Obrazy na stronie
PDF
ePub

IMPRIMERIE DE G. L. F. PANCKOUCKE,

RUE DES rOITEVIMS, M° 14.

COMPLÈTES

DE CLAUDIEN

TRADUCTION NOUVELLE

PAR MM. HÉGUIN DE GUERLE

PROFESSEUR AU COLLEGE DE LOUIS-LE-GRAND

ET ALPH. TROGNON.

TOME PREMIER
PAR M. ALPH. TROGNON.

1 PARIS

C. L. F. PANCKOUCKE

MEMBRE DE ORDRE ROYAL DE LA LEGION D'honneur
EDITEUR, BUE DES POITEVINS, N° l4

[ocr errors]

29 June t891. From the Library of Prof. B. W. «UBNBYi

t

RECHERCHES HISTORIQUES

SUR

CLAUDIEN ET SUR SON SIÈCLE.

C'est une curiosité naturelle à tous les lecteurs de vouloir connaître l'histoire de l'homme dont ils admirent les écrits. Rien de ce qui le concerne ne leur semble indifférent : l'époque et le lieu de sa naissance, ses parens, son éducation , ses relations d'amitié, les encouragemens qu'il a reçus, les obstacles qu'il a eus à surmonter pour arriver à la célébrité 5 tous ces détails sont pour eux du plus vif intérêt. C'est par là que, s'identiGant avec l'écrivain, ils assistent en quelque sorte à la création de ses ouvrages, et découvrent la source de ses inspirations dans les évènemens dont il a été le témoin, dans les mœurs, dans les usages du pays qu'il a habité, dans l'idée prédominante du siècle où il a vécu. Ainsi, Virgile, né au milieu des troubles qui agitèrent Rome pendant les deux triumvirats, Virgile qui avait vu son patrimoine dévasté par les soldats d'Octave, consacra ses premiers chants à la peinture de la vie rustique. Alors la paix et le repos étaient le besoin le plus urgent des Romains, fatigués des horreurs de la guerre civile, et cette disposition générale des esprits ne contribua pas moins que le talent du poète au succès des Eglogues et des Géorgiques.

Ce n'est donc point une vaine et frivole investigation que celle de ces hommes qui s'occupent à rechercher laborieusement tous les faits qui ont un rapport plus ou moins direct avec l'histoire de leur auteur favori. C'est le meilleur commentaire qu'ils puissent faire de ses ouvrages, et la connaissance de ces faits leur donne la clef d'une foule d'allusions qui, sans cela, resteraient pour eux tout-à-fait inintelligibles. Par une fatalité qui trop souvent s'attache au génie, nous ne possédons que des documens fort incertains sur la vie privée de la plupart des écrivains de l'antiquité. Ce n'est pas que bon nombre d'entre eux n'aient eu leurs historiens; mais, pour peu que l'on remonte aux sources où ont été puisées ces biographies apocryphes, on est pleinement convaincu qu'elles ne méritent guère plus de con

« PoprzedniaDalej »