Obrazy na stronie
PDF
ePub
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

ARZACE.
Cielo que m'apprenez-vous ?

ORO ÉS.

Ces horribles secrets,
Sont encore demeurés dans une nuit profonde.
Du sein de ce sepulcre inaccessible au monde,
Les mânes de Ninus', & les Dieux outragés,
Ont élevé leurs voix & ne font point vengés.

ARZACE.
Jugez de quelle horreur j'ai dû sentir l'acteince,
Ici même , 8c du fond de cette auguste enceinte,
D'affreux gémissemens sont vers moi parvenus.

OROS
Ces accens de la mort sont la voix de Ninus.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

ARZACE.
Deux fois à mon oreille ils fe font fait entendre.

ORO ÉS.

Ms demandent vengeance.

ARZ ACE.

Il a droit de l'attendre;
Mais de qui?

OR OʻÉS.
Les cruels, dont les coupables mains ,
Du plus juste des Rois ont privé les humains s.
Ont de leur trahison.caché la trame, impie;

veau:

Dans la nuit de la tombe elle est ensevelie.
Aisément des mortels ils ont séduit les yeux;
Mais on ne peut tromper l'æil vigilant des

Dieux,
Des plus obscurs complots il perce les abysmes.

AR ZACE.
Ah! si ma faible main pouvoit punir ces crimes !
Je ne sçai; mais l'aspect de ce fatal tombeau,
Dans mes sens étonnés porte un trouble nou-
Ne puis-je y consulter ce Roi qu'on y révere ?"

ORO É s.
Non, le Ciel le défend ; un oracle severe
Nous interdit l'accès de ce séjour de pleurs
Habité par la mort & par des Dieux vengeurso
Atrendez avec moi le jour de la justice;
Il est temps qu'il arrive & que tout s'accom-

plisse.
Je n'en puis dire plus; des pervers éloigné,
Je leve en paix mes mains vers le Ciel indigné.
Sur ce grand intérêt, qui peur-être vous touche,
Ce Ciel, quand il lui plaît, ouvre & ferme

ma bouche....
J'ai dit ce que j'ai dû; tremblez, qu'en ces

remparts,
Une parole, un geste , un seul de vos regards,
Ne rrahisse un secrer que mon Dieu vous confie.
Il y va de sa gloire & du fort de l'Asie;
Il y va de vos jours : vous, Mages, approchez gu
Que ces chers monumens sous l'Autel soient ca-

chés.
La grande porte du Palais s'ouvre , & se rema

plit de Gardes. Alur paraît avec fit fuite:
d'un autre côtéo

12

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Déjà le Palais s'ouvre; on entre chez la Reine;
Vous voyez cet Assur, dont la grandeur hau-

taine
Traîne ici sur ses pas un peuple de flatteurs.
A qui, Dieu tout-puiffant! donnez-vous les

grandeurs ?
O monstre!

ARZACE.
Quoi , Seigneur !

ORO ÉS.

Adieu. Quand la nuit sombre. Surcescoupables murs viendra jerrer sonombre, Je pourrai vous parler en présence des Dieux : Redoutez-les, Arzace : ils ont sur vous les

yeux. 000000000000000000000000

SCENE IV.
AR Z A CE sur le devant du Théâtre avec
Mitrane , qui reste auprès de lui. ASSUR
vers un des côtés, avec Cédar & la suite.

ARZACE.
De tout ce qu'il m'a dit que mon ame est

émue !
Quels crimes ! quelle Cour! & qu'elle est peu

connue! Quoi, Ninus! quoi? mon maître est mort em

poisonné!
Er je ne vois que trop qu'Allur est soupçonnée

MITRANE approchant d'Arzace..
Des Rois de Babylone Alfur cient sa naissance

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Sa fiere autorité veut de la déférence :
La Reine le ménage; on craint de l'offenser ,
Et l'on peut fans rougir devant lui s'abaisser.

AR ZACE,
Devant lui !
ASSUR dans l'enfoncement à Cédar.

Me trompai-je, Arzace à Babylone?
Sans mon ordre ! qui ? lui! tant d'audace m'é-

[blocks in formation]

Approchez ; quels intérêts nouveaux, Vous font abandonner vos camps & vos dra

peaux ?
Des rives de l'Oxus, quel sujet vous améne?

AR ZA CE.
Mes services, Seigneur , & l'ordre de la Reine.

ASSUR.
Quoi! la Reine vous mande

AR ZACE.

Oui.
ASSUR.

Mais sçavez-vous bica
Que pour avoir son ordre on demande le mien?

AR ZA CE.
Je l'ignorois, Seigneur, & j'aurois pensé même

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

Blesser , en le croyant , l'honneur du diadême.
Pardonnez.; un soldat eft mauvais courtisan:
Nourri dans la Scythie aux plaines d'Arbazan,
J'ai pu servir la Cour , & non pas la connaître.

ASSU R.
L'âge, le

temps, les lieux vous l'apprendront

peut-être :
Mais ici par moi seul aux pieds du thrône admis,
Que venez-vous chercher près de Sémiramis?

ARZACE.
J'ose lui demander le prix de mon courage,
L'honneur de la servir.

ASSU R.

Vous ofez davantage : Vous ne m'expliquez pas vos vous présomp

tueux;
Je sçais pour Azéma vos desseins & vos feux.

ARZACE.
Je l'adore sans doute , & son coeur où j'aspire,
Eft d'un prix à mes yeux au dessus de l'Empire :
Et mes profonds respects, mon amour ...,
ASSUR.

Arrérez,
Vous ne connaissez pas à qui vous insultez.
Qui? vous ! associer la race d'un Sarmate
Au fang des demi-Dieux du Tigre & de l'Eu-

phrare !
Je veux bien par pitié vous donner un avis ;
Si vous osez porter jusqu'à Sémiramis
L'injurieux aveu que vous ofez me faire ...a

[merged small][ocr errors]
« PoprzedniaDalej »