Obrazy na stronie
PDF
ePub
[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

dans le milieu. A peine avoit-on jetté les premiers cris , que les frondeurs de Scipion s'enfuirent & se mêlerent à la seconde ligne. Ausli-côc la cavalerie des deux partis commença un combat, qui demeura assez long-temps douteux. Mais le désordre s'étant mis parmi les cavaliers, à l'occafion des fantallins qui se mêlerent dans leurs rangs, plusieurs tombant de leurs chevaux effrayés, ou sautant eux-mêmes enbas, lorsqu'ils voyoient les leurs plier ; le combat commençoit à passer de la cavalerie à l'infanterie ; lorsque les Numides ayant fait un petit circuit , vinrent attaquer les Romains par derriere. Ce mouvement acheva de les déconcerter. Leur consternation fut. Le jeune Sci: encore augmentée par la blessure de pion fauve Scipion, qui eût été pris ou tué, si fon fils, âgé au plus de quinze ans, ne fût accouru , & ne l'eût tiré des mains des ennemis. C'est à ce jeune Romain qu'est réservé l'honneur de terminer cette guerre à l'avantage & à la gloire de la patrie. C'est lui qui recevra le nom glorieux d’Africain, après qu'il aura remporté une victoire.célébre sur Annibal & les Carthaginois, sous les murailles même de Carthage. Cepen.

che

Con pereg

[merged small][merged small][ocr errors]

Telini & elt

dant ceux qui prirent la fuite avec le plus de précipitation , furent les frondeurs, que les Numides avoient attaqués les premiers. Une troupe de cavaliers bien serrés ayant reçû le consuf parmi eux, & le couvrant non-seule.

ment de leurs armes, mais encore de Scipion vain. leurs corps, le remenerent jusques dans cu auprès du

le
camp,

d'un

pas qui avoit plutôt l'air fauvé par son d'une retraite honorable , que d'une fals,

fuite honteuse. Cælius donne l'hon. neur d'avoir fauvé le consul à un efclave Ligurien. Pour moi, j'aime bien mieux que ce soit son fils qui ait fait une fi belle action : & en effet le plus grand nombre des historiens l'ont ainsi rapporté; & la tradition s'en est confervée jusqu'à nous.

Tel fut le premier combat des Romains & des Carthaginois. Et l'on jugea dès lors que la cavalerie d'Annibal étoit superieure à celle de la république; & que pour cette raison, les Romains devoient éviter les vastes plaines qui sont entre le Pô & les Alpes. C'est pourquoi dès la nuit suivante, Scipion ayant ordonné à ses soldats de plier sé. crectement bagage, il s'éloigna du Tefin, & gagna promptement les rives du Pô, dans le dessein de faire passer

ce fleuve à ses troupes sans désordre, & sans être poursuivi des ennemis, par le moyen des radeaux dont on s'étoit déja servi , & qui n'avoient pas encore été détachés. Ils arriverent à Plaisance avant qu'Annibal fçût qu'ils étoient décampés d'auprès du Tesin. Il se mic auffi-tôt à les poursuivre, & fit prisonniers six cent hommes qu'il trouva encore en-deça du fleuve, & qui n'avoient pas fait assez de diligence pour passer de l'autre côté. Il n'arriva pas assez tôt pour passer sue le même pont, que le courant avoit emporté , dès qu'on avoit détaché du bord les barques qui étoient aux extrémités. Cælius écric que Magon avec la cavalerie d'Annibal & l'infanterie Espagnole, passa aussitôt le fleuve à la nage; & qu'Annibal fit passer le reste de son armée par

des gués qu'il trouva en remontant vers

fa fource, après avoir disposé les éléphants de suite dans toute sa largeur pour soutenir & diminuer l'impétuo. fité du courant. Ceux qui connoif fent la nature de ce fleuve, s'en rapporteront difficilement à lui. Car il n'est pas vrai-semblable que les cavaliers ayent pû surmonter la rapidité de fes flots., sans perdre leurs chevaux.ou.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

leurs armes; quand on conviendroit que tous les Espagnols l'avoient déja paffé avec leurs outres ; & il auroit fallu faire un long circuit, & y employer bien du temps, pour trouver , en remontant, des gués propres à pafser une armée chargée de bagage & de butin. Ceux-là sont plus croyables , qui disent qu'on fut deux jours à trou. ver un endroit où l'on pût placer un pont de batteaux ; &

que ce fut par là que Magon étant passé le premier avec la cavalerie légere des Espagnols, alla en un jour joindre les ennemis auprès de Plaisance : pendant qu'Annibal après avoir donné audience aux ambaffadeurs des Gaulois, au-delà du fleuve, faifoit passer for infanterie & ses bagages. Peu de jours après il campa, & o dès le lendemain, il presenta la bataille

aux ennemis. Les Gaulois

La nuit fuivante, les troupes auxi. désertent du liaires des Gaulois s'étant soulevées camp des Romains,

contre les Romains, causerent cependant dans leur camp plus de désordre que

de mal. Environ deux mille fantallins. & deux cent cavaliers de cette nation, après avoir tué ceux qui gardoient les portes, se refugierent dans. le

camp d'Annibal. Ce général les res

[ocr errors][ocr errors]

1

out avec beaucoup de bienveillance ; & leur ayant promis de grandes récompenses , il les renvoya chacun dans leur pays, avec ordre d'engager leurs compatriotes dans ses interêts. Scipion regarda ce meurtre commis

par

les Gaulois, comme le signal d'une révolte générale. Il ne douta point qu'après s'être portés à cet excès de perfidie, ils ne courufsent aux armes comme des furieux. C'est pourquoi, malgré la douleur que lui caufoit encore la bleffure, il partit secretcement dès la quatriéme veille de la nuit suivante; & s'étant avancé du côté du fleuve Trebie, il alla camper sur des éminences, où il n'étoit pas facile à la cavalerie d'aborder. Sa retraite ne fut pas

si secrette qu'auprès du Tesin. Ainsi An. nibal ayant envoyé après lui premierement les Numides , ensuite toute sa cavalerie, auroit infailliblement défait son arriere-garde , si les Numides, emportés par l'avidité du butin, ne fe fufsent jeccés dans le camp que les Romains venoient d'abandonner. Pendant qu'ils fouillent par tout, sans rien trouver qui soit capable de les dédommager

du

temps qu'ils perdent, l'ennemi leur échappe des mains. En.ef,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PoprzedniaDalej »