Obrazy na stronie
PDF
ePub

enveloppées, et au lieu de périr sous leurs morsures, les changer euxmêmes. Il est bien plus grand et bien plus admirable de changer leurs âmes que de les tuer. Or, cette manière de s'exprimer leur apprend à déployer la douceur des brebis au milieu des loups. – S. GRÉG. Celui qui a accepté le ministère de la prédication ne doit pas faire du mal, mais en supporter , afin d'apaiser par son aménité la fureur de ceux qui sont déchaînés contre lui, et que, tout couvert d'autres blessures, on le voie se consacrer à la guérison de celles des pécheurs. Si quelquefois le droit le force à punir ceux qui lui sont soumis, que sa colère vienne de l'amour et non pas de la cruauté, et qu'au moment qu'il établit au dehors ce que demande la règle , il aime d'un amour paternel au fond de son cæur ceux qu'il châtie extérieurement. Plusieurs, au moment où ils reçoivent les pouvoirs du commandement, se montrent ardents à déchirer ceux qui leur sont soumis, ils font éclater la terreur du pouvoir, veulent paraître dominateurs, ne se reconnaissent pas du tout comme des pères, et échangent l'humilité pour l'enflure de la domination. Et si quelquefois ils vous flattent au-dehors, ils sévissent contre vous en leur âme; c'est d'eux qu'il a été dit: « Ils viennent à vous avec des vêtements de brebis, et au dedans ce sont des loups ravissants. » Il nous faut bien remarquer que c'est contre eux que nous sommes envoyés comme des loups au milieu des brebis, afin de nous préserver contre la morsure du mal en conservant le sens de l'innocence. - S. JÉR. — Il appelle loups les scribes et les pharisiens qui étaient les clercs de la religion juive (1). – S. Hil. Par loups sont aussi désignés tous ceux qui devaient, dans leur fureur insensée, se déchaîner contre les apôtres.

(1) Saint Jérôme fait ici allusion à la vocation des clercs, qui étaient consacrés au service divin, ainsi que les scribes et les pharisiens chez les Juifs.

plurimos morsus accipientes ab eis, non et intus paterna pietate diligat quos foris solum non consumuntur, sed et illos con- castigat. Multi autem cum regiminis jurs vertunt. Multo autem mirabilius est et suscipiunt, ad lacerandos subditos inardesmajus transmutare mentes eorum, quam in- cunt, terrorem potestatis exhibent, domini terticere eos. Inter lupos autem, ovium man- | videri appetunt, patres se esse minime rem suetudinem eos docet ostendere. GREG., in cognoscunt, humilitatis locum in elationem hom. (17, in Evang. ). Qui enim locum præ- dominationis immutant; et, si quando exdicatoris suscipit, mala inferre non debet, trinsecus blandiuntur, intrinsecus sæviunt, sed tolerare; ut ex ipsa sua mansuetudine de quibus dicitur (Matth., 7) : Veniunt iram sævientium mitiget, et peccatorum ad vos in vestimentis ovium, intrinsecus vulnera ipse in aliis afflictionibus vulnera- | autem sunt lupi rapaces : contra quæ nobis tus, sanet : quoniam etsi quandoque zelus considerandum est, quia sicut oves inter rectitudinis exigit ut erga subditos sæviat, | lupos mittimur; ut sensum servantes innefuror ipse de amore sit, non de crudelitate; centiæ, morsum malitiæ non habeamus. quatenus et jura disciplinæ foris exhibeat, | HIER. Lupos autem scribas et phariseos (1) Allusion à ces paroles de saint Paul : Le Christ habite par la foi dans nos âmes (Eph., 3, v. 17). Réalisant la cérité dans la charité, croyez en celui qui, en toutes choses, est votre chef, le Christ (Ep., 4, v. 15).

S. CARYS. - La consolation de leurs maux, c'était la puissance de celui qui les envoyait. Aussi l'expression de cette puissance précéde-telle celle de leur mission : « Moi, je vous envoie, » leur dit-il, et c'est comme s'il leur disait : « Ne vous troublez pas d'être envoyés comme des brebis au milieu des loups. Je puis faire que vous n'ayez rien à en souffrir, et que non-seulement vous vous montriez supérieurs aux loups, mais plus terribles que les lions. Il faut que cela soit ainsi, par là vous serez plus illustres, et ma force en éclatera davantage. » Ensuite, afin qu'ils y mettent un peu d'eux-mêmes, et qu'on voie bien qu'ils ne sont pas couronnés sans mérite, il ajoute : « Soyez donc prudents comme des serpents, et simples comme des colombes. » – S. HIL. — Afin d'éviter les embûches par leur prudence, et le mal par leur simplicité. Le serpent est pris ici pour embleme de l'astuce, parce qu'il se sert de tout son corps pour couvrir sa tête, et porter ainsi la défense là où est la vie. Ainsi, sauvons , au péril de tout notre corps, notre chef, qui est le Christ, c'est-à-dire, étudions-nous à conserver notre foi pure et sans tache (1). — RAB. — Le serpent a coutume de se frayer un passage au travers d'épais buissons pour y laisser sa vieille peau. C'est ainsi que le prédicateur qui passe dans la voie étroite y laisse le vieil homme. — RÉMIG. — C'est une belle parole que celle par laquelle le Seigneur avertit les prédicateurs d'avoir la prudence du serpent; car c'est par le serpent que le premier homme fut trompé, et cette parole du Christ revient à celle-ci : « Ainsi qu'il fut rusé pour perdre, ainsi soyez-le pour sauver; » il loua l'arbre, vous exaltez la

vocat, qui sunt clerici Judæorum. Hilar. I prudentiam devitent insidias, per simpliciLupos etiam significat omnes hos qui vesano tatem non faciant malum. Et serpentis furore in apostolos desævituri erant. astutia ponitur in exemplum, quia toto

CHRYS., in homil. (34, ut sup.). Malo corpore occultat caput; ut illud , in quo rum autem erat eis consolatio, mittentis vita est, protegat : ita nos toto periculo virtus : et ideo ante omnia posuit, dicens : corporis caput nostrum (qui Christus est) Ecce ego mitto vos, quasi dicat : Ne tur- custodiamus, id est, fidem integram et inbemini quoniam in medio luporum mitti-corruptam servare studeamus, RABA. Solet mini : possum enim facere ut nihil mali etiam serpens eligere strictas rimas, per sustineatis, non solum lupis non suppositi, quas transiens veterem pellem exuat : si sed leonibus terribiliores effecti : sed ita militer prædicator transiens per angustam expedit fieri : hoc enim vos clariores facit, viam, veterem hominem omnino deponat. et meam virtutem magis divulgat. Deinde, REMIG. Pulchre etiam Dominus prædicaut aliquid etiam a seipsis inferant, et non tores serpentis prudentiam monet habere, sine causa coronari æstimentur, subdit : quia primus homo per serpentem deceptus Estote ergo prudentes sicut serpentes, et est : ac si diceret : Quia hostis callidus simplices sicut columbæ. HILAR. Ut per fuit ad decipiendum, vos prudentes sitis ad liberandum : ille laudavit lignum, vos lau-cum injusta patimur; neque per insidias date crucis virtutem. HILAR. Ille animum alicui nocendo, REMIG. Ideo autem Domiprimum mollioris sexus aggressus est, spenus hæc duo sociavit, quia simplicitas deinde illexit, et communionem immorta- absque prudentia facile decipi potest; et litatis spopondit : pari ergo opportunitate prudentia periculosa est, nisi simplicitate (introspecta uniuscujusque natura et volun- temperetur. tate) verborum adhibenda prudentia est, HIER. Simplicitas autem columbarum er spes futurorum bonorum revelanda; nt Spiritus Sancti specie demonstratur : unde quod ille mentitus est, nos prædicemus ex dicit Apostolus (1 ad Cor., 14): Malitia vero secundum sponsionem Dei (Matth., autem parvuli estote. Chrys., in homil. 22). Angelis similes futuros esse qui cre | 134, ut sup.). Quid autem durius his fiet dant.

vertu de la croix. - S. Hil. - Lui, c'est d'abord à l'âme du sexe le moins résistant qu'il s'attaqua; il l'allécha ensuite par l'espérance, et promit une participation à l'immortalité; ainsi également, tout en tenant compte de la nature et des dispositions d'un chacun, il faut se servir de paroles prudentes, révéler l'espérance des biens éternels, et promettre en toute vérité, d'après les engagements du Seigneur, ce qu'il ne promit qu'en mentant, à savoir que ceux qui ont la foi seront semblables aux anges.

S. CHRYS. — Ainsi qu'il vous faut avoir la prudence du serpent pour ne pas être lésés en choses importantes, ainsi devons-nous avoir la simplicité de la colombe pour ne pas nous venger, lorsque nous avons à souffrir des choses injustes, et pour ne nuire à personne en lui tendant des embûches. – RÉMIG. — C'est avec raison que le Sauveur unit les deux choses; car la simplicité sans la prudence peut être déçue facilement, et la prudence a ses dangers lorsqu'elle n'est pas tempérée par la simplicité.

S. JÉR. — La simplicité des colombes est annoncée par la figure dont s'est revêtu l’Esprit-Saint. C'est en faisant allusion à cette vertu que l'Apôtre a dit : « Soyez petits en malice. » — S. Chrys. — Qu'y a-t-il de plus dur que de tels ordres ? Il ne suiffit pas d'avoir à supporter le mal; il n'est pas même permis de s'en troubler, ce qui est l'apanage de la colombe; car la colère ne fait pas tomber la colère, et la seule douceur peut l'éteindre.

RAB. — Ces mots qui suivent : «Gardez-vous des hommes, » montrent que ces loups dont il vient de parler ne sont que nos semblables. – LA GLOSE (1). – C'est pour cela qu'il est nécessaire que vous soyez (1) Ou plutôt dans saint Anselme avec plus d'étendue.

I jussionibus ? Non enim sufficiens est pati CHRYS., in homil. (24, ut sup.). Sicut mala, sed neque turbari conceditur (qnod autem prudentiam serpentis oportet ha- est columbæ) ; ira enim non per iram, sed bere, ut in principalibus non lædamur, sic per mansuetudinem extinguitur. et simplicitatem columbæ in non vindicando RAB. Quod autem lupi, de quibus supra

comme des serpents, c'est-à-dire pleins de ruse; car tout d'abord, selon leur coutume, ils vous traduiront devant leurs tribunaux, pour vous empêcher de prêcher en mon pom; si vous n'y renoncez pas, ils vous flagelleront, et finiront par vous traduire devant leurs rois et leurs présidents. – S. Hil. – Eux qui s'esforcent d’extorquer ou votre silence ou votre consentement.

S. CHRYS. — Il est incroyable qu'en entendant cela ces hommes ne se soient pas retirés aussitôt, eux qui n'avaient jamais quitté les bords du lac dans lequel ils jetaient leurs filets. Mais c'est là non-seulement la marque de leur vertu, mais encore celle de la sagesse du docteur, qui à chaque mal joignait le remède. En leur disant : « A cause de moi, » il leur donne une consolation qui n'est pas peu de chose, celle d'avoir à souffrir pour son nom. Ils ne seront pas persécutés comme des hommes perdus ou méchants (1); et il leur donne par ces mots le motif de leurs persécutions : « Pour leur servir de témoignage. » — S. GRÉG. – C'est-à-dire ceux qui les ont engloutis dans leurs persécutions, et que leur mort n'a pu changer. La mort du juste sert en effet de témoignage contre les méchants pendant qu'elle aide les bons. Là où les élus trouvent un exemple qui les porte à la vie, les pervers périssent sans excuse.

S. CHRYS.— Cela les consolait, non par la pensée de la perte des autres, mais par la conviction que le Christ serait toujours là, sachant et pressentant tout. — S. Hil. — Ce témoignage non-seulement enlève aux persécuteurs cette excuse d'avoir ignoré Dieu, mais encore aux na

[ocr errors]

dixerat, sint homines, ostendit cum sub- 1 jungit : unde et hoc dicit : Propter me; dit : Cavete autem ab hominibus. GLOSSA. non enim parva consolatio est propter Ideo autem necessarium est ut sitis sicut Christum pati, quoniam non ut perniciosi serpentes, id est, astuti : nam secundum et pocivi hoc patiebantur : et rationem addi.. suam consuetudinem , tradent vos primum dit : In testimonium illis, GREG. (in hom. in conciliis, prohibendo ne prædicetis in 34, in Evang.). Qui scilicet persequendo nomine meo ; deinde incorrectos flagella-mortem intulerunt, vel qui vivendo non bunt vos; tandem ad reges et præsides du sunt mutati : mors quippe sanctorum bonis cemini. HILAR. (can. 10, in Matth.). Qui est in adjutorium, malis in testimonium; extorquere silentium vestrum, aut conni- ut inde perversi sine excusatione pereant, ventiam, tentant.

unde electi exemplum capiunt ut vivant. CHRYS., in homil. (34, ut sup.). Miran CHRYS., in homil. (34, ut sup.). Hoc dum est autem, qualiter hoc audientes, autem eos consolabatur, non quia aliorum non statim abscesserint homines, qui sta cupiebant pænam, sed ut confidentiam hagnum illud nunquam egressi fuerant circa beant, quoniam ubique eum habent præsenquod piscabantur : quod non virtutis eorum tem et præscientem. HILAR. (can. 10, in erat solum , sed sapientiæ Doctoris. Uni- Matth.). Non solum autem hoc testimonio, enique enim malorum mitigationem ad-excusatio ignoratæ Divinitatis adimenda est persequentibus, sed etiam gentibus via pan- | confidere, dicens : Cum autem tradent ros denda credendi Christum, pertinacibus in- nolite cogitare quomodo aut quid loqueter sævientium pænas) confessorum vocibus mini. Duo autem dicit : Quomodo, sut prædicatum : et hoc est quod subjungit : I quid; quorum unum refertur ad sapienGentibus.

tions pour lesquelles ce témoignage ouvrait le chemin de la foi, et qui auront entendu au milieu des tourments ces voix qui s'opiniâtraient à confesser le Seigneur. Et c'est pour cela qu'il ajoute : mx nations.

Lors donc que l'on rous lirrera entre leurs mains, ne rous mettez point er

peine comment vous leur parleres, ni de ce que vous leur dires; car ce que cous dece: leur dire cous sera donné a l'heure même ; puisque ce n'est pas vous qui parlez, mais que c'est l'Esprit de rotre Père qui parle en rous.

S. CHRYS. — Il ajoute aux consolations précédentes une nouvelle consolation qui n'est pas petite. Supposant qu'ils lui ont objecté: Comment pourrons-nous parvenir à persuader au milieu de telles persécutions ? il leur ordonne de ne pas se préoccuper de la réponse, et leur dit: « Lorsqu'on vous traduira, ne pensez ni à ce que vous allez répondre ni à la manière de répondre. » Ainsi il y a deux choses distinctes : la chose à répondre et la manière de la répondre. L'une de ces deux choses est du ressort de la sagesse ; l'autre de la parole. Or, comme le Seigneur leur fournissait et la parole, et la sagesse, source de leur pensée, les prédicateurs de l'Évangile n'avaient nullement à se préoccuper de la pensée et de la parole. - S. JÉR. — Lorsque nous sommes traduits devant les juges pour le Christ, nous n'avons à offrir que notre intention. Pour le reste, c'est le Christ, habitant en nous, qui parlera pour lui-même, et il nous assistera dans nos réponses de la grâce de l'Esprit-Saint.-S. Hil.—Notre foi, si elle se donne à l'accomplissement de tous les préceptes divins, sera instruite de ce qu'elle doit répondre. Qu'elle en ait pour garant Abraham, qui, après avoir

tiam, alterum ad oris officium : quia enim

et ipse subministrabat verba quæ loqueCum autem tradent ros, nolite cogitare quo rentur, et sapientiam qua ea proferrent,

modo aut quid loquamini : dabitur enim non fuerat necesse sanctis praedicatoribus cobis in illa hora quid loquamini : non cogitare quid loquerentur aut quomodo. enim ros estis qui loquimini, sed Spiritus HIER. Cum enim propter Christum ducaPatris restri loquitur in cobis.

mur ad judices, voluntatem tantum pos

tram pro Christo debemus offerre : cæterum CHRYS., in homil. (34, ut sup.). Cum ipse Christus, qui in nobis habitat, loquepræmissis consolationibus non parvam et tur pro se; et Spiritus Sancti in respondendo aliam apponit : ut enim non dicerent : Qua- gratia ministrabitur, HILAR. Fides enim liter suadere poterimus, talibus persecutio- nostra omnibus præceptis divinæ voluntatis nibus existentibus; jubet eos de responsione intenta, ad responsionem scientiæ instrue;

« PoprzedniaDalej »