Obrazy na stronie
PDF
ePub

cens vingt-quatre livres pesant de vafes d'argent ciselés , & mille vingtquatre livres de vases d'or de même

façon : de plus il fit conduire devant son char trente-deux, tant des Généraux d’armée , que des Gouverneurs de Provinces , ou des Principaux de la Cour d'Antiochus. Il fit distribuer à chaque Soldat vingt-cinq deniers , le double aux Centurions, le triple aux Cavaliers : & après son triomphe fit donner aux troupes le double de la paye & de la nourriture ordinaire comme il avoit fait en Asie après la défaite d'Antiochus. Il y avoit près d'un an qu'il étoit sorti du Consulat, quand il triompha.

A peu près dans le même-tems le Consul Cn. Manlius alla prendre en Alie le commandement de l'armée de terre , & le Préteur Q. Fabius Labéo celui de la Flotte. Le premier eut assez d'occasions de faire la Guerre aux Gaulois. Mais la défaite d'Antiochus laiffoit alors la mer libre & paisible. Ainsi Fabius , après ayoir examiné ce qu'il lui conviendroit le plus de faire , pour ne pas rester dans l'inaction pendant la Préture

çrut que le meilleur parti qu'il pût prendre étoit de parler dans

[ocr errors]

la Créte. Les Cydoniates avoient déclaré la Guerre aux Gortyniens & aux Gnossiens ; & l'on retenoit , disoit-on, esclaves dans les differentes parties de cette Isle un grand nombre de prison. niers, tant de Rome , que des autres parties de l'Italie.Etant donc parti d’Ephese avec sa Flotte, il n'eût pas plûtôt abordé dans la Créte, qu'il envoya des Couriers de toutes parts , pour avertir les habitans de mettre les armes bas, de faire chercher tout ce qu'il y avoit de prisonniers dans les Villes & dans les campagnes , & de les lui ramener avec des Ambassadeurs avec lefquels il pût parler d'affaire. Les Crétois ne se mirent pas beaucoup en peine de ses avis & de les ordres , & les Gortyniens furent les seuls qui renvoyerent les prisonniers qu'ils avoient en leur puissance. Cependant Valerius Antias a écrit que les habitans de cette Ile , pour éviter la Guerre dont ils étoient menacés, renvoyerent quatre milles prisonniers à Fabius , & que ce fut la seule raison qui engagea le Sénat à accorder le triomphe naval à ce Général qui n'avoit rien fait d'ailleurs. Fabius s'en retourna de Créte à Ephes

[ocr errors]
[ocr errors]

fe , d'où ayant envoyé quatre Galeres sur les Côtes de Thrace, il chafra les Garnisons d'Antiochus , d'Enus & de Maronie , & rendit la liberté à ces deux Villes.

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

265

HISTOIRE

ROMAINE DE TITE-LIVE, QUATRIE’ME DECADE.

LIVRE VIII.

SOMMAIRE.

Le Consul M. Fulvius affiége en Epire la

Ville d' Ambracia , de oblige les habitans de se rendre. Il soumet Cephallenie. Il dompte les Etoliens & leur donne la paix, Manlius fon Collégue défait les Gallo-Grecs, les Tolistoboiens , les Teclosages et les Trocmes, qui étoient Tome II,

M

[ocr errors]
[ocr errors]

passés en Asie sous la conduite de * Brennus , qui entre les Peuples des environs du Mont Taurus , étoient les seuls qui ne reconnufsent pas la puissance des Romains. Tite-Live rapporte l'origine de cette Nation, so de quelle maniere elle s'établit en Asie. La femme d'Ortiagon, Roi des Gallo-Grecs, ayant été prise à la Guerre, donne un exe

exemple mémorable de courage et de chasteté en tuant de sa main le Centurion qui la gardoit , & qui l'avoit deshonorée. Les Censeurs ferment le lustre , après avoir trouvé dans leur dénombrement deux cens cinquante-huit mille trois cens vingt-huit Citoyens Romains. On fait Amitié avec Ariarathes Roi de Cappadoce. Cn. Manlius plaide fa cause dans le Sénat , et obtient le triomphe , malgré l'opposition des dix Commissaires , de l'avis desquels il avoit conclu un Traité avec Antiochus. Scipion l’A. fricain est appellé en jugement par le Tribun 2. Pelilins , ou selon d'autres par Nevius, o accusé d'avoir retenu pour lui le butin qu'il avoit fait sur * L'Auteur de ce Sommaire s'est trompé. Car c'est fuus la conduite de Leonorius & de Lutarius , comme Tire Live le dit plus bas , que ces Peuples passerent en Afie , & non fous celle de Breunus qui périt au Siege oke Delphes,

« PoprzedniaDalej »