Mélanges de littérature, Tom 5

Przednia ok³adka
Jean Baptiste Antoine Suard
Dentu, an XII (1803)-an XIII, 1804

Z wnêtrza ksi±¿ki

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 209 - Mais pourtant on a vu le vin et le hasard Inspirer quelquefois une muse grossière Et fournir, sans génie, un couplet à Linière.
Strona 131 - ... ne jouaient qu'à l'unisson de la voix. Horace nous explique ici les causes de la corruption de la déclamation théâtrale. Lorsque l'enceinte et la population de Rome étaient peu considérables, et qu'on n'y avait encore que de petits théâtres, le peuple assistait au spectacle comme il convient d'assister à un acte de religion, avec modestie, avec décence, avant d'avoir mangé, d'avoir bu; alors quelques flûtes de bois, percées d'un petit nombre de trous, suffisaient pour soutenir et...
Strona 198 - En ce cas, il est juste d'augmenter les honoraires ; voici cinquante ducats de plus. — Monsieur, dit Mozart, toujours plus étonné, qui êtes-vous donc ? — Cela ne fait rien à la chose ; je reviendrai dans quatre semaines.
Strona 25 - Mirabeau, dans une Vie du Tasse qu'il a mise à la tête de sa traduction de la Jérusalem délivrée , ne paraît avoir aucun doute sur cette conjecture , qui n'est cependant appuyée sur aucune preuve positive. Elle paraît même sans vraisemblance , si l'on considère la réputation de vertu et de piété...
Strona 25 - ... qui m'environne , ne sont qu'une partie de mes maux ; la solitude , mon ennemie naturelle , la solitude que j'ai en horreur , aggrave le poids de mes souffrances et rend ma situation intolérable. Et en effet , elle...
Strona 97 - ... sera frappé sans doute de l'étendue et de la profondeur de son érudition , de la finesse de ses vues presque toujours neuves , du bonheur de ses conjectures dans le petit nombre des cas où il est réduit à conjecturer, de la vérité.; de ses applications , et sur-tout de l'esprit philosophique qui, pour ainsi dire , plane sur toutes s.es , connaissances. Il ne se consume point en pénibles -.efforts pour expliquer ce qui n'a pas besoin d'explication ; au lieu d'emprunter, à l'exemple du...
Strona 198 - Le pauvre Mozart se mit dans la tête que cet inconnu n'était pas un être ordinaire; qu'il avait sûrement des relations avec l'autre monde, et qu'il lui était envoyé pour lui annoncer sa fin prochaine. Il...
Strona 14 - Ce qui distingue particulièrement l'homme de génie, c'est cette impulsion secrète qui l'entraîne, comme malgré lui, vers les objets d'étude et d'application les plus propres à exercer l'activité de son âme et l'énergie de ses facultés intellectuelles, C'est une espèce d'instinct qu'aucune force ne peut dompter, et qui s'exalte, au contraire, par les obstacles qui s'opposent à son développement. L'Arioste...
Strona 25 - Mais il n'avait fait que refroidir l'action de son poëme, pour la rendre plus sage ; et il en avait desséché l'intérêt pour éviter un scandale imaginaire. Ces corrections ne furent approuvées de personne : il essaya de refondre une troisième fois son poëme ; mais ces tentatives malheureuses pour gâter un bel ouvrage n'eurent aucun succès, et sont oubliées aujourd'hui.
Strona 192 - ... son maître, de chapelle ; mais ce prince avait la prétention d'être un dilettante. Son voyage en Italie lui avait donné l'engouement de la musique italienne, et quelques Italiens qu'il avait à sa cour ne manquaient pas d'entretenir cette prévention, qui, au reste, me semble assez fondée.

Informacje bibliograficzne