Obrazy na stronie
PDF
ePub

scandales et ceux qui font iniquité, » il veut distinguer entre les hérétiques et les schismatiques, désignant par ceux qui font des scandales les hérétiques, et par ceux qui commettent l'iniquité les schismatiques. - LA GLOSE (1). — Par scandales, il faut entendre ceux qui présentent à leur prochain une occasion ou de péché ou de ruine, et par ceux qui font l'iniquité les pécheurs, quels qu'ils soient.

RAB. — Remarquez qu'il dit : Et ceux qui font l'iniquité, et non ceux qui ont fait l'iniquité; car il n'y aura de livrés aux supplices éternels que ceux qui persistent dans leurs péchés, et nullement ceux qui ont fait pénitence. - S. Chrys. — Remarquez l'ineffable amour de Dieu pour les hommes : il est prompt pour le bienfait et lent pour la peine. Lorsqu'il sème, c'est par lui-même; lorsqu'il punit, c'est par les autres, par les anges qu'il envoie à cet effet.

SUITE. — « Il y aura là des pleurs et des grincements de dents. ) – RÉMIG. — Par là est démontrée la véritable résurrection des morts (2). Par là aussi est annoncée la double peine de l'enfer, celle de l'extrême chaleur et celle de l'extrême froid. Or, ainsi que l'ivraie nous figure les scandales , ainsi les paroles suivantes : « Alors les justes brilleront comme le soleil dans le royaume de leur Père, » se rapportent aux enfants du royaume. Dans ce monde, la lumière des saints brille devant les hommes ; après la fin du monde, les justes brilleront eux-mêmes comme le soleil dans le royaume de leur Père. - S. Chrys. - Ce n'est pas que cette lumière soit plus grande que celle du soleil ; mais il se

(1) Ce n'est ni dans la Glose actuelle ni dans saint Anselme, et je n'ai pu le trouver ailleurs.

(2) Elle est insinuée en Job, 24, v. 19.

faciunt iniquitates, intelligantur schis-, corporum resurrectio : nihilominus ostenmatici, Glossa. Vel aliter : Per scan- ditur per hoc duplex pæna inferi : scilicet dala possunt intelligi illi qui præbent nimii caloris, et nimii frigoris ; sicut auproximo occasionem offensionis aut ruinæ; tem scandala referuntur ad zizania, ita isti per facientes iniquitatem , quicunque reputantur in filios regni, de quibus sequi. peccantes. Rab. Observa quod dicit : Et tur : Tunc justi fulgebunt sicut sol in reeos qui faciunt iniquitatem, non qui fe- gno Patris eorum : in præsenti enim seculo cerunt ; quia non qui conversi sunt ad pæ- fulget lux sanctorum coram hominibus ; nitentiam, sed solum qui permanent in pec- post consummationem autem mundi, ipsi catis, æternis cruciatibus mancipandi sunt. justi fulgebunt sicut sol in regno Patris sui.

CHRYS., in homil. (48, ut sup.). Vide CHRYS. (ut sup.). Non quia ita solum sicut autem ineffabilem Dei amorem ad homines, sol, sed quia hoc sidere aliud magis lucuEst enim ad beneficia promptus et ad pæ lentum non noscimus, cognitis nobis utitur nam tardus. Cum enim seminat, per se- exemplis. REMIG, Quod autem dicit : Tunc ipsum seminat; cum autem punit, per alios; fulgebunt, intelligendum est quia et nunc mittit enim ad hoc angelos suos.

fulgent in exemplum aliorum ; sed tunc Sequitur : Ibi erit fetus et stridor den fulgebunt sicut sol, ad laudandum Deum. tium. REMIG. His verbis demonstratur veral Sequitur : Qui habet aures audiendi au

sert de cette comparaison parce que parmi les astres qui éclairent cette terre il n'y en a aucun qui soit plus brillant que le soleil (1). — RÉVIG.

- Ceci : Alors ils brilleront, veut dire que les saints après avoir brillé sur cette terre par leur exemple, brilleront alors comme le soleil, pleins de la gloire de Dieu.

SUITE. — Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. » - RAB. – C'est-à-dire que celui qui a de l'intelligence compremme, parce que toutes ces paroles ont un sens mystérieux.

Le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ, que

homme trouve et qu'il cache ; et dans la joie qu'il ressent il ca rendre tout ce qu'il a, et achete ce champ.

S. CHRYS. — Les paraboles que le Seigneur avait dites plus haut, en parlant du levain et du grain de sènevé, se rapportaient à la puissance de la parole évangélique, qui devait soumettre le monde entier (2) Maintenant, pour montrer son prix et son éclat, il se sert de la para bole du trésor et de celle de la pierre précieuse : « Le royaume du ciel est semblable à un trésor caché dans un champ. » La prédication de l'Évangile est cachée dans le monde, et si vous ne vendez pas tout, vous ne l'achèterez pas; et de plus, il faut le faire avec joie : « Lorsqu'un homme la trouve, il la cache. »–S. Hil. - Ce trésor est gratuit, la prédication de l'Évangile est sans condition, mais user de ce trésor et le posséder avec le champ, cela ne peut pas se faire sans condition; et l'on ne peut pas posséder les richesses du ciel sans leur sacrifier quelque chose de cette terre. - S. JÉR. — Qu'il l'ait caché, ce n'est point par jalousie; mais s'il le cache dans son cour, c'est par le désir de conserver et par la crainte de perdre ce qu'il a su préférer à toutes les autres richesses.

(1) Le mot luculentum pourrait laisser de l'ambiguité, si le mot grec ouvepotepsy ne précisait pas le sens de la manière dont nous avons traduit ce mot.

(2) Le grec Tipusa est au futur et aurait dû être traduit par superabit.

diat. RAB. Id est, qui habet intellectum, sitatem et magnificentiam ejusdem ostendeintelligat, quia mystice hæc omnia intelli ret, proponit parabolam de thesauro et genda sunt.

margarita, dicens : Simile est regaum cce

lorum thesaury abscondito in agro ; prædiSimile est regnum cælorum thesauro abscon- catio enim Evangelii occulta est in mundo;

dito in agro, quem invenit homo, abscon-et, si non vendideris omnia, non emes eam ; dit, et præ gaudio illius vadit, et vendit et cum gaudio hoc oportet facere : vnde universa quæ habet, et emit agrum illum. sequitur : Quam qui invenit homo abscoa

dit. HILAR. Hic quidem thesaurus gratis CHRYS., in homil. 48, ut sup.). Para-invenitur : evangeliorum enim prædicatio bolæ quas supra Dominus posuerat de fer-in absoluto est : sed utendi et possidendi mento et sinapi, ad virtutem evangelicæ hujusmodi thesauri eum agro potestas non prædicationis referuntur, quoniam supera- potest esse sine pretio ; quia coelestes divitiæ vit orbem terrarum : nunc autem ut pretio- non sine damno seculi possidentur. HIER. Quod autem abscondit, non de invidia fa- y dent. Deprædari ergo desiderant, qui thecit; sed timore servantis et nolentis per- saurum publice portant in via. Hoc autem dere, abscondit in corde , quem pristinis dico, non ut proximi nostri opera nostra prætulit facultatibus.

S. GRÈG. – Ou bien, le trésor caché dans le champ, c'est le désir du ciel; le champ dans lequel on le cache, c'est la sainte discipline que l'on embrasse pour arriver au ciel. Lorsqu'un homme trouve ce trésor, il le cache pour le conserver, parce que le désir du ciel ne suffit pas pour le défendre contre les malins esprits , lorsque celui qui le porte ne s'efforce pas de le dérober à la gloire humaine. Cette vie est semblable au chemin qui nous conduit à la patrie, et des esprits mauvais, ainsi que des voleurs, assiégent ce chemin , et ceux qui portent le trésor d'une manière ostensible dans ce chemin , désirent donc être volés. Je ne dis pas cela pour enlever au prochain le spectacle de nos bonnes auvres, mais afin que nous ne cherchions pas par ce que nous faisons la gloire extérieure. Le royaume des choses célestes est donc semblable aux choses de la terre, en ce sens que l'âme doit s'élever des choses qu'elle connait aux choses qu'elle ne connait pas encore , et aimer ce qu'elle n'a point encore vu de cet amour qu'elle a donné aux choses qu'elle possède déjà. — SUITE. « Et à cause de sa joie, etc., etc. » Il achète le champ après avoir vendu tous ses biens, celui qui, renonçant aux voluptés de la chair, foule aux pieds par son obéissance aux lois divines tous ses désirs terrestres.

S. JÉR. —- Ou bien, ce trésor est celui dans lequel sont cachés tous

(1) Allusion aux paroles de l'Apôtre sur le Christ (ép. aux Col., 2, v. 3).

bona non videant, sed ut per hoc quod agiGREG., in homil. (12, in Evang. ). Vel mus, laudes exterius non quæramus. Cæaliter : thesaurus in agro absconditus, est lorum autem regnum idcirco terrenis rebus cæleste desiderium : ager vero in quo the-simile dicitur, ut ex his quæ animus novit, saurus absconditur, est disciplina studii ce-surgat ad incognita, quæ non novit; ut per lestis ; quem scilicet thesaurum cum invenit hoc quod scit notum diligere, discat et homo, abscondit (scilicet ut servetur), quia ignotum amare : sequitur : Et præ gaustudium coelestis desiderii a malignis spiri- dio, etc., agrum profecto venditis omnibus tibus custodire non sufficit qui hoc ab hu- comparat, qui voluptatibus carnis renunmanis laudibus non abscondit : in præsentitians, cuncta sua terrena desideria per discietenim vita quasi in via sumus qua ad pa- plinæ coelestis custodiam calcat. triam pergimus ; maligni autem spiritus HIER. Vel thesaurus iste in quod sunt iter nostrum, quasi quidem latrunculi, obsi- omnes thesauri sapientiæ et scientiæ abscon

ces trésors de la sagesse et de la science (1). — ou le Verbe-Dieu qui paraît caché dans la chair du Christ, ou bien les Saintes-Écritures dans lesquelles repose la connaissance du Sauveur. -S. Aug. - Ce trésor caché dans le champ, ce sont les deux Testaments dans l'Église; lorsque quelqu'un a atteint une partie de leurs paroles, par leur intelligence, il sent qu'il y a là de grandes choses cachées, et il s'en va, et il vend tout cé qu'il possède, et il l'achète : c'est-à-dire qu'il achete le repos par le mépris des choses temporelles, et devient ainsi riche de la connaissance de Dieu..

Le royaume des cieux est semblable encore à un homme qui est dans le trafic,

et qui cherche de bonnes perles ; et qui, en ayant trouvé une de grand prir, va vendre tout ce qu'il avait, et l'achète.

S. Chrys. — Non-seulement la parole de l'Évangile est d'un grand prix , ainsi qu'un trésor, mais elle est encore précieuse comme une perle : « Le royaume des cieux est encore semblable à un homme qui cherche de bonnes perles. » Dans la prédication de cette parole, il faut deux choses : se séparer des soins de cette terre et être vigilant, double enseignement qui est contenu dans cette comparaison du com: merçant. La vérité est une, elle n'est pas divisée en plusieurs parties (1), et c'est pour cela.qu'il n'est question que d'une seule pierre précieuse; et ainsi que celui qui, possédant une pierre d'un grand prix, est seul à connaître sa richesse, la prenant souvent dans sa main à cause de son peu de poids; ainsi , dans la possession de l'Évangile, celui-là seul qui en jouit se sait riche , et les infidèles, qui ne connaissent pas le prix de ce trésor, ignorent complétement notre richesse.

(1) Non pas que la vérité ne puisse se présenter sous plusieurs aspects dans notre langue et dans notre intelligence, mais parce que, dans sa forme primitive, elle est une. Voy. saint Augustin, liv. des Confes., c. 20.

diti, aut Deus Verbum est, qui in carne autem una pretiosa margarita, abiit et Christi videtur absconditus ; aut sanctæ didit omnia quæ habuit, et emit eam. Scripturæ, in quibus reposita est notitia Salvatoris. Arg., De quæst. Evang. (lib. 1,! CHRYS., in homil. (48, ut sup.). Evancap. 13). Hunc autem thesaurum dixit in gelica prædicatio, non solum lucrum molagro absconditum, scilicet duo Testamenta tiplex præbet ut thesaurus, sed et pretiosa in Ecclesia ; quæ cum quis ex parte intel-est ut margarita : unde post parabolam da lectus attigerit, sentit illic magna latere; thesauro, ponit parabolam de margarita, et vadit et vendit omnia sua, et emit illum; dicens : Iterum simile est regnum cælorum id est, contemptu temporalium comparat quærenti bonas margaritas, etc. In prædisibi otium, ut si dives cognitione Dei, catione enim duo oportet adesse, sciliæt ab

hujus vitæ negotiis separari, et vigilantem Iterum simile est regnum cælorum homini ne- esse, quod negotiatio designat : yna autem

gotiatori quærenti bonas margaritas : inventa est veritas, et non partita, et propter hoc una margarita dicitur inventa ; et sicut qui, margaritæ condemnatio sit veterum margamargaritam habet, ipse quidem novit quod ritarum, sed quod comparatione ejus omnis dives est, aliis vero non est cognitus, mul alia gemma sit vilior. toties eam manu detinens propter ejus par- GREG., in hom. (11, in Erang.) Vel per vitatem, ita est in prædicatione Evangelii : margaritam pretiosam intelligitur cælestis qui enim eam detinent, sciunt se divites vitæ dulcedo, quam inventam omnia venesse : infideles autem hunc thesaurum nes dens emit; quia qui cælestis vitæ dulcedicientes, divitias nostras ignorant.

S. JÉR. — Par cette bonne perle, nous pouvons entendre la loi et les prophètes. Ecoutez donc ceci , Marcion et vous manichéens ; que la loi et les prophètes sont une bonne perle! La science du Sauveur, le mystère de sa passion et de sa résurrection , sont donc une pierre très précieuse. Lorsqu'un commerçant l'a trouvée, ainsi que Paul l'apôtre, il méprise comme de la boue tous les mystères de la loi et des prophètes, et ses observances anciennes dans lesquelles il avait vécu d'une manière irréprochable. Il les abandonne pour gagner le Christ : non pas que cette trouvaille de cette pierre la plus précieuse de toutes détruise le prix de celles que l'on possédait auparavant; mais c'est qu'auprès d'elle toutes les autres sont inférieures.

S. GRÉG. — Ou bien, cette pierre précieuse est la douceur de la vie céleste ; celui qui la trouve vend pour elle tout ce qu'il possédait. En effet, celui qui a connu la douceur de la vie céleste, autant qu'on peut la connaitre, abandonne pour elle tout ce qu'il avait aimé sur la terre. Il trouve désormais sans beauté tout ce qui lui avait plu parmi les choses humaines, et il n'y a plus dans son âme que l'éclat de la pierre précieuse. — S. Aug. – Ou bien, cet homme qui cherche de bonnes perles et qui en trouve une de grand prix est celui qui, cherchant des hommes bons pour vivre utilement avec eux, en trouve un sans péchés, Jésus-Christ; ou bien celui qui, cherchant des principes qui le fassent vivre comme il faut au milieu des hommes, trouve celui de la

nem, in quantum possibilitas admittit, HIER. Bonæ autem margaritæ possunt perfecte cognoverit, ea quæ in terrenis intelligi lex et prophetæ, Audi ergo, Mar- amaverat, libenter cuncta derelinquit; decion et Manichæe, quod bonæ margaritæ forme conspicitur quicquid de terrenæ rei sunt lex et prophetæ. Una ergo pretiosissi- | placebat specie, quia sola pretiosæ margama margarita est scientia Salvatoris, et sa- ritæ claritas fulget in mente. cramentum passionis et resurrectionis il- AUG., De quæst. Evang. (ex Matth., cap. 13). lius : quod cum invenerit homo negotiator, Vel homo cum quærit bonas margaritas, similis Pauli apostoli, omnia legis prophe invenit unam pretiosam ; quia quærens hotarumque mysteria et observationes pristi- mines bonos, cum quibus utiliter vivat, nas, in quibus inculpate vixerat, quasi pur-invenit unum sine peccato, Jesum Christum; gamenta contemnit, ut Christum lucrifa-aut præcepta quærens quibus servatis cum ciat (ad Philip., 3), non qnod inventio bonæ hominibus recte conversetur, invenit dilec

« PoprzedniaDalej »