Obrazy na stronie
PDF
ePub

que c'est que définir en orateur. Tome II.....PAGE 54

Description oratoire. Elle ne se borne pas à caractériser

son objet; elle en présente le tableau dans ses détails ,
les plus intéressants, avec les couleurs les plus
· vives. Tome II........

oor..... 118

Portrait. Différence du portrait oratoire et de l'histori-

que. Tome IV. .............................. 115

Pathétique. (Comme ci-devant.) Tome III. ....... 510

Mouvements du style. (Comme ci-devant.) Tome III. 303

Tome III....... ......ioo.po............. 1

Portrait. L'histoire est de tous les genres celui auquel

cette manière de rassembler les traits d'un caractère

et de les dessiner avec précision, est la plus familière.

Mais l'excès en est vicieux. Quels portraits sont in-

téressants, quels inutiles et importuns. Tome IV.. 115

LITTÉRATURE. En quoi la littérature diffère de l'érudi-

tion. Tome III........................PAGE 212
Goút. C'est ici la place de l'Essai sur le goût, qui est

au commencement des Éléments de Littérature.
Critique. On appelle ainsi ce genre d'étude à laquelle

nous devons la restitution de la littérature ancienne.
Plus familièrement on appelle critique , un examen
éclairé et un jugement équitable des productions de
l'esprit humain. Critique dans les sciences , critique

dans les beaux-arts , critique dans les lettres. T. I. 535
Extrait. Celui d'un ouvrage philosophique n'exige,

pour être fidèle , que de la netteté et de la justesse
d'esprit. Celui d'un ouvrage d'agrément, s'il n'est
que froidement exact, n'en donnera qu'une fausse

idée. Office et devoir d'un journaliste. Tome II... 409
Anciens. Résumé de la dispute sur les anciens et sur les

modernes. Torts réciproques des deux partis. Moyens
de les concilier. Tome 1.......

........ 244
Arts libéraux. Il leur a fallu des récompenses analogues

à leur génie, et dignes de l'encourager. Les uns s'a-
dressent plus directement à l'ame, les autres plus

particulièrement aux sens. Tome I. ............ 279
Règles. Le génie n'en doit pas être esclave , mais il ne

doit pas les mépriser. La plupart de celles qu'on a
données aux lettres et aux arts , sont de bons con-

seils et de mauvais préceptes. Tome IV.......... 197
École. Pépinière d'hommes que l'on cultive pour les

besoins ou les agréments de la société. De là tous les
principes de l'institution, de la distribution, de la
direction des écoles. Tome II......... .......... 196

Amateur. Ses deux caractères : goût sincère et bien-

faisant dans l'un , vanité importune et nuisible dans

l'autre. Tome I. ........................PAGE 191
Imitation. Qu'est-ce qu'imiter un écrivain ? Est-ce le

copier servilement ? Non; c'est apprendre de lui le
secret de son art, se pénétrer de son génie, et faire
comme il aurait fait. L'exemple est une sorte d'inspi-
ration que tout homme n'est pas en état de recevoir.
Le premier soin doit être , avant d'imiter, de choisir

un digne modèle. Tome III. ................. 132
Plagiat. Espèce de crime littéraire qu'on fait aux gens

de lettres , lorsqu'ils emploient l'idée ou la pensée
d'un autre. Ridicule de l'importance que l'on attache
à ce larcin. Les grands écrivains , en pareil cas , ont
pour eux, non-seulement le droit du plus fort, le
droit de conquête, mais encore le droit naturel et

l'intérêt public. Tome III.................... 556
Pastiche. Badinage littéraire où l'on prend la manière

d'un écrivain. Les défauts sont toujours aisés à con-
trefaire. C'est le génie et le beau naturel qu'il n'est
pas aisé d'imiter. Tome III..................... 507

FIN DE LA TABLE MÉTHODIQUE.

« PoprzedniaDalej »