Obrazy na stronie
PDF
ePub

trouver une place digne de lui que dans ces bibliothèques de premier choix dont tout le monde nommera facilement les heureux possesseurs.

G. D.

III

A la vente d'un savant bibliophile anglois, M. Topham Beauclerk, qui eut lieu' vers l'année 1780, il se trouvoit un superbe exemplaire du César de Clarke, qui paroissoit être l'exemplaire même présenté au duc de Malborough, et qui fut adjugé au prix élevé de 40 liv. sterl. (1,000 fr.) On racontoit alors comment ce livre étoit arrivé dans la bibliothèque de son dernier possesseur, et comme cette anecdote, qui fut sans doute insérée dans les journaux anglois de l'époque, est curieuse, en même temps qu'honorable pour la mémoire d'un bibliophile, nous pensons que les lecteurs du Bulletin nous sauront quelque gré de la leur avoir fait connoître.

A la mort d'un officier anglois, possesseur de ce beau livre qui lui étoit arrivé comme héritage de famille, sa mère, qui se trouvoit sans doute un peu gênée, apprenant que ce volume pouvoit être de quelque valeur, annonça l'intention de s'en défaire, et alla en effet elle-même l'offrir à M. Topham Beauclerk, dont elle connoissoit le goût particulier pour les beaux livres. Celui-ci accueillit la visiteuse avec bienveillance, lui demanda le prix du volume qu'elle lui offroit, et lui remit sur-le-champ les quatre guinées qu'elle en demanda. Quelques jours après, M. Topham fut curieux de connoître la valeur réelle de l'acquisition qu'il avoit faite; il se rendit chez un des meilleurs libraires de la ville qu'il habitoit, et lui demanda quel prix il donneroit d'un pareil livre. Celui-ci lui répondit qu'il en donneroit dix-sept guinées. M. Topham Beauclerk se rend alors chez la dame, lui dit qu'on la induite en erreur sur le prix du livre qu'elle lui a cédé, et lui remet non seulement les treize guinées d'excédant, mais encore une petite gratification.

Le docteur Dibdin, qui donne dans son Décaméron bibļiographique (3,312) quelques curieux détails sur M. Topham Beauclerk, n'eût certainement pas oublié cette anecdote, s'il l'eût connue ou s'il se la fût rappelée.

G. DUPLESSIS.

1

NOUVELLES BIBLIOGRAPHIQUES.

I

Doct. MICHAELIS PERMANEDERI, JURIS ECCLESIAST., HISTOR. SACR.

NECNON PATROLOGIÆ PROFESSORIS IN LYCEO REGIO FRISINGENSI, Bibliotheca Patristica. tom. 1. Patrologia generalis. Landishuti, 1841, in-8°, de 32 feuilles et demie, y compris un index de 62 pages.

Ce volume, qui forme la première partie ou l'introduction d'un ouvrage qui paroît devoir être considérable, appartient à la théologie, à la littérature sacrée et à la bibliographie ; c'est à ce dernier titre principalement qu'il nous a paru mériter d'être signalé dans ce recueil. La multitude des livres qui existent et dont le nombre augmente tous les jours rend de plus en plus incomplètes, de plus en plus impossibles même les bibliographies générales; il convient en conséquence d'accorder aux bibliographies spéciales l'intérêt et les encouragemens dont elles sont dignes, et l'ouvrage que nous annonçons aujourd'hui mérite, à tous égards, dans la classe à laquelle il se rapporte, une distinction particulière. C'est, à notre avis, un travail consciencieux, exact, approfondi, complet, autant qu'il était possible de le faire, et qui ne laisse en général rien ou presque rien à désirer, ni pour le fond, ni pour la critique, ni pour les détails. Et toutefois, nous ne le considérons ici et nous n'entendons le caractériser que sous le point vue de la bibliographie, én ajoutant cependant que, sous les autres rapports, il nous semble au moins digne des mêmes éloges et destiné, aussitôt qu'il sera bien connu, à prendre un rang très honorable parmi les meilleurs ouvrages de théologie et de philologie sacrée depuis long-temps en possession de l'estime des savans.

Nous n'ignorons pas qu'il existe déjà un assez grand nombre d'ouvrages ou d'opuscules consacrés spécialement à l'étude lit

téraire ou bibliographique des Pères de l'Eglise, et nous mentionnerons ici, entre autres publications plus ou moins importantes, plus ou moins utiles, les travaux remarquables de J. G. Walch (1), et de M. Caillau (2), qui ne pourroient être oubliés sans injustice, et auxquels nous sommes disposé à payer largement le tribut d'estime auquel ils ont des droits si bien acquis; mais nous pensons aussi, que dans aucun des ouvrages que nous venons de rappeler, que dans aucun des deux même que nous avons signalés comme évidemment supérieurs à tous les autres, la matière n'est traitée ni avec autant de profondeur, ni avec autant d'étendue, ni avec autant de critique, ni surtout avec une méthode aussi parfaite que dans cet ouvrage du docteur Permaneder. C'est que pour lui, la bibliographie des Pères de l'Eglise n'étoit pas précisément et exclusivement l'objet principal de son livre; elle n'en est, à vrai dire, qu'un appendice obligé, qu'une partie accessoire et pourtant indispensable, destinée à justifier, à confirmer par les faits les principes qu'il expose avec autant d'ordre que de clarté. Le but capital de son ouvrage est de faire connoître aux jeunes théologiens catholiques, l'importance de la lecture des SS. Pères considérés comme conservateurs essentiels de la tradition; de leur faire apprécier convenablement la science théologique et le mérite littéraire de ces illustres et saints propagateurs de la foi chré

(1) J. G. Walch Bibliotheca patristica literariis annotationibus instructa. Ed. nov. auct. et emend. a Jo. T. L. Danz. Iena, 1834, in-80.

Le même éditeur publia peu de temps après un opuscule sur le même sujet, intitulé : Initia doctrina patristicæ introductionis instar in Patrum Ecclesiæ studium, cum supplementis ad bibliothecam Walchianam, lenæ, 1839, in-80,

(2) Introductio ad Sanctorum Patrum lectionem, qua eorum tempora, vitæ operumque præcipuæ editiones, et concionandi modus, et prædicandi præcepta describuntur; auctore A. B. Caillau. Parisiis, Baucé - Rusand, 1825, in-8°.

Ce travail de M. Caillau forme l'utile complément de l'ouvrage suivant dont il est l'auteur, ou plutôt le principal rédacteur :

Thesaurus Patrum Floresque Doctorum qui cum in theologia tum in philosophia olim claruerunt, hoc est, Dicta, Sententiæ et Exempla ex SS. Patribus probatissimisque scriptoribus collecta , et per locos communes distributa cura et opere plurimorum rebus sacris addictorum. Parisiis, Baucé-Rusand, 1823-1825, 8 vol. in-8°.

tienne; de leur indiquer enfin la méthode la plus sûre et la plus facile de lire avec fruit pour eux et pour les fidèles ces écrits qui se recommandent à tant de titres à leur vénération. Ce plan aussi simple que lucide amène naturellement, dans ses développemens, de nombreuses indications bibliographiques, et l'auteur, autant que nos connoissances personnelles nous permettent d'en juger, nous paroît n'avoir rien oublié de ce qui étoit vraiment digne d'être signalé. Non content en effet d'indiquer, avec tous le détails nécessaires, les meilleures éditions de chaque Père de l'église grecque et latine, M. Permaneder a pris en outre le soin de mentionner non seulement les grandes collections générales, mais encore les petits traités, les opuscules, les dissertations particulières qui peuvent se rattacher à son sujet, et dans ces indications nombreuses, l'auteur se fait remarquer aussi bien par son exactitude que par son impartialité. Théologien catholique, M. Permaneder se montre en toute occasion disposé à rendre justice aux travaux des théologiens d'une communion différente, et sa critique est toujours et sans exception fidèle aux prescriptions de la bienveillance chrétienne aussi bien qu'aux règles du bon sens et du goût. Nous n'avons rien de plus à dire d'un ouvrage dont la lecture nous a vivement interessé; nous nous contenterons pour le faire encore mieux connoître, de présenter à nos lecteurs un court précis de la table analytique qui le précède :

Prolegomènes : Importance de la Tradition.

Les SS. Pères conservateurs fidèles de la tradition.
Patrologie générale : 1. Ouvrages des Pères de l'Église.

Manuscrits de ces ouvrages.
Editions particulières.

Collections générales.
2. De l'autorité des Pères de l'Église.

Erudition des Pères dans la littérature profane.
Erudition des Pères dans les lettres sacrées.
De la sainteté des Pères.

Du degré d'autorité de chaque Père de l'Église.
3. De la lecture des SS. Pères.

Secours pour cette lecture.
Indication des meilleures éditions des Pères.
Travaux particuliers sur les ouvrages des SS. Pères.
Règles pour la lecture des SS. Pères.

Ce simple extrait d'une table très détaillée nous semble suffisant pour donner une idée exacte de l'importance de l'ouvrage, de son plan, et de la méthode d'après laquelle les matières y sont développées; nous ajouterons que ce livre est terminé par un index fait avec le plus grand soin, dont les nombreuses indications rendent les recherchés très faciles, et complètent en même temps l'utilité d'un ouvrage qui exigeoit, de la part de son auteur, autant de science que de jugement (1).

G. D.

II

TABLEAU HISTORIQUE ET CRITIQUE DE LA POÉSIE FRANÇOISE ET

DU THÉATRE FRANÇOIS AU XVI° SIÈCLE, par C. A. SAINTEBeuve. Edition revue et très augmentée, suivie de portraits particuliers des principaux poètes. Paris, Charpentier, 1843, in-12 de 508 pages.

Dans un recueil essentiellement consacré, comme celui-ci, à l'histoire littéraire et à la bibliographie, dont l'objet principal est en outre de satisfaire et d'entretenir le goût si vif et si bien justifié qui s'est manifesté, depuis quelques années, pour notre ancienne littérature et principalement pour nos vieux poètes du xvie siècle, si dignes, à notre avis, d'une étude attentive, il paroîtra sans doute tout naturel que nous accordions une attention particulière et un témoignage d'estime réfléchie à un ouvrage qui s'accorde si bien avec nos sympathies, et qui, ne fût-ce même qu'à ce titre, ne peut manquer d'offrir le plus vif intérêt à nos lecteurs. Le silence, en pareille occasion, eût semblé même une omission impardonnable, une injustice, peutêtre, quand il s'agit d'un livre écrit avec autant de verve que de sagacité, et qui annonçoit déjà, quand il parut pour la première fois, il y a quinze ans, la position éminente que devoit plus tard prendre son auteur parmi les critiques les plus fins et les plus ingénieux de notre époque.

(1) Chez Techener, place du Louvre.

« PoprzedniaDalej »