Archives curieuses de l'histoire de France depuis Louis XI jusqu'à Louis XVIII, ou Collection de pièces rares et intéressantes ... publiées d'après les textes conservés à la Bibliothèque royale, et accompagnées de notices et d'éclaircissemens; ouvrage destiné à Leber

Przednia ok³adka
L. Lafaist, Jean Louis Félix Danjou
Beauvais, 1835

Z wnêtrza ksi±¿ki

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Wybrane strony

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 114 - ... chacun en son endroict , aidant à la vérité , tasche à descouvrir et rembarrer la faulseté ; et qu'à ces fins l'on en advertisse ceulx qui en sont mal informez ; principalement quand le mensonge est masqué du tiltre de religion: car c'est bien cest'hypocrisie , laquelle est la 'plus à craindre , et qui trompe le plus. Il est notoire combien de faulx bruits, et de libelles diffamatoires, depuis quelques années ont esté semez par quelques malheureux , contre l'honneur d'un prince , duquel...
Strona 1 - La reception faicte par les deputez du Roy d'Espaigne de la Royne leur souueraine Dame, à la deliurance qui leur en a esté faicte en la ville de Ronceuaux, au pays de Nauarrois, Par les Roy de Nauarre, & Cardinal de Bourbon : Et les triumphes, honeurs & solennitez qui y furent faictes & obseruées, tant d'vne part que d'autre.
Strona 25 - Protestation (i)faicte par le chef, et tous ceux du conseil, de n'attenter aucune chose contre la majesté du Roy et les princes de son sang.
Strona 130 - Jesuis prest, dit-il, de séeller de mon sang ladoctrine que j'annonce à ce pauvre peuple, duquel vous vous osez bien dire pasteur , sous ombre que vous avez l'imposition des mains, comme vous dites , de trois ou quatre de vos évesques. La pasture que vous pouvez alléguer, est que vous avez mis peine de repaistre vostre insatiable convoitise, et non point les ames qui ont esté rachetées si chèrement du sang du fils éternel de Dieu.
Strona 52 - ... plus grand fruict. Ayant executé environ un quart d'heure , commencèrent ceux de sainct Medard, paroisse dudit faubourg, sur les trois heures (jà leurs vespres dites), de malice deliberée, à sonner toutes leurs cloches ensemble , d'un tel bransle qu'aussi pour n'y avoir qu'une ruelle de distance entre les deux lieux, retentissoit le son si grand dans le dit Patriarche qu'il estoit du tout impossible d'entendre la dite exhortation ; ce que voians ceux de l'assemblée , deux d'entre eux s'en...
Strona 148 - Thielement (qui s'estoit venu représenter suyvant le commandement dudit duc), estans audit Esclaron, furent menez en une gallerie où ledit duc devoit passer ; et y estans , on les fit mettre à genoux pour crier mercy au duc, lequel (peu de temps après qu'ils furent en icelle gallerie ) passa tout auprès d'eux ; et comme il passoit , luy fut dit par aucuns de...
Strona 505 - Laudate Dominum in sanctis ejus: Laudate eum in firmamento virtutis ejus. Laudate eum in virtutibus ejus: laudate eum secundum multitudinem magnitudinis ejus. Laudate eum in sono tubae: laudate eum in psalterio et cithara. Laudate eum in tympano et choro: laudate eum in chordis et organo.
Strona 121 - ... comme ils furent , et me fusse fort bien gardé de m'accompagner, comme je faisoie, de monsieur le cardinal de Guise , mon frère, ne de mener quant et moy mon fils aisné, ne ma femme qui estoit à ma queue en sa litière, avec un de ses enfans aagé de sept ans seulement.
Strona 141 - Dieu voulut que l'espée de cestui-là ce rompit à l'endroit de la garde ; et pour monstrer comment il fut délivré de cest instant de mort , voicy deux gentilshommes, se trouvans à l'endroit qu'on le vouloit achever de tuer, dirent : C'est le ministre, il le faut mener à monsieur de Guyse. Ceux-cy le prindrent par dessous le bras et l'emmenèrent jusques devant la porte du...
Strona 159 - Nanteuil, pour luy faire honneur et service; s'en vindrent ensemble en ceste ville, sachans que monsieur le prince de Condé y estoit. Ledict sieur de Guyse envoya devers luy le sieur de Givoy, luy dire qu'il n'estoit acompaigné que pour se garder ; luy et ses amys estoient à son commandement, et qu'il ne les espargnast pour son service. Luy y envoya son filz, pour luy faire pareil offre et déclaration. N'ya eu querelle ne plaincte entre eulx ne les leurs ; allèrent parler à monsieur le cardinal...

Informacje bibliograficzne