Obrazy na stronie
PDF
ePub
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

8

SEMIRAMIS,
allez livrer le coupable à mon fils.
3 fils appailera l’érernelle justice,
répandanr, du moins , le sang de mon com-

plice.
I meure ; qu'Azéma rendue à Ninias,
rimede mon régne épure ces climats.
cois ca cæur , Ninus, il doit ce facisfaire;
is du moins en moi des entrailles de mere,
qui vient dans ces lieux à pas précipités ?
tout rend la terreur à mes sens agités !
000000000000000000000

SCENE II.
AIRAMIS, AZÉMA, OTANE.

AZÉMA

Lui? mon époux! grands Dieux !

AZÉM A.

Quoi! l'hymen qui vous lic...?

SÉMIR AMIS, Cet hymen eft affreux, abominable, impie; Arzace! il est.... parlez; je frissonne, achevez: Quel danger ? hârez-vous....

AZÉMA.

2AMD, pardonnez fi lans être appellée,
telles frayeurs trop justement troublée,
savec transport embraller vos genoux.

SÉMIRAMIS
icelle, parlez, que me demandez-vous

AZÉMA.
er un héros au coup qui le menace;
nir le crime, & de fauver Arzace.

SÉMIR AMIS

Madame , vous sçavez Que peut-être au moment que ma voix VOLIS

implore.....

SÉMIRAMI S.Eh bien?

AZ É MA. Ce demi-Dieu que je redoute encore;. D'un secret sacrifice en doir être honoré, Au fond du labyrinthe à Ninus consacré; I'ignore quels forfaits il faut qu'Arzace expie,

SÉ MIRAMIS.. Quels forfaits ! justes Dieux!

AZÉMA.

Cer Affur, cerimpie Va violer la combe où nul n'est introduit..

ui? quel crime?

AZÉMA,

Il devient votre époux; morte, il doit vivre pour vous

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]

Dans les horreurs de la profonde nuit
Des souterrains secrets où sa faveur habile
A tout événement se creusoit un asyle,
One servi les desseins de ce monstre odieux;
Il vient braver les morts, il vient braver les

Dieux :
D'une main facrilége aux forfaits enhardie,
Du généreux Arzacę il va trancher la vie.

[ocr errors]

SÉ MIR AMIS.
O Ciel! qui vous l'a dit ? comment? par quel

détour ?

AZÉMA.

[ocr errors][ocr errors][merged small]

Fiez-vous à mon coeur éclairé par l'amour ;
J'ai vû du traître Affur la haine envenimée,
Sa faction tremblante & par lui ranimée,
Ses amis rassemblés, qu'a séduits sa fureur :
De les desseins secrets j'ai démêlé l'horreur :
J'ai feint de réunir nos causes mutuelles;
Je l'ai fait épier par des regards fidèles :
Il ne commer qu'à lui ce meurtre détesté;
Il marche au facrilége avec impunité;
Sûr que dans ce lieu saint nul n'osera paraître,
Que l'accès en est même interdit au Grand-Prê-
Il y vole: & le bruit par ses soins se répand
Qu'Arzace est la victime ,

que la mort l'are
tend :
Que Ninus dans son sang doit laver sop injure.-
On parle au Peuple, aux Grands, on s’allem

ble, on murmure ;

[ocr errors]

tre,

D At

SEMIRAMIS,

SÉMIR AMIS,

ui!

AZÉM A.
Dans les horreurs de la profonde nuit,
terrains secrets ou la faveur habile
événement le creusoit un alyle,
ri les delleins de ce monstre odieux;
braver les morts, il vient braver les

Dieux :
nain facrilege aux forfaits enhardie,
reux Arzacę il va trancher la vie.

SÉMIR AMIS.
qui vous l'a dit? comment? par quel
décour?

AZÉMA.

Je crains Ninus , Allur, & le Ciel en courroux.

SÉM IR AMIS. Eh bien, chere Azéma , ce Ciel parle pour vous ; Il me suffit. Je vois ce qui me reste à faire. On peut s'en reposer sur le cour d'une mere. Ma fille, nos destins à la fois sont remplis: Défendez votre époux ; je vais sauver mon fils,

A ZEMA. Ciel !

SEMIR A MIS. Prête à l'épouser , les Dieux m'ont éclairée; Ils inspirenc encore une mere éplorée ; Mais les momens sons chers. Laissez-moi dans

ces lieux : Ordonnez en mon nom que les Prêtres des Que les chefs de l'Etat viennent ici se rendre. Axéma pase dans le vestibule du Temple ; Sér

miramis de l'autre côté s'avance vers le

Mausolée. Ombre de mon époux ! je vais venger ta cendre. Voici l'instant fatal où ta voix m'a promis Que l'accès de la combe alloit m'être permis : J'obéirai;mes mains qui guidojent des Armées, Pour secourir mon fils à ta voix sont armées.

Gardes du trône, accourez à ma voixa D'Arzace désormais reconnaissez les loix: Arzace est votre Roi; vous n'avez plus de:

Reine ; Je dépose en ses mains la grandeur souveraine; Soyez ses défenseurs ainsi que les sujets Alleza

Dieux,

Venez,

s à mon caur éclairé par l'amour;
u traître Affur la haine envenimée,
u tremblapre & par lui ranimée,
rallemblés, qu'a séduits sa fureur :
fleins fecrets j'ai démêlé l'horreur:
de réunir nos causes mutuelles;

épier par des regards fidèles:
met qu'à lui ce meurtre décesté;
au facrilége avec impunité;
ns ce lieu faint nuln'osera paraître,
senest même interdit au Grand-Pré-
& le bruit par les soins se répand
est la victime, & que la mort l'at-
end:
dans son fang doir laver foo injurer
1 Peuple, aux Grands, on s'allem-
ple, on murmure;

tre,

[ocr errors]

Les Gardes se rangent au fond de la scène.
Dieux tout-puissans, fecondez mes projets.

Elle entre dans le Tombeau;

[ocr errors][merged small][merged small]

AZÉMA revenant de la porte du Temple sur le

devant de la scène.

Non

Que méditoit la Reine? & quel destein l’ani

Com

me! A-t-elle encor le temps de prévenir le crime? O prodige, ô destin , que je ne conçois pas ! Moment cher & terrible ! Arzace ! Ninias! Arbitres des humains , Puissances que j'adore ; Me l'avez-vous rendu pour le ravir encore ! 000000000000000000000000

SCEN E IV.

[ocr errors][ocr errors]

AZÉMA, ARZACE, ou NINI AS.

AZ ÉM A.
Ah!cher Prince, arrêtez. Ninias, est-ce vous?
Vous le fils de Ninus , mon maître & moni

époux!

NINIAS.
Ah! vous me revoyez confus de me connaître. -
Je suis du fang des Dieux & je frémis d'en être,
Bcartez ces horreurs qui m'ont environné,

MO De

[blocks in formation]

Forcifiez ce caur au trouble abandonné;
Encouragez ce bras prêt à venger un pere,

AZÉM A.
Gardez-vous de remplir cet'affreux ministere.

NINIAS.
Je dois un facrifice ; il le faut; j'obéis.

AZ É MA.
Non. Nimus ne veut pas qu'on immole son fils

NINIAS. Comment ?

AZÉMA. Vous n'irez point dans ce lieu redoutable: Un traitrey tend pour vous un piége inévitable.

NINIAS. Qui peut me retenir , & qui peut m'effrayer?

AZÉMA. C'est vous que dans la combe'on va facrifier i Allur, l'indigne Assur a d'un pas sacrilége. Violé du tombeau le divin privilége : Il vous atrend.

NINIAS.

médicoit la Reine? & quel dessein l'ani

me!

encor le temps de prévenir le crime? ge, ô deftin, que je ne conçois pas! cher & terrible ! Arzace! Ninias! des humains, Puissances que j'adores -vous rendu pour le ravir encore ! 0000000000000000000 SCENE IV.

(A, ARZACE, ou NINIAS.

A MA.

[ocr errors]

Prince, arrérez. Ninias, est-ce vous?

de Ninus, mon maître & mon poux!

NINIAS. e revoyez confus de me connafere." ing des Dieux & je frémis d'en écres horreurs qui m'ont environné;

Grands Dieux ! tout est donc éclairci. Mon cæur est rassuré, la victime est ici, Mon pere empoisonné par ce monstre perfide, Demande à haure voix le sang du parricide. Instruit par le Grand-Prêtre, & conduit par le

Ciel,

« PoprzedniaDalej »