Obrazy na stronie
PDF
ePub

Ils PoE

00

Par Ninus même armé contre le criminel ,
Je n'aurai qu'à frapper la victime funeste
Qu'améne à mon courroux la justice céleste.
Je vois trop que ma main dans ce faral moment
D'un pouvoir invincible est l'aveugle instru-

ment.
Les Dieux seuls ont tout fait; & mon ame

étonnée
S'abandonne à la voix qui fait ma destinée.
Je vois que malgré nous, tous nos pas sont

marqués :
Je vois que des enfers, ces mânes évoqués,
Sur le chemin du trône ont lemé les miracles:
J'obéis fans rien craindre, &j'en crois les ora-

cles.

AZÉMA

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Tout ce qu'ont fait les Dieux ne m'apprend

qu'à frémir:
Ils ont aimé Ninus ; ils l'ont laissé périr.

NINI AS.
Ils le vengent enfin : étouffez ce murmure.

A ZÉ MA.
Ils choisissent souvent une victime pure;
Le fang de l'innocence a coulé sous leurs coups.

NINIAS.
Puisqu'ils nous ont unis, ils combattent pour
Ce sont eux qui parloient par la voix de mon

pere;
Ils me rendent un trône, une épouse , une mere ;
kc couvert à vos yeux du sang du criminel,

[ocr errors][ocr errors]

nous:

[ocr errors]

Ils vont de ce tombeau me conduire à l'autel. J'obéis, c'est assez ; le Ciel fera le reste. 000000000000000000000000

SCENE V.

Ninus même armé contre le criminel, aurai qu'à frapper la victime funeste méne à mon courroux la justice céleste. is trop que ma main dans ce facal moment pouvoir invincible est l'aveugle instru

ment. lieux seuls ont tout fait; & mon ame

étonnée donne à la voix qui fait ma destinée. s que malgré nous, tous nos pas font

marqués: i que des enfers, ces mânes évoqués, chemin du trône ont lemé les miracles: s sans rien craindre, & j'en crois les oracles,

AZÉMA e qu'ont fait les Dieux ne m'apprend

qu'à frémir: zime Ninus ; ils l'ont laissé périr.

NINIAS,

AZÉMA, Senle. Dleux! Ieux! veillez sur ses pas dans ce tombeau

funefte! Que voulez-vous ? quel fang doit aujourd'hui

couler ? Impénétrables Dieux ! vous me faites trembler. Je crains Assur, je crains cette main sanguinaires Il peut percer le fils sur la cendre du pere. Abysmes redoutés dont Ninus est forti, Dans vos antres profonds que ce monstre en

glouti Porte au fond des enfers la fureur qui le presse, Cieux connez; Cieux, lancez la foudre venge

refle! O fon pere! ô Ninus, quoi ! tu n'as pas permis Qu'une épouse éplorée accompagnât ton fils ! Ninus combat pour lui dans ce lieu de téné

bres! N'entend-je pas sa voix parmi des cris funé

bres ? Dat ce sacré tombeau, profané par mes pas , Ouvrir pour me punir les gouffres du trépas; J'y descendrai; j'y vole... Ah! quels coups de Ont enfâmé le Ciel & font trembler la terre! Je crains ; j'espere.... il vient,

tonnerre

ngent enfin : étouffez ce murmurc.

AZÉMA,
ent souvent une victime pure;
e l'innocence a coulé sous leurs coups,

NINIAS.
nous ont unis, ils combattent pour
ToUs;
x qui parloient par la voix de mon
Jere;
ent un trône, une épouse , une mere;
à vos yeux du sang du criminel,

[ocr errors]
[ocr errors]

Mai Ses Les Qui Lai Alor

Uni Mo Azér Cenri Mon

SCENE VI.
NINI AS une épée sanglante à la mairl,

AZÉMA.
NINI A S.

Cler! où suis-je ?
Á ZÉ MA.

Ah! Seigneur,
Vous êtes teint de sang, pâle, glacé d'horreur;

NINI A S d'un air égaré.
Vous me voyez couvert du sang du parricide.
Au fond de ce tombeau, mon pere étoit mon

guide.
J'errois dans les détours de ce grand monument,
Plein de respect , d'horreur & de faifissement;
Il marchoit devant moi : j'ai reconnu la place
Que son ombre en courroux marquoit à mon

audace.
Auprès d'une colomne, & loin de la clarté,
Qui suffisoit à peine à ce lieu redouté,
J'ai vu briller le fer dans la main du perfide;
J'ai cru le voir trembler ;'(cout coupable eft ti-

mide!)
J'ai deux fois dans son flanc plongé ce fer ven-

geur ,
Er d'un bras tout sanglant qu'animoit ma fureur,
Déjà je le trainois, roulant sur la poussiere, '
Vers les lieux d'où partoit cette faible lumiere,

[ocr errors]

MIRAMIS

00000000000000000000

SCENE VI.
INTAS une épée sanglante à la main,

AZÉM A.

Mais, je vous l'avouerai, fes sanglots redoublés,
Ses cris plaintifs & sourds & mal articulés,
Les Dieux qu'il invoquoit, & le repentir même
Qui sembloit le saisir à son heure suprême;
La fainteré du lieu ; la pitié dont la voix,
Alors qu'on est vengé, fait entendre ses loix;
Un sentiment confus, qui même m'épouvante ,
M'ont faic abandonner la victime sanglante.
Azéma, quel est donc ce trouble, cer effroi,
Cette invincible horreur qui s'empare de moi?
Mon cæur est pur, Ô Dieux ! mes mains fonc

innocentes;
D'un fang proscrit par vous, vous les voyez

fumantes : Quoi! j'ai servi le Ciel, & je sens des remords!

AZÉMA.

NINIAS.

[ocr errors]

AZÉMA.

Ah! Seigneur, éres reine de lang, pále, glacé d'horreur.

NINI A S d'un nir égaré.

Vous avez fatisfait la nature & les morts.
Quittons ce lieu rerrible, allons vers votre mere;
Calmez à ses genoux ce trouble involontaire ;
Et puisqu’Assur n'est plus....
000000000000000000000000

SCENE VII.

NINIAS, AZÉMA, ASSUR. Alur paraît dans l'enfoncement avec Otane ,

les gardes de la Reine.

AZÉMA.

e voyez couvert du lang du parricide.
I de ce tombeau, mon pere écoit mori

guide.
dans les décours de ce grand monument,
respect, d'horreur & de faifillement;
bit devant moi: j'ai reconnu la place
embre en courroux marquois à mon

audace.
une colomne, & loin de la clarté,
vic à peine à ce lieu redouté,
iller le fer dans la main du perfide;
voir trembler; (tout coupable est ti-
mide!)
fois dans son flanc plongé ce fer ven.
geur,
s tout sanglant qu'animoit ma fureur,
rainois, roulant sur la poussiere,
ux d'ou parroir cette faible lumiere,

Clel! Ağlur à mes yeux !

NINIAS

Allur!

[merged small][ocr errors]

Accourez tous, Ministres de nos Dieux; Ministres de nos Rois, défendez votre maître. 000000000000000000000000

[merged small][ocr errors]

AN

Le Grand-Prêtre OROÉS, les Mages ES le Peu

ple, NINIAS, AZÉMA, ASSUR
désarmé, MITRANE.

OTA NE.
Il n'en est pas besoin ; j'ai fait saisir le traitre,
Lorsque dans ce lieu faint il alloit pénétrer.
La Reine l'ordonna; je viens vous le livrer.

[ocr errors][ocr errors]

NINIAS.

Qu'ai-je fait , & quelle est la victime immolée?

ORO É S.
Le Ciel est satisfait. La vengeance est comblée.

En montrant Ajur.
Peuples, de votre Roi, voilà l'empoisonneur:

En montrant Ninias. Peuples, de votre Roi, voilà le successeur. . Je viens vous l'annoncer , je viens le reconnal Revoyez Ninias, & fervez votre maître,

tre;

« PoprzedniaDalej »