Histoire naturelle des religions, Tom 2

Przednia ok³adka
O. Doin, 1885 - 331

Z wnêtrza ksi±¿ki

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 77 - Seigneur et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.
Strona 52 - Cet écoulement ne nous paraît pas seulement impossible , il nous semble même très injuste ; car qu'y at-il de plus contraire aux règles de notre misérable justice que de damner éternellement un enfant incapable de volonté , pour un péché où il paraît avoir si peu de part, qu'il est commis six mille ans avant qu'il fût en être...
Strona 52 - Car il est sans doute qu'il n'ya rien qui choque plus notre raison que de dire que le péché du premier homme ait rendu coupables ceux qui, étant si éloignés de cette source, semblent incapables d'y participer.
Strona 40 - Toutes choses m'ont été données par mon Père : et nul ne connaît le Fils, si ce n'est le Père; et nul ne connaît le Père, si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils aura voulu le révéler.
Strona 78 - Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne ou une cymbale qui retentit.
Strona 204 - Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour.
Strona 217 - En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes : et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont point comprise.
Strona 165 - Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi, ou les Prophètes : je ne suis pas venu les abolir, mais les accomplir*.
Strona 217 - ... ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu même.
Strona 115 - Mais je me trompe en disant une république chrétienne : chacun de ces deux mots exclut l'autre. Le christianisme ne prêche que servitude et dépendance. Son esprit est trop favorable à la tyrannie, pour qu'elle n'en profite pas toujours. Les vrais chrétiens sont faits pour être esclaves (*) ; ils le savent, et ne s'en émeuvent guère ; cette courte vie a trop peu de prix à leurs yeux.

Informacje bibliograficzne