Oeuvres complètes de M. T. Cicéron: traduites en français, le texte en regard, Tom 18

Przednia ok³adka
F.-I. Fournier, 1817
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Wybrane strony

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 7 - ... de son côté. Je vous ai fait ce détail, peut-être un peu trop long,' pour vous engager à lui donner des avis, dont elle a besoin aussi bien que mon frère. Je finis en vous priant de terminer, avant votre départ, toutes les affaires dont vous avez bien voulu vous charger, et de me mander tout ce qui se passe. Pressez le départ de Pomptinius, et quand vous serez parti, faitesle-moi savoir : personne ne m'est plus cher ni plus agréable que vous. J'ai quitté à Minturnes Aulus Torquatus,...
Strona 263 - ... retenues par ruse et qui sont tout près d'être hostiles. Les levées se composent jusqu'ici de soldats enrôlés malgré eux et qui n'ont aucune envie de se battre. D'autre part, le moment de négocier est passé. Je ne vois pas ce qui arrivera, mais on pourra toujours nous reprocher, ou plutôt à notre chef, d'être sortis du port sans gouvernail, au plus fort de la tempête (l) ! » Cette lettre où Cicéron se montre si dérouragé, si peu confiant en Pompée, parle du trésor de l'État...
Strona 117 - Maintenant Scaptius revient à la charge, et me présente une lettre de Brutus, qui me marque que cette affaire le regarde personnellement, ce qu'il ne m'a jamais dit, non plus qu'à vous. Il me demande aussi une place de préfet pour Scaptius; mais vous savez que lorsque vous lui en offrîtes de ma part , ce fut à l'exclusion des négocians.
Strona 346 - Quum autem ad earn hortarer, eum praesertim hominem, non videbar ullo modo facilius moturus, quam si id, quod eum hortarer, convenire eius sapientiae dicerem. Earn si „admirabilem...
Strona 215 - Caton m'a desservi d'une manière indigne; il a fait de grands éloges de mon désintéressement, de mon intégrité, de ma douceur, de ma probité, ce que je ne lui demandais pas, et il m'a refusé le seul témoignage que je lui demandais. Aussi César, dans la lettre où il me fait compliment et m'offre ses services, ne manque pas de relever commeil le faut l'ingratitude de Caton à mon égard1.
Strona 136 - Pompeii tamen familiari, audivi. Hic Vedius venit mihi obviam cum duobus essedis, et rheda equis juncta, et lectica, et familia magna : pro qua, si Curio legem pertulerit, H.-S. centena pendat necesse est.
Strona 13 - J'en ai reçu deux de vous à Bénévent. Funisulanus me rendit la première de grand matin, et Tullius, mon secrétaire, m'apporta l'autre. Vous me faites un très-grand plaisir d'agir pour cette affaire, que je vous ai si fort recommandée; mais votre départ diminue mon espérance. Si j'ai écouté les propositions de celui que vous savez, ce n'est pas que je le goûte fort, c'est que je ne trouve pas mieux. Quant à cet autre, qui ne vous en paraît pas éloigné, je ne sais si ma fille en voudrait;...
Strona 129 - ... même Scévola, comme celui qui permet aux Grecs de terminer entre eux leurs différens selon leurs lois : ce qui fait qu'ils se regardent comme des peuples libres. Mon édit est fort court, parce que j'ai tout réduit sous deux chefs. Dans le premier, je traite des affaires qui sont proprement de la juridiction des gouverneurs, comme les comptes des villes, leurs dettes, l'intérêt de l'argent, les obligations; ce qui comprend tout ce qui regarde les fermiers de la république. Le second chef...
Strona 79 - Hoc quid intersit, si tuos digitos novi, certe habes subductum. se rendait à mes raisons ; que , sur ce pied-là , ce qui lui était dû n'allait pas tout-à-fait jusqu'à deux cents talens ; mais que, puisque les députés de Salamine croyaient les devoir, il me priait de les lui faire donner. « Cela est fort bien, » lui dis-je ; et, l'ayant fait retirer, je demandai aux autres combien ils devaient : il se trouva que ce n'était que cent six talens. Quand je le dis à Scaptius, il commença à...
Strona 213 - ... vient de la nature; et certainement , si les liens du sang ne sont pas naturels, il n'y en a point d'autres qui le puissent être, ce qui détruit absolument la société. Les sentimens obscènes de Carnéade me paraissent encore plus supportables que ceux de vos épicuriens, qui, rapportant tout à eux...

Informacje bibliograficzne