Obrazy na stronie
PDF
ePub

SEMIRANIS,

res.

AR ZACE
s donnez votre main, vous donnez vos

Erarse
es grands intérêts , lur ce choix que vous

faites,
cæur doic renfermer les plaintes indiscré-
is dans le filence, & lefront profterne,
dre avec cent Rois, qu'un Roi nous soit

donné.
l'Allur hautement le triomphe s'apprête;
pas audacieux il marche à la conquére';
uple nomme Affur, il est de votre fang:
-t-il mériter & son nom & son rang!
enfin je me sens l'ame trop élevée,
dorer ici la main que j'ai bravée,
le voir écrasé de son orgueil jaloux.
: que loin de lui, malgré moi loin de
irne aux climacs je vous ai servie;
allez puillant contce. Ta cyrannie;
enfaits nouveaux dont jose me farter.

MIRAMIS
zi'avez-vous dit ? vous, fuir? vous me
quitter?

SEMIRAMIS.

Espérez tout; je vous ferai connaître
Qu'Affur en aucun temps ne sera votre maître.

AR ZA CE.
Eh bien ! je l'avouerai, mes yeux avec horreur
De votre époux en lui. verroient le successeur.
Mais s'il ne peut prétendre à ce grand hyménée ,
Verra-t-on à ses loix Azéma deltinée ?
Pardonnez à l'excès de ma présomption;
Ne redoutez-vous point sa sourde ambition?
Jadis à Ninias Azéma fur unie,
C'est dans le même sang qu’Assur puisa lą vie:
Je ne suis qu'un sujer ; mais j'ose contre lui ....

SÉ MIR A MIS.
Des sujets cels que vous sont mon plus noble

appui.
Je sçais vos sentimens, votre ame peu com-
Chéric Sémiramis & non pas ma fortune;
Sur mes vrais intérêrs vos yeux sont éclairés :
Je vous en fait l'arbitre & vous les soutiendrez.
D'Allur & d’Azéma je romps l'intelligence;
J'ai prévû les dangers d'une telle alliance;
Je sçais tous les projets, ils seront confondus.

AR ZA CE.
Ah! puisqu’ainfi mes voeux sont par vous en-

tendus,
Puisque vous avez lu dans le fond de mon

mune

[ocr errors]

ricz craindre Aflur?

ARZACE.

ame....

Non. Ce cæur téméraire is le monde entier votre seule colére. vez-vous sçû mes delirsorgueilleux, gnation peut confondre mes væux:

AZÉM A arrive avec précipitation.
Reine , j'ose à vos pieds....

Div

[ocr errors][ocr errors]

SÉMIRAMIS relevant Azéma.

Rassurez-vous , Madame's
Quel que soit mon époux , je vous garde en ces

lieux
Un sort & des honneurs dignes de vos ayeux;
Destinée à mon fils, vous m'êtes toujours chere,
Et je vous vois encore avec des yeux de mere.
Placez-vous l'un & l'autre avec ceux que ma

voix
A nommés pour témoins de mon auguste choix:

A Arzace.
Que l'appui de l'Etat serange auprès du trône.
Q000

coacoacocco aao
SCE N E VI.
Le Cabinet étoit Sémiramis frit place à un
grand Salon magnifiquement orné. Plusieurs Of
ficiers, avec les marques de leurs dignités, sont
Sur des gradins. Un trône est placé au milieu du
Salon. Les. Satrapes sont auprès du trône. Le
Grand-Prêtre enire avec les Mages. Il se place
debout entre Alur 5 Arzace. La Reine est au mi-
lien , avec Azéma les femmes. Des Gardes oc-
6pent le fond du Salon..

ORO É S.
PRinces,
RINCES, Mages,' Guerriers, foutiens de

Babylone
Par l'ordre de la Reine en ces lieux rassemblés,
Les décrets de nos Dieux vous seront révélés ;
Ils veillent sur l'Empire, & voici la journée
Qu'à de grands changemeneils avoient destinées

SEMIRAMIS,

[ocr errors]

nous

9

3

clat ,

SÉMIR AMIS relevant Azema.

Rasfurez-vous , Madame;
tel que soit mon époux, je vous garde en ces

lieux
fore & des honneurs dignes de vos ayeux;
tinée à mon fils, vous m'êtes toujours chere,
e vous vois encore avec des yeux de mere.
cez-vous l'un & l'autre avec ceux que ma

voix
emmes pour témoins de mon auguste choix :

A Arzace.
l'appui de l'Etat fefange auprès du trdne.
wooooooooo000000000

SCENE VI
Cabinet ox étoit Semiramis fait place à un
Sulon magnifiquement orné. Plusieurs Of

Afet les marques de leurs dignités, Jone
gradins. Un trône est place an milieu du
Les Satrapes font aupres du trône. Le
Prirre enire avec les Mages. Il se place
ntre Alfur 5 Arzace. La Reine eli au mi-
ec Azema 8 Jesfemmes. Des Gardes oca

Quel que soit le Monarque, & quel que soit l'é

poux ,
Que la Reine ait choisi pour l'élever sur
C'est à nous d'obéir ... J'apporteaunom des

Mages
Ce que je dois aux Rois, des væux & des

hommages,
Des souhaits pour leur gloire, & sur tout pour

l'Erar.
Puistent ces jours nouveaux de grandeur & d'é..
Nêtre jamais changés en des jours de ténébres,
Nices chants d'allegreffe, en des plaintes funè-

bres !

AZEMA,
Pontife, & vous , Seigneurs, on va nommer un

Roi.
Ce grand choix, tel qu'il soit, peut n'offenser
Mais je naquis sujerte, & je le suis encore;
Je m'abandonne aux foins dont la Reine m'ho-

nore;
Et sans oser prévoir un sinistre avenir,
Je donne à ses sujets l'exemple d'obéir.

ASSU R
Quoiqu'il puisse arriver, quoique le Ciel de
Que le bien de l'Etat à ce grand jour préside.
Jurons tous par ce trône & par Sémiramis,
D'être à ce choix auguste aveuglément soumis,
D'obéir sans murmure au gré de la justice.

AR ZA CE:
Je te jure; & ce brasarmé pour son service

Dv>

que moi :

*cide,

fond du Salon.

OR OÉS.

?S, Mages, Guerriers, foutiens de

Babylone,
e de la Reine en ces lieux rassemblés,
os de nos Dieux vous seront révélés ;
i sur l’Empire, & voici la journée
ands changemene ils avoiepe deftinées

[ocr errors]

Ce coeur à qui sa voix commande après les

Dieux,
Ce sang dans les combats répandu sous ses yeux,
Sone à mon nouveau maître, avec le même

zéle
Qui sans le démentir les anima pour elle.

LEGRAND-PRETRE.
De la Reine & des Dieux j'attends les volontés,

SÉ MIR A MI S.
Il suffit :

: prenez place; & vous, peuple, écou

tez.

Elle s'allied sur le trône.
Azéma, Alur, le Grand-Prêtre, Arzace prena

nent leurs places ; elle continue.
Si la terre, quinze ans de ma gloire occupée,
Révéra dans ma main le sceptre avec l'épée,
Dans cette même main qu'un usage jaloux
Destinoit au fuseau sous les loix d'un époux;
Si j'ai, de mes sujets surpassant l'espérance,
De cet Empire heureux porté le poids immense;
Je vais le partager pour le mieux maintenir
Pour étendre sa gloire aux-fiécles à venir ,
Pour obéir aux Dieux, dont l'ordre irrévocable
Fléchit ce cæur altier , fi long-temps indomp-

table.
Ils m'ont ðré mon fils.; puissent-ils m'en donner ,
Qui, dignes de me suivre & de vous gouverner,
Marchant dans les sentiers que fraya mon cou-
Des grandeurs de mon régne éternisent l'ouvra-
J'ai pa choisir sans doute entre des Souverains;

rage,

ge!

par eux.

SÉMIRAMIS,
cæur à qui la voix commande après les

Dieux,
ang dans les combats répandu sous ses yeux,
à mon nouveau maitre, avec le même

zéle
ans le démentir les anima pour elle.
LEGRAND-PRETRE.
Reine & des Dieux j'attends les volontés

SEMIRAMIS.
it: prenez place; & vous, peuple, écoute

tez.

Mais ceux dont les Ecars entourent mes confins,
Ou font mes ennemis, ou font mes tributaires ;
Mon sceptre n'est point fait pour leurs mains

étrangeres,
Et mes premiers sujets font plus grands à més

yeux ,
Que rous ces Rois vaincus par moi-même ou
Bélus naquit fujet ; s'il eut le Diadême,
Il le dût å ce peuple, il le dût à lui-même.
J'ai par les mêmes droits le fceptre que je tiens.
Maîtresse d'un Etat plus vaste que les fiens,
J'ai rangé sous vos loix vingt peuples de l'aus

rore,
Qu'au siécle de Bélus on ignoroic encore.
Tout ce qu'il entreprit , je le sçus achever.
Ce qui fonde un Eţar le peut seul conserver.
Il vous faut un héros digne d'un tel Empire,
Digne de cels fujets, &, fi j'ose le dire,
Digne de cette main qui va le couronner ,
Er du eæur indompré que je vais lui donner:
J'ai consulté les loix, les maîtres du connerre,
L'intérêt de l'Erar, l'intérêt de la terre ,
Je fais le bien du monde en nommant un époux.
Adorez le héros qui va régner sur vous;
Voyez revivre en lui les Princes de ma race.
Ce héros, cet époux, ce Monarque, est Arzace.
Elle descend du trône, 65 tout le monde se léve.

AZÉMA.
Arzace ! ô perfidie !

ASSUR.

O vengeance! ô fureurs)
ARZACE À Azéma.
Ah! croyez...1

[ocr errors]

rre,

Elle s'atted Jur le tróne.
1, Allur, le Grand-Prêtre, Artace presa
nent leurs places; elle continue,

quinze ans de ma gloire occupée,
dans ma main le sceptre avec l'épée
tte même main qu'un usage jaloux
it au fuseau fous les loix d'un époux;
de mes sujets furpallant l'espérance,
mpire heureux porté le poids immense;
e partager pour le mieux maintenir,
idre la gloire aux liécles à venir,
raux Dieux, dont l'ordre irrévocable
- caur altier , fi long-temps indomp-

table.
Bré mon fils; puissent-ils m'en donner,
es de me suivre & de vous gouverner,
dans les sentiers que fraya mon cou-
rage
eurs de mon régne érerniseat l'ouvra.
fir fans doute entre des Souverains:

[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »