croire que la nature humaine fut dans ces premiers âges plus souple, plus capable de modifications qu'elle ne le serait aujourd'hui. Cela peut être, mais cela est à coup sûr fort loin d'être prouvé. Je doute fort que si nous nous tronvions aujourd'hui soumis à l'influence des agents extérieurs qui ont fait le Nègre ou le Mongol ce que nous les voyons actuellement, notre type caucasien se conservat parfaitement pur. N'avons-nous pas vu de nos jours les malheureux Irlandais des districts de Sligo, d'Antrim et de Mayo, poursuivis jusque dans les gorges les plus retirées des montagnes par les baïonnettes anglaises et réduits à vivre d'herbes et de racines sauvages, perdre entièrement ce vieux type celtique si remarquable par sa beauté et sa vigueur. Aujourd'hui, leurs ventres ballonnés, leurs extrémités grêles, l'aplatissement de leur crâne les font ressembler bien plutôt à des Australiens qu'à des Européens; seule la couleur de la peau n'a pas subi d'importantes variations et décèle leur parenté avec les autres races de notre continent.

Au reste l'étude des couches les plus récentes de notre globe nous révèle l'antique existence en Europe même, sur les bords du Rhin et en Belgique, de races d'hommes plus dégradés encore que ne le sont les plus misérables des sauvages d'à présent. Les hommes dont les débris ont été retrouvés à Springfield unissaient à la taille la plus exiguë des hyperboréens du Groenland et de la Sibérie, un prognathisme encore plus prononcé que celui des nègres Pélagiens. Qu'est-il resté de cette première couche de population européenne? rien que quelques ossements. Ce n'est pas d'aujourd'hui seulement

que les races les plus avancées en civilisation se sont arrogé le droit d'exterminer les populations auxquelles leur ignorance et leur faiblesse ne permettaient point la résistance.

Quoi qu'il en soit, en vertu d'une lui secrète, mais qui ne paraît guère trouver son application en debors de notre espèce, l'homme, une fois qu'il a perdu son type primitif, semble ne plus pouvoir le recouvrer à moins de mélange étranger, quelles que

soient d'ailleurs les bénignes influences auxquelles il se trouve soumis. Nous avons déjà cité et avec assez de détail, l'exemple des Chinois, des Japonais, celui des noirs d'Amérique auxquels des milliers de siècle de civilisation ne pourront peut-être pas enlever ce cachet d'infériorité et de laideur physique qu'un très-petit nombre de générations dut suffire à leur faire prendre.

HYACINTHE DE CHARENCEY.

[blocks in formation]
[ocr errors]

Le fait capital sur lequel Diodore insiste, en parlant de la région du baut Nil, c'est celui d'une ressemblance très-marquée entre les Ethiopiens de Méroé et les Egyptiens. Je ne parle

. pas ici de ressemblance anatomique: il ne paraît pas s'en être préoccupe, mais d'institutions semblables; et les Ethiopiens, selon lui, le proclamaient eux-mêmes en disant que les Egyptiens avaient en général des coutumes éthiopiennes 2: c'est l'hypothèse dont j'ai parlé au premier paragraphe, de la civilisation descendant le Nil au lieu de le remonter. « Ces Ethio» piens, continue Diodore, ressemblent aux Egyptiens en ce » qu'ils considèrent les rois comme des dieux; ils leur ressem» blent aussi par le soin extrême qu'ils prennent des sépultures » et par beaucoup d'autres usages, aussi bien que par la forme v de leurs images et par leur écriture. » Il ajoute que, chez les Egyptiens, les caractères démotiques ou populaires sont connus de tout le monde et les caracteres hiéroglyphiques des prêtres seuls, tandis qu'en Ethiopie les hiéroglyphes sont accessibles à tous; que les prêtres ont les mêmes doctrines (ou la même organisation quotnuata) dans les deux pays; qu'ils sont rasés et vêtus de la même manière pour la purification des objets sacrés; que les sceptres en forme de charrue portés par leurs rois et les hautes coiffures royales environnées d'aspics se trouvent également en Egypte et en Ethiopie 3.

Nous en savons assez maintenant sur l'ancienne Egypte et même, depuis les voyages de Caillaud et de Lepsius, sur l'ancienne Ethiopie, pour reconnaître que cet exposé est généra' Voir le 1er article au numéro précédent, ci-dessus, p. 220. Diod., s, 3. Diod., ibid.

2

3

272

que nous ! conservat les malheu. de Mayo, 1 des monta d'herbes et type celtiq jourd'hui, l'aplatisser: à des Aust peau n'a 1 parenté av

Au reste nous révè du Rhin encore ! présent. I Springfiel boréens encore pl resté de

25. forme de pyra195ar conséquent, -- Véroé seulement

ents funèbres de ucbre considérable Discarde comme la

cole de Nuri, sur Store autre ville an

z nie vingtaine d'assez & oportzinutes à Kurru, sur la

=les débris de la

[ocr errors]

: la connaissance s tres se reconnaissent will I durement les

il mer siècle, c'est 1.- ID, fort novices

1ures qu'ils emali 1. criture démoXable à celle de s ses signes. »

egyptiens; or legybique dont

Lions, supposer IL: cat une autre Lesot, serait tout

rien que lemente

[ocr errors]

arrogé le ignoranc

Quoi paraît g l'homm plus pou

es des différentes

Ton a dorait en

que soie

trouve s l'exemp

ri125.

rat i-Dème des idées * l *t hus d'etat d'en lire

sem poonetique : la EL U320 que c'était un

Seademées. Cepenrani i dit que cer

u i bets.

pte depuis bien des siècles 1. Les costumes des personnages

ains se ressemblent assez, sans être toujours absolument mêmes, et dans les ornements royaux dont parle Diodore an reconnaîl sans peine ceux qui figurent partout sur les

numents égyptiens. Diodore nous apprend ensuite 2 que rois étaient à peu près électifs chez les Ethiopiens; un ceril nombre de candidats étaient désignés aux prêtres et une reuve superstitieuse décidait entre eux du choix d'un soulain, qui était alors adoré comme un dieu. Les rois d'ailleurs rient tenus à l'observation de certaines coutumes, même ans leur vie privée, ce qui nous rappelle les anciennes meurs e l’Egypte, telles que les décrit Hérodote; ils ne pouvaient i récompenser ni punir arbitrairement. Leur subordination 'n vers l'ordre sacerdotal avait même été poussée beaucoup plus loin qu'elle ne le fut jamais en Egypte, puisque Diodore raconte comme un fait constant à une époque encore peu éloignée de la sienne, que les prêtres de Méroé pouvaient envoyer au souverain l'ordre de mourir, en vertu d'un oracle, et que celui-ci, abattu par la superstition, s'y soumettait sans résistance. Ce fut seulement au temps de Ptolémée Philadelphe que le roi Ergamène (celui dont Evergète continua les constructions à Pselcis) étant instruit dans la philosophie des Grecs, se révolta contre la condition qui était faite à la monarchie, et, pénétrant avec des soldats dans le sanctuaire où étaient réunis les prêtres, les égorgea tous et mit fin à cette coutume.

Il faut avouer d'une part qu'une obéissance si longue et si absolue des rois aux prêtres a eu ici quelque chose de peu vraisemblable, et de l'autre qu'elle s'accorde peu avec l'apothéose permanente des souverains vivants. Il faut ajouter d'ailleurs que l'archéologie nous a jusqu'ici appris peu de chose sur l'histoire intérieure de ce pays du 7 au 1° siècle avant J.-C. « Cependant elle n'a pas été stérile. « J'ai trouvé, écrivait Lepsius, une trentaine de noms distincts de is et de reines d'Ethiopie. Je n'ai pu les ranger par ordre

ologique; mais par le rapprochement d'inscriptions

illaud, ch. 30, 47, 48, 50, 52. — Lepsius, pages 147, 149, 152, 163, f. dans Caillaud, planche x, 2, XIV, XVI, XVII, XVIII, XLVII, LXIX.

« PoprzedniaDalej »