Obrazy na stronie
PDF
ePub

tages que leurs troupes avoient remportés, & dont personne ne pouvoit mieux les instruire que lui. Cet Oificier s'étant embarqué à Creuse , port de mer de la dépendance des Thefpiens dans le fond du Golphe de Corinthe , arriva à Patras ville de l’Achaïe; de-là côtoya les rivages de l'Etolie & de l'Acarnanie jusqu'à Corfou, d'où il se rendit à Otrante sur les côtes d'Italie. De-là il prit le chemin de Rome par terre , & fit telle diligence, qu'il y arriva après cinq jours de marche. Il entra dans la Ville avant le jour, & alla droit à la maison du Préteur M. Oppius. Ce Magistrat convoqua le Sénat dès que le jour parut. Alors L. Cornelius Scipion , que le Consul avoit aulli fait partir plusieurs jours auparavant , ayant appris en arrivant à Rome, que Caton l'avoit devancé, arriva au Sénat justement dans le tems qu'il expofoit ce qui s'étoit passé dans la Grece. Ces deux Lieutenans auflitôt après furent présentés au peuple par l'ordre du Sénat , & lui raconterent les exploits du Consul & de fon armée , de la même maniere qu'on l'avoit déja fait dans le Sénat. On ordona na des processions pour trois jours ; &

С у

le Préteur fut chargé d'immoler quarante grandes victimes à tels Dieux qu'il jugeroit à propos. Dans ces mêmes jours M. Fulvius Nobilior, qui deux ans auparavant avoit été envoyé en qualité de Préteur dans l'Espagne -ultérieure, entra dans la Ville honoré du petit triomphe. Il fit porter dans cette cérémonie a cent trente mille des niers d'argent aux b armes de la République ; & outre cette somme en especes monnoyées c dix-huit mille marcs. d'argent , & d cent quatre-vingt-dix marcs & demi d'or.

Le Consul Acilius , avant d'aller des Le Consut Thermopyles à Heraclée,envoya aver

tir les Etoliens qui étoient dans cette rentrer dans Ville : » qu'ayant suffisamment éprou

> vé le peu de fond qu'il y avoit à faire wo sur les promesses d'Antiochus, il » étoit tems qu'ils reconnussent leur » faute ; & que livrant Heraclée aux » Romains , ils leur demandassent par» don de leur emportement, ou, s'ils l'aimoient mieux, de leur erreur.

exhorte les Etoliens à

Je devoir,

a Ces efpeces:valoient 6 Autour de 432000 liva dix sols , cnsorte que le à raifon de 24 1. le narc. tout montoit à la lonme d Autour dé sooco lime d'environ 65000 livres. en donnant au marc d'or

6 Un char aurelé de deux dix fois la valeur du marc chevaux.

d'argent.

Qu'ils n'étoient pas les seuls peuples «
de la Grece qui eussent manqué de ..
fidelité à des alliés dont ils avoient «
reçu tant de bienfaits. Mais qu'au «
moins les autres avoient condamné
leur aveuglement & leur ingratitude, se
aussitôt après la défaite & la fuite «
du Roi, dont les sollicitations & les «
promesses les avoient séduits. Qu'en-«
core que les Etoliens fussent les plus <<
coupables, puisque c'étoit eux qui «
avoient attiré ce Prince dans la Greco
ce,& qui avoient commencé la guer- «
se pour lui, au lieu que les autres s'é- co
toient contentés de le suivre, quand
il les avoit appellés ; cependant s'ils (s
pouvoient se resoudre à se repentir, a
ils ne devoient pas desesperer de leur «
grace & de leur salut. Mais ces voyes
de douceur & d'insinuation ayant été
inutiles , Acilius vit bien qu'il lui fau-
droit employer la force pour fou-
mettre cette Nation féroce, & après
avoir vaincu Antiochus, soutenir tout
de nouveau la guerre contre les Eto-
liens. Ainsi il alla des Thermopyles
camper auprès d'Heraclée ; & ce jour
la même, pour bien connoître la fi-
tuation de cette Ville, il fit à cheval
tout le tour de ses murailles. Heraclée

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

est située au pié du mont Oeta , & Il assiege s'étend dans la plaine , mais est déHeraclcc. fendue par une citadelle bâtie sur la :

croupe de la montagne & entourée par tout de précipices inacceslibles. Après qu'il eut examiné à fond la nature du lieu , it résolut d'attaquer cette Place par quatre endroits en même tems. Il donna à L. Valerius la conduite des ouvrages & des assauts du côté du fleuve Asopus , où est une.. Académie dans laquelle on exerce la .. jeunesse. Il chargea Ti. Sempronius Longus de la partie , qui quoique détachée des '

murailles , est presque plus peuplée que la Ville même. M. Bebius fut pofté du côté du Golphe de Maliac, à un endroit par où il n'étoit: pas aisé d'aborder ; & Appius Clau-'. dius vis-à-vis le temple de Diane , où " Pon trouve un ruisseau qu'ils appellent Melas. Tous ces Officiers firent. travailler avec tant d'empreslement, qu'en fort peu de jours on mit en: état d'agir les tours, les béliers & les autres machines dont on fe fert pour battre les murailles des Villes.. Car outre que tout le païs autour d'He-: raclée est marécageux & rempli de hautes futayes, qui leur fournissoient

abondamment les matériaux nécessaires, les Etoliens, en se retirant en de dans des murailles, avoient abandonné à la discrétion des Romains, les édifices exterieurs dont ils tiroient non-seulement des poutres & des planches, mais encore de la brique, du ciment & des pierres de toutes sor-, tes de grandeurs , dont ils sçavoient bien faire usage.

Tandis que les Romains se fervoient de leurs machines plus que de leurs armes pour réduire la Ville , les Eto , liens au contraire n’employoient que leurs armes pour la défendre. Car tandis qu’on battoit les murailles à coups de béliers , ils ne fe fervoient pas , comme on a coutume de faire, dages & de filets,pour en détourner les coups , mais ils fondoient souvent sur l'ennemi les armes à la main ; quelques - uns même portoient avec eux des tisons enflammés pour mettre le -feu aux machines des alliégeans. D'ailleurs il y avoit dans les murs d'espace en espace des poternes par lesquelles ils faisoient des forties : & à mefure: qu'ils en élevoient de nouveaux en la, place de ceux qu'on avoit abbatus ils y laissoient un plus grand nombre

de cor

« PoprzedniaDalej »