Obrazy na stronie
PDF
ePub

audebat credere ; tamen veritus, ne hoc ipsum querelas eorum accenderet, si diffidere videretur, et per suam absentiam se Romanis protinus adjungerent; in colloquium venit. Quo per disceptationes et jurgia diu extracto, ad ultimum injectae a Romanis Hannoni manus sunt, isque in carcerem conditus, Mamertinis factum comprobantibus. Ita partim dolo, partim terrore circumventus, quum alia conditio nulla esset, arce Mamertinis reddita , praesidium deducere coactus est.

XXVIII. Pœni re comperta supra modum exacerbati, quumalioqui duces suosobmalaconsilia quantumvis prospero eventu punire solerent, simul stultitiam Hannonis, simul ignaviam accusantes, in crucem miserum sustulerunt : et continuo navales terrestresque copias Messanam pergere praeceperunt; alio Hannone, qui Annibalis erat filius, ad res gerendas in Siciliam misso. Ille coactis ad Lilybaeum copiis Selinuntem progressus, castrisque ibi factis, pedestrem exercitum reliquit : ipse processit Agrigentum, et, arce communita, populum , Carthaginiensibus amicum , ad societatem armorum contra Romanos impulit. Hinc in castra reversum repererunt ab Hierone legati, qui et ipse Romanorum in Siciliam transitu minime laetus, hoc maxime opportunum tempus judicabat, quo, conjunctis punicis viribus , et ipsi et Messanam obdans la crainte que, s'il montrait de l'hésitation, cette marque de défiance n'excitât leurs plaintes, et qu'ils ne profitassent de son absence pour se jeter de suite entre les bras des Romains, il se rendit à la conférence proposée. Là, après qu'on eut passé beaucoup de temps en contestations et en disputes prolongées à dessein, à la fin les Romains se saisirent d'Hannon, qui fut mis en prison, et cette action fut approuvée des Mamertins. Ainsi, tombé dans ce piège, et effrayé par les menaces qu'on lui fit, il fut contraint de rendre aux Mamertins leur citadelle, et de se retirer avec sa garnison, ne pouvant sauver sa personne à d'autres conditions.

XXVIII. Les Carthaginois, lorsqu'ils apprirent cette nouvelle, furent extrêmement irrités; et ce peuple, qui avait coutume de punir les desseins mal concertés de ses généraux, lors même qu'ils avaient réussi, fit mettre en croix le malheureux Hannon, auquel ses concitoyens reprochaient d'avoir à la fois manqué de prudence et de courage; et il fut ordonné sur-le-champ aux troupes, tant de mer que de terre, de se rendre en Sicile, où fut envoyé, pour y conduire les opérations de la guerre, un autre Hannon, qui était fils d'Annibal. Celui-ci, ayant assemblé ses troupes à Lilybée, marcha vers Sélinunte, et, après y avoir établi son camp, laissa là son armée de terre, s'avança en personne jusqu'à Agrigente, mit garnison dans la citadelle de cette ville, puis engagea les habitans à se joindre aux Carthaginois dont ils étaient amis, pour les aider dans la guerre contre les Romains. De là, il retourna dans son camp, où il trouva les ambassadeurs d'Hiéron. Ce roi, qui de son côté ne voyait nullement d'un œil satisfait le passage des Romains en Sicile, crut qu'il était essentiellement de son intérêt de tinentes Barbari penitus ex insula exterminarentur.

XXIX. Itaque colloquio cum carthaginiensi duce habito, quum utrique Messanae occupandae spe excidissent, facile adversus Romanum, utrorumque pari damno supervenientem, societatem instituerunt, ut Messanam communiter obsiderent; neque quemquam in Sicilia, nisi aut syracusani, aut punici juris esse paterentur. Ita pœnus imperator, praemisso caduceatore, qui Romanos, « si Carthaginiensium amici esse vellent, relinquere Messanam, et intra praestitutum diem excedere Sicilia » juberet; totis viribus adversus Mamertinos movit. Naves circa Pelorum stationem agere jussae: pedester exercitus ad Cubilia {Eunas Graeci vocant ), haud procul urbe Messana dissitum locum , castra communivit. Venit et ex pacto cum syracusano milite Hiero, et ab altera urbis parte, circa montem Chalcidicum nomine, consedit. Ita urbs undique circumdata, neque terra neque mari commeatum aut auxilia accipere tuto poterat.

XXX. Sub idem tempus quum punicus caduceator nihil a Messana pacati retulisset, Carthaginienses partim ira, partim diffidentia permoti, omnes qui apud ipsos militabant italici generis conductitios crudeliter occidcjoindre ses forces à celles des Carthaginois, pour chasser entièrement de l'île et les Romains et les Barbares qui occupaient Messine.

XXIX. Les ambassadeurs de ce prince ayant donc eu une conférence avec le général carthaginois, comme leurs deux nations se trouvaient pareillement exclues de Messine, ils formèrent sans peine contre les Romains, qui ne venaient en Sicile que pour nuire également aux deux peuples, une alliance dont les conditions furent, qu'on ferait en commun le siège de Messine, et qu'on ne souffrirait en Sicile d'autre domination que la domination syracusaine et carthaginoise. En conséquence, le général carthaginois envoya aux Romains un héraut leur signifier, « que, s'ils voulaient demeurer amis de la nation carthaginoise, ils eussent à sortir de Messine surle-champ, et à quitter la Sicile dans un espace de temps donné; » puis il marcha contre les Mamertins avec toutes ses forces. Il donna ordre à ses vaisseaux de stationner aux environs du promontoire de Pélore, et fit camper l'armée de terre auprès de Couches. Ce lieu (que les Grecs appellent Eunas) n'est pas éloigné de la ville de Messine. Hiéron, fidèle aux engagemens contractés, vint aussi avec les troupes syracusaines, et campa, d'un autre côté de la ville, auprès du mont appelé Chalcidique. Ainsi Messine, investie de toutes parts, ne pouvait recevoir sûrement, ni par terre, ni par mer, soit des vivres, soit des secours.

XXX. Durant ce temps, le héraut carthaginois revint de Messine avec une réponse qui n'était rien moins que pacifique. Dans leur exaspération, les Carthaginois, moitié par colère, moitié par défiance, massacrèrent cruellement tous les mercenaires italiens qui servaient runt. Quae postquam Romae comperta sunt, e vestigio cum valido exercitu profectus consul Appius Rhegium venit : inde praemissis, qui cum Pœnis et Hierone de obsidione solvenda agerent, ipse fretum acri custodia septum sciens, sollicitus intentusque rationem minore cum periculo trajiciundi circumspiciebat. Legati con- sulis neque a Pœnis amicum responsum retulerunt, et ab Hierone accurata oratione sunt increpiti, qui, commemoratis in populum romanum officiis suis, « Ambigo, » inquit, « meamne vicem doleam magis, an vestram, Romani. Nam ego quidem amicos aliquauto quam existimaveram deteriores; vos autem opinionem justitiae ac fidei, qua apud omnes clari eratis, amisistis. Adversus Mamertinos nulla vobis unquam societas aut amicitia fuit : fœdera cum Pœnis olim, mecum etiam nuper icistis.

XXXI. « Haec in gratiam aliorum nihil ad vos attinentium dissolvere cupientes, potestis dicere, qua vel injuria nostra, vel merito Mamertinorum hoc faciatis? sed quia Carthaginiensibus quod pro se dicant, non deerit; illorum omissa causa, quae me tangunt unum, in praesentia memorabo. Mamertini, boni populares vestri, quum apud Syracusanos, uti non ignoratis, stipendia fecissent, ut in Italiam redirent dimissi, Messanae, postquam a miseris et credulis Messeniis tanr

« PoprzedniaDalej »