Obrazy na stronie
PDF
ePub

DES

ÉLÉMENTS DE LITTERATURE.

STYLE. Ses divers caractères, et ses qualités essentielles

et relatives. Tome IV........ ...........PAGE 313
Usage. Étendue et limites de son autorité. Il tend à

ruiner la langue. Tome IV.................... 466
Analogie du style, en lui-même et dans ses rapports.
Tomel............

.....: 233
Ton. Le bon ton ne devroit être que le bon goût mis en

pratique. Tome IV...........................359
Convenances. Il en est d'immuables , il en est de chan-

geantes. Les beaux sujets sont ceux dont l'effet dé-

pend des convenances immuables. Tome I........ 529
Bienséances. Elles tiennent aux mœurs locales. En ob-

servant les convenances, on peut blesser les bien- ..

séances : le goût consiste à les accorder. Tome 1... 349
Vérité relative. C'est elle, et non la vérité absolue, qu'il

faut consulter dans le style et dans la peinture des

mæurs. Tome IV...... .............. 497
Sublime. Le vrai sublime est dans la pensée, dans le

sentiment, dans l'image. Le mérite de l'expression
est de le rendre tel qu'il est , sans l'outrer et sans
J'affaiblir. Tome IV.......................... 336

Simple. Loin d'être opposé au sublime, il lui est ana-

logue, et rien ne sympathise tant que le sublime
dans la pensée et le simple dans l'expression.

T. IV.................................PAGE 276
Tempéré. Il admet les parures que le simple néglige

et que le sublime dédaigne. Tome IV...
Brillant. Son caractère est dans la pensée et dans l'ex-

pression. Tome I................. ........... 367
Gracieux. Il est tel, surtout, par les images. Tome II. 503
Familier. Il tient le milieu entre le langage populaire

et le style héroïque. C'est à lui qu'appartiennent les

nuances fines et délicates de l'expression. Tome II. 445
Marotique. Son caractère est la naïveté. La Fontaine est

le seul poète qui ait excellé en l'imitant. Tome III. 230
Ampoulé. Style où la parole excède la pensée , exagère

le sentiment. Tome I............ ........... 220 -
Diffus. En quoi il diffère de láche et de prolixe. T. II. 158
Bas. Le haut style n’exclut pas la bassesse de conven-

tion. Il adinet, en l'ennoblissant, ce qui n'est bas

que de sa nature. Tome I........ ...........320
Burlesque. Comme il y a de bons et de mauvais bouf-

fons , il y a un bon et un mauvais burlesque. T. I.. 360
Jargon. Il est place lorsqu'il imite: c'est l'usage qu'en a

fait Molière. Tome III....................... 195
Élégance. Réanion de toutes les grâces du style. T. II. 221
Aménité, Douceur accompagnée de politesse et de grâce,

dans le style comme dans les mours: Tome I...... 197
Noblesse. Le style noble est composé du familier et de

l'héroïque. Tome III......................... 351
Chaleur. La chaleur du style en est l'ame et la vie. C'est

comme la chaleur naturelle du sang. Tome I...... 431
Abondance. Celle du style suppose celle des sentiments

et des idées ; sans quoi elle n'est pas richesse, elle

n'est qu'ostentation. Tome 1...............Page 89 Finesse. En quoi elle diffère de la délicatesse. T.Il.. 485 Délicatesse. Celle de l'expression consiste à imiter celle

du sentiment, ou à la ménager: ce sont là ses deux caractères. Tome II.........

.......... 82 Affectation. Manière étudiée de s'éloigner du naturel :

celle d'un écrivain n'est pas celle d'un autre. T. I.. 146 Mouvements du style. Ils doivent répondre à ceux de i l'ame. Action de l'ame comparée au mouvement des

corps. Tome III.............................. 303 Figures de mots et de pensées. Figures de pensées ,

toutes réunies dans un exemple pris dans le langage du peuple. Tome II......

......... 481 Apostrophe. Le plus fréquent et le plus animé des mou

vements oratoires. Tome I.................... 262 Ironie. Le style héroïque l'admet comme le style fami

lier. Tome III.............................. 188 Image. Elle suppose une ressemblance. Quelle ressem-,

blance peut-il y avoir entre une idée métaphysique, ou une affection morale, et un objet matériel ? Ce principe d'analogie éclaire le choix des images.

Tome IIl.................................. 99 Cumparaison oratoire et poétique. L'une fait prenve et

l'autre ornement. Dans quels genres la poésie abonde en comparaisons, dans quel genre elle en est sobre. Tome 1.

................. 506 Allusion. Finesse de pensée et de langage. Rapport in

diqué d'un seul trait. Tome I................... 185 Application. Plus le nouveau sens dans lequel on em

ploie une citation, un passage, est éloigné de son sens primitif, plus l'application en est ingénieuse,'

« PoprzedniaDalej »