Obrazy na stronie
PDF
ePub

un sens plus intime, aux nations: la mère et les frères du Sauveur sont à la porte, c'est-à-dire la synagogue et le peuple juif. - S. Hil. — Ils avaient cependant le même pouvoir d'entrer jusqu'à lui, qui était venu au milieu des siens, et que les siens n'avaient point reçu; mais cependant ils n'entrent ni n'approchent.

S. GRÉG. — Pourquoi sa mère doit-elle rester dehors, comme s'il ne la connaissait pas? Parce que la synagogue n'est plus reconnue par celui qui la fonda, ayant perdu l'intelligence spirituelle, se contentant de l'observation de la loi, et tenue à la porte par sa fidé lité à la lettre. – S. JÉR. — Après l'avoir demandé, et l'avoir prié, et avoir envoyé un messager, ils auront la réponse ; ils ont le libre arbitre, et ils pourront, s'ils veulent, entrer et croire.

CHAPITRE XIII.

Ce même jour, Jésus, étant sorti de la maison. sassit auprès de la mer. Et

il s'assembla autour de lui une grande foule de peuple; c'est pourquoi il monta dans une barque il s'assit, tout le peuple se tenant sur le rivage; et il leur disait beaucoup de choses en paraboles, leur parlant de cette sorte : Celui qui sème est sorti pour semer ; et pendant qu'il semait quelque partie de la semence tomba le long du chemin ; et les oiseaux du ciel, étant venus, la mangèrent. Une autre tomba dans des lieux pierreux, elle

goga et populus Judæorum foris stant. | foris stare perhibetur ; quia videlicet synaHILAR. (can. 12, ut sup.). Cum itaque goga idcirco ab auctore suo non recogneingrediendi ad eum haberent ut cæteri po- scitur, quia legis observationem tenens, testatem ; quia tamen in sua venit, et sui spiritualem intellectum perdidit, et se si eum non receperunt (Joan., 1), ingressu custodiam litteræ foris fixit. Hier. Cumque atque aditu abstinent.

rogaverint, et quæsierint, et nuntium mise

rint, responsum accipient; liberi eos akse GREG., in hom. 3 (ut jam sup.). Unde arbitrii; intrare posse, si velint et ipsi creet mater ejus cum quasi non agnoscitur, I dere.

CAPUT XIII.

In illo die eriens Jesus de domo, sedebat secus

mare. Et congregatæ sunt ad eum turbæ multæ, ita ut in naviculam ascendens sederet; et omnis turba stabat in littore ; et locutus est eis multa in parabolis, dicens : Ecce , etiit qui seminat , seminare semen suum, Et dum seminat, quædam ceciderunt

secus viam, el venerunt voiucres cali, et on mederunt ea. Alia autem ceciderunt i fr trosa, ubi non habebant terram multam, a continuo erorta sunt, quia non habebaal altitudinem terre : sole autem orlo estas verunt ; et quia non habebant radicem, ar?. runt. Alia autem ceciderunt in spinas,

n'avait pas beaucoup de terre; et elle leva aussitôt, parce que la terre elle était n'avait pas de profondeur. Mais le soleil s'étant levé ensuite, elle en fut brûlée, et comme elle n'avait point de racine , elle sécha. Une autre tomba dans les épines, et les épines venant à croitre l'étouffèrent. Une autre enfin tomba dans de bonne terre, et elle porta du fruit , quelques grains rendant cent pour un, d'autres soixante, et d'autres trente. Que celui-l'entende qui a des oreilles pour entendre.

S. CHRYS. — Après avoir répondu à celui qui lui avait annoncé la présence de sa mère et de ses frères, il fait cependant ce qu'ils lui demandaient, et il sort de la maison. C'est ainsi qu'après avoir guéri d'abord dans ses frères le mal de la vaine gloire, en sortant, il rend à sa mère l'honneur qui lui est dû : « Jésus, sortant ce jour-là. »

- S. Aug. — Ces mots ce jour-expriment assez que cela arriva immédiatement après ce qui précède ou peu de temps après, à moins que l'on ne prenne le mot de jour dans le sens qu'il a quelquefois dans l'Écriture, c'est-à-dire d'un temps indéfini (1).

RAB. — Non-seulement les paroles et les actions du Seigneur, mais encore les chemins et les lieux qu'il parcourt et dans lesquels il fait éclater sa prédication et ses miracles, sont pleins d'enseignements divins. Après ce discours qu'il a tenu dans cette maison où a été prononcé contre lui cet horrible blasphème, qu'il était possédé du démon, il sort et il enseigne sur le rivage de la mer; il montre ainsi qu'abandonnant la Judée, à cause du crime de sa perfidie, il devait passer aux nations pour les sauver. En effet, les ceurs des infidèles, longtemps superbes et incrédules, pouvaient être comparés aux flots amers, qui se lais

(1) Ainsi dans les passages suivants : Dans ce jour vous connaitres, Jean, 14, v. 20 ; Dans ce jour vous ne me demanderez rien, Jean, 16, v. 23 ; et au v. 25, Et en ce jour vous demanderez quelque chose en mon nom.

creverunt spinæ , et suffocaverunt ea. Alia ( præmissa, aut non multa interponi potuisse; autem ceciderunt in terram bonam, et da- nisi forte dies, more Scripturarum, tempus bant fructum ; aliud centesimum , aliud significet. se cagesimum, aliud trigesimum, Qui habet RABA. Non solum autem verba et facta aures audiendi, audiat.

Domini, verum etiam itinera ac loca in

quibus virtutes operatur et prædicat, coelesChrys., in hom. (45, ut sup.). Post tibus sunt plena sacramentis. Post sermoquam increpaverat eum qui matris et fra- nem quippe in domo habitum, ubi nefanda trum præsentiam nuntiavit , dehinc fecit blasphemia dæmonium habere dictus est, quod illi cupiebant : exiit scilicet domum; egrediens docebat ad mare; ut ostenderet primo sanans ægritudinem vanæ gloriæ se relicta ob culpam perfidiæ Judæa, ad fratrum ; secundo decentem honorem exhi- gentes salvandas esse transiturum : gentibens matri : unde dicitur : In illo die lium enim corda diu superba et incredula, exiens Jesus, etc. AUG., De cons. Evang. merito tumidis amarisque fluctibus maris (lib. 2, cap. 11). Cum dicit, in illo die, satis assimilantur : domum vero Domini per indicat, ant hoc consequenter gestum post fidem fuisse Judæam quis nesciat?

sent facilement enfler. Qui ignore que la maison du Seigneur était la Judée que la foi lui avait consacrée ?-S. JÉR. — Il faut remarquer que le peuple ne pouvait pas entrer dans la maison et s'y trouver au moment où il dévoilait des mystères aux apôtres. C'est pour cela que le miséricordieux Seigneur sort de la maison et s'assied au bord de la mer, où le suivent des foules nombreuses : ainsi entendront sur le rivage ceux qui ne méritajent pas d'entendre les enseignements de la maison; c'est pour cela qu'il est ajouté ; « Et voici que des foules nombreuses se réunissent autour de lui. » - S, CHRYS. — L'évangéliste ne s'exprime pas ainsi sans intention; mais il veut montrer que tel avait été le plan du Seigneur, et qu'il n'avait pas voulu en laisser un seul derrière lui, mais les avoir tous devant les yeux. – S. Hil. – L'on voit, d'après le contexte, que le Seigneur s'assit sur une nacelle et que les foules restèrent sur le rivage. Il allait parler en paraboles pour nous apprendre par ce fait que ceux qui sont hors de l'Église ne peuvent avoir aucune intelligence de la parole divine. Cette nacelle nous représente l'Église, du milieu de laquelle sort le Verbe de vie vers ceux qui sont à l'extérieur, et qui, semblables au sable stérile, ne peuvent pas comprendre.-S. JÉR. — Jésus est au milieu des flots; de cà et de là la mer brise ses flots. Tranquille dans sa majesté, il fait approcher la nacelle du rivage, afin que le peuple, n'ayant aucun péril à craindre et n'étant pas entouré de tentations qui dépassent sa force, reste sur le rivage pour entendre de là ses paroles. — RAB. – Ou bien que le Seigneur enseigne du milieu de sa nacelle, cela nous apprend que le Christ devait monter par la foi sur les âmes des Gentils, et rassembler son Église sur les bords de la mer, c'est-à-dire au sein des

HIER. Considerandum etiam quod popu- , est ratio. In parabolis enim erat locuturus; lus domum Jesu non poterat intrare, nec et facti ipsius genere significat, eos qui esse ibi ubi apostoli audiebant mysteria : extra Ecclesiam positi sunt, nullam disini idcirco miserator Dominus egreditur de sermonis posse capere intelligentiam : navis domo sua, et sedet juxta hujus seculi mare, enim Ecclesiæ typum præfert, intra quam ut congregentur ad eum multæ turbæ; et verbum vitæ positum et prædicatum hi qui audiant in littore, quæ intus non mere- extra sunt, et arenæ modo steriles, intelbantur audire : unde sequitur : Et congre- ligere non possunt. HIER. Jesus etiam in gaæ sunt ad eum turbæ multæ. Curys., mediis fluctibus est; hinc inde mari tundiin thom. (45, ut sup.). Hoc autem non tur; et in sua majestate securus appropinsimpliciter Evangelista posuit, sed ut mon-quare facit terra naviculam suam ; u straret quod Dominus hoc fecerit; volens populus nequaquam periculum sustinens, cum diligentia hoc spectaculum statuere, non tentationibus circumdatus quas ferre ut nullum dimittat post dorsum, sed omnes non poterat, stet in littore (fixo gradu) ut coram facie habeat. HILAR. (can. 13, in audiat quæ dicuntur. Raba, Vel quod Matth.). Sedisse autem Dominum in navi, ascendens navem sedebat in mari, signincst et turbas foris stetisse, ex subjectis rebus quod Christus per fidem ascensurus erat in

nations persécuțrices. Cette foule qui est sur le rivage et qui n'est ni sur la mer ni dans la nacelle, nous représente ceux qui reçoivent le Verbe de Dieu, et que la foi n'a pas encore séparés de la mer, c'est-àdire des pervers, et qui n'ont pas encore été ipondés des mystères célestes.

SuiȚE. — « Et il leur dit beaucoup de choses en paraboles. »–S. CHRYS. - C'est ce qu'il n'avait pas fait sur la montagne. Son dişcours n'y avait pas été tissu de paraboles ; car il n'y avait que la foule et qu'un peuple simple (1), tandis qu'ici il y avait des scribes et des pharisiens. Ce n'est pas seulement à cause de cela qu'il leur parla en paraboles, mais afin de donner plus de clarté à ses paroles, de les graver plus profondément en leur mémoire et de les mettre en relief à leurs regards. -S. JÉR.

- Et remarquez qu'il ne leur dit pas tout en paraboles, mais seulement plusieurs choses. S'il avait tout exprimé en paraboles, le peuple se serait retiré sans aucun fruit; mais en mêlant les choses claires aux choses obscures, il les provoque à apprendre ce qu'ils ne comprennent pas par l'appåt des choses qu'ils ont comprises. La foule n'était pas d'un sentiment unanime, mais elle représentait une multitude de volontés diverses, et il lui parle en paraboles afin qu'une diversité multiple d'enseignements s'adresse à cette diversité de þesoins. S. Curys. - La première parabole est de nature à rendre l'auditeur attentif, et, comme il devait parler par figures, il éveille tout d'abord l'attention de ceux qui l'écoutaient en disant : « Celui qui sème sortit pour semer sa semence. )-S. JÉR. — Ce semeur, c'est le Fils de Dieu

(1) Ou grossier , ainsi que peut être entendu dans deux sens différents le mot 122505.

mentes gentilium, et Ecclesiam collecturus quod non omnia locutus sit eis in parabolis, in mari, id est, in medio nationum contra- sed multa : si enim dixisset cuncta in padicentium. Turba vero quæ stabat in lit-rabolis, absque emolumento populi recestore, quæ neque in navi, neque in mari sissent; sed perspicua miscet obscuris, ut erat, gerat figuram recipientium verbum per ea quæ intelligunt, provocentur ad Dei, et jam fide a mari (id est, a reprobis) eorum notitiam quæ non intelligunt. Turba separatorum, sed necdum mysteriis coeles etiam non unius sententiæ est, sed divertibus imbutorum.

sarum in singulis voluntatum : unde loquiSequitur : Et locutus est eis multa in tur ad eam in multis parabolis, ut juxta parabolis. CHRYS., in hom, 145, ut sup.). varias voluntates, diversas reciperent disciQuamvis in monte ita non fecerit : non enim per parabolas sermonem contexit : CHRYS., in hom. (45, ut sup.). Primam tunc enim turbæ solæ erant et plebs in autem parabolam ponit eam quæ faciebat composita; hic autem et scribæ et pharisæi, auditorem attentiorem : quia enim sub Non propter hoc autem solum in parabolis ænigmate erat tractaturus, erigit mentes loquitur, sed ut manifestiorem sermonem audientium per primam parabolam, dicens : faciat, et ampliorem memoriam imponat, et Ecce exiit qui seminat seminare semen sub visum res reducat. HIER. Et notandum suum, etc. HIER. Significatur autem sator

qui est venu semer parmi les peuples la parole de son Père. S. CHRYS. — D'où est-il sorti celui qui est présent en tous lieux ? Comment est-il sorti? Il n'est pas sorti en quittant un lieu, mais par l'incarnation, et il s'est rapproché de nous en se revêtant de la chair (1). Il est venu à nous parce que nous ne pouvions pas aller à lui, nos pé. chés nous en empêchant. — RAB. — Ou bien il est sorti parce que, par ses apôtres, il a abandonné la Judée et il a passé aux nations. – S. JÉR. Ou bien il était dedans lorsqu'il était dans la maison et qu'il dévoilait à ses disciples ses mystères. Il sortit de cette maison pour jeter sa semence au milieu des foules. -S. CHRYS. — Lorsque vous entendrez ces paroles : « Que le semeur sort pour semer, » ne pensez pas qu'il y ait identité entre les deux membres de cette phrase. Le semeur peut sortir pour autre chose : ou bien pour labourer, ou bien pour couper les mauvaises herbes, ou bien pour un soin semblable. Mais ici il sort pour semer: qu’adviendra-t-il de cette semence? Trois parts périssent et une seule est conservée, non pas également, mais avec quelque différence : « Pendant qu'il sème, quelques grains tombèrent sur le chemin. » S. JÉR. — Valentin se sert de cette parabole pour établir son hérésie sur les trois natures : la nature spirituelle, la nature naturelle ou animale, et la terrestre. L'une est le chemin, l'autre est couvert de pierres, la troisième d'épines et la quatrième une bonne terre.---S. CHRYS. — Mais que veut dire semer parmi les épines , sur la pierre et dans les chemins. Au sens terrestre et or

(1) Dans le grec TV oxécil mzi Oixovouiz on topos nuis diż TIF 27.TY,0 Gioza TEPLOCAN, l'on remarque le mot économie, dont se sert souvent le grec pour exprimer l'incarnation

iste qui seninat, esse Filius Dei, et Patris , ut scindat terram, vel ut malas incidat in populis seminare sermonem. CHRYS., in herbas, vel ut spinas evellat, vel ut aliam hom. (45, ut sup.). Unde autem exiit qui quamdam talem diligentiam exhibeat : hic ubique præsens est, vel qualiter exiit? Non autem ad seminandum exivit : quid igitur loco, sed incarnatione, propinquior factus fit de semine isto? Tres depereunt partes, nobis per habitum carnis : quia enim nos et una salvatur ; et hoc non æqualiter, sed intrare non poteramus ad eum, peccatis cum differentia quadam : unde sequitur : nostris prohibentibus nobis ingressum, ipse Et dum seminat, quædam ceciderunt secus ad nos egreditur. Raba. Vel exiit, cum viam, etc. HIER. Hanc parabolam ad prorelicta Judæa per apostolos ad gentes trang-bandam hæresim suam Valentinus assumit, ivit, HJER. Vel intus erat, dum domi ver- tres introducens naturas : spiritualem, nssabatur, et loquebatur discipulis sacramenta turalem vel animalem atque terrenan; (seu mysteria). Exiit ergo de domo sua, ut cum hæc quatuor sint; una juxta viam, seminaret in turbis, CHRYS., in hom. (45, alia petrosa, tertia plena spinis, quarta ut sup.). Cum autem audieris, quoniam terra bona. CHRYS., in hom. (45, ut sap.). exiit qui seminat ut seminet, non æstimes Sed secundum hoc qualiter haberet rationen esse identitatem sermonis. Egreditur enim inter spinas seminare, et super petram, et multoties qui seminat et ad aliam rem : vel l in via ? In seminibus qnidem et terra ma

« PoprzedniaDalej »