Obrazy na stronie
PDF
ePub
[ocr errors]

sa vie , étant passé d'Asie en Euro-s pe pour faire la guerre au peuple Roux main , ce qu'il a fait de plus mémo- se rable pendant tout fon quartier d’hi- « ver , c'est qu'aveuglé par une passion « indigne de son rang, il a épousé la se fille d'un simple particulier assez obf-se cur même parmi les compatriotes : 56 & aujourd'hui enivré des plaisirs de ce l'amour,du vin & de la bonne chere, se il nous présente la bataille en sor- s tant des bras de la nouvelle épouse. ço Sa principale ressource est dans les se Etoliens les plus vains & les plus in- çe grats de tous les hommes, comme vous l'avez éprouvé les premiers , çe & comme l'éprouve à fon tour An- ço tiochus. Car ils ne lui ont fourni « qu'un très-petit nombre de soldats ; « encore n'a-t'il pû les retenir dans se son camp. D'ailleurs ils ne sont jamais d'accord entr'eux : & après « avoir demandé la commission de dés fendre le territoire d'Hipate & celui ss d'Heraclée, abandonnant l'un & l'au-cs tre, ils se font réfugiés les uns sur « les sommets des montagnes , & les se autres dans les murs d'Heraclée. Pour Antiochus, avoüant qu'il n'ose, cs je ne dis pas nous combattre en plai- «

» ne, mais seulement se camper à notre

vûë , il a laissé là tout le païs qu'il » avoit devant lui , & qu'il se vantoit » de nous avoir enlevé à nous & à » Philippe, pour se poster , non pas » comme les Lacédémoniens, à l'en»trée des montagnes, mais pour s'en» foncer dans le milieu , & s'y cas cher entre des rochers. Témoigne» roit - il davantage la frayeur dont » il est atteint, s'il s'étoit enfermé » dans les murailles de quelque Ville ? » Mais ces défilés & ces sommets » ne garantiront ni Antiochus , ni les » Etoliens de nos coups. J'ai pris w de bonne heure toutes les précauos tions nécessaires, pour n'opposer » à votre valeur que les ennemis mê» mes. Et mettez-vous bien dans l'ef» prit que vous ne combattrez pas w seulement pour la liberté de la Gre» ce ( quoique ce fût pour vous un » assez grand honneur

, de la déli» vrer aujourd'hui du joug d'Antio» chus & des Etoliens, comme nos » prédécesseurs l'ont affranchie de ce » lui de Philippe ) & que le fruit de » votre victoire ne sera

pas

borné au » butin que vous trouverez dans le » camp d'Antiochus ; mais que vous

» disposerez

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

disposerez encore du riche & pom-cs peux appareil qu'il attend d'Ephese cs de jour en jour ; & que vous allez ce ouvrir au peuple Romain le chemin cc de l'Asie, de la Syrie, & de tous ces.cs Royaumes opulens qui voyent lever « le Soleil. Que s'en faudra - t'il en-ce fuite que notre Empire ne s'étende os depuis le détroit de Gades jusqu'à cs la Mer rouge, ensorte qu'il n'aurace plus d'autres bornes que l'Ocean.co qui embrasse toute la terre , & que.co tout le genre humain ne reconnoîtra e point d'autres maîtres que les Ro-« mains , après les Dieux ? Dans la c vûë de ces récompenses seules di-cs gnes de vous , préparez vos coura-.c. ges & vos armes , & vous disposez ce à combattre les ennemis dès demain, ce

Combat des Après avoir ainsi parlé aux soldats

> Thermopyles. il leur ordonna de mettre leurs armes en état, de manger & de dormir, Dès que le jour parut , il leur donna le fignal, & les rangea en bataille,donnant fort peu de front à fon avant-garde, suivant la nature du lieu. Antiochus en fit autant dès qu'il vit paroître les enseignes des Romains. Il plaça au premier rang une partie de ses soldats Tome II,

с

CS

armés à la legere , * les Macedoniens armés de Sarisses en qui consistoient ses principales forces, autour de ses r'etranchemens pour les garder. Il mit à leur gauche fes gens de trait , fes archers & ses frondeurs vers le pied de la montagne, afin que d'un lieu plus élevé, ils batissent les flancs des Romains, qui se trouveroient exposés à leurs coups : à leur droite, à l'endroit où ses tranchées & autres fortifications aboutissoient à des marais bourbeux & à des gouffres inaccessibles jusqu'à la mer, ses éléphans avec l'escorte ordinaire , & derriere eux sa cavalerie : puis à quelque distance, tout le reste de ses troupes , qui formoient un fecond corps de bataille. D'abord les Macédoniens placés devant & autour des ouvrages, foutenoient facilement tes Romains qui faifoient toute forte d'efforts pour les enfoncer de quelque côté ; d'autant plus qu'ils étoient secondés fort à propos par ceux qui d'enhaut , faisoient pleuvoir sur les ennemis avec leurs frondes , une grêle de

* Ces 'Macédoniens descendans ou les succes. n'étoient à proprement Teurs de ceux qui avoient parler que des Syriens , fait la guerre fous Alexan. mais il les appelle ainsi, dre , & depuis sous $cparce qu'ils étoient les leucus.

onien

Toient
Je les
I mit
Es ar

de plus Ro. esa ooit ns

la

{us,

Héches , de boulets de plomb, & de javelots, Mais ensuite le voyant pressés d'un grand nombre de Romains qui s'avançoient toujours , & ausquels ils ne pouvoient plus réfifter , ils rentrerent en dedans de leurs retranchemens; & de leur rempart qu'ils avoient alors devánt eux, ils en formoient un fecond avec leurs lances qu'ils presentoient aux Romains. Car comme il étoit d'une médiocre hauteur, ils passoient leurs longues picques pardes

& repoufsoient aisément l'ennemi , fur qui il ne laissoit pas de leur donner un grand avantage. Plusieurs Romains pour s'être avancés avec trop de témérité, furent percés de coups : & ou le Consul auroit abandonné cette entreprise, ou 'il auroit perdu

beaucoup de monde , si M. Porcius Caton, après avoir chassé les Etoliens de dessus la cime appellée Callidrome, & en avoir tué la plus grande partie qu'il avoit trouvés endormis ne se fût montré avec fa troupe sur la partie de la colline qui commandoit le camp des ennemis. Flaccus n'eut pas le même succès contre ceux des Etoliens qui gardoient Rhodontie & Tichionte. Car il fut obligé de fe re

1

« PoprzedniaDalej »