Obrazy na stronie
PDF
ePub

amissis ferme, quæ extra Messanam tenuerant, de urbe ipsa cum Hierone Syracusano dimicabant. De quo rege, quoniam ipse quoque temporibus eisdem hostis populi romani, mox per annos sane multos socius et amicus fidelissimus, et ingens ad res constituendas momentum fuit; paulo copiosius exponendum puto. Nam et in eo rara felicitas, et magna virtus, et prudentiæ vis eximia fuit : eaque tempestate Syracusanorum opes et floruerunt cum Hierone, et conciderunt.

XI. Hic igitur nullo neque divitiarum , neque gloriæ a majoribus relictæ , neque alio aliquo tali præsidio adjutus , omnem fortunam suam sibi debuit : non ut plerique ad magnam potentiam ex tenui loco criminationibus meliorum , aut nece fugave adversantium provectus; sed modestia et in parandis opibus, et in habendis , singulari : recte conjiciens, nullum esse regnum stabilius, quam quod ita exercetur, ut magis hoc timeant amittere, quibus imperatur, quam qui imperat. Itaque quum annos quatuor et quinquaginta præfuisset, idque iis temporibus, quibus collisæ duæ potentissimæ civitates de principatu terrarum summa contentione pugnabant, ipse nullo foris bello, si primos annos excipias,

traîtres qui l'avaient précédemment livrée eurent été punis du dernier supplice, les Mamertins, privés de ce secours, ne furent plus en état de conserver leur

première puissance; et, ayant perdu à peu près tout ce qu'ils avaient possédé hors de Messine, ils se virent réduits à défendre leur ville même contre le Syracusain Hiéron. Mais comme, durant ces temps, ce roi fut d'abord ennemi du peuple romain, puis , embrassant bientôt son parti , se montra pendant un grand nombre d'années le plus fidèle de ses alliés et de ses amis, et qu'il contribua beaucoup à l'affermissement de la domination romaine, je crois devoir reprendre son histoire d'un peu plus loin. Car ce prince eut un rare bonheur, et montra une grande valeur et une extrême prudence : aussi le règne d'Hiéron et sa mort sont-ils pour les Syracusains l'époque de leur prospérité et de leur abaissement.

XI. Au reste, il ne fut redevable de son élévation ni aux richesses, ni à la gloire de ses ancêtres, ni à aucun autre avantage de ce genre; il dut à lui-même toute sa fortune. Ce ne fut pas en accusant les meilleurs citoyens, ou en se débarrassant par le meurtre ou par l'exil de ceux qui s'opposaient à ses vues, que, d'une condition humble, il parvint au souverain pouvoir, comme il est arrivé à tant d'autres; mais ce fut par la singulière modération dont il usa et pour l'acquérir et pour le conserver. Il comprenait fort bien que la domination la plus assurée est celle qui s'exerce de telle sorte, que ceux qui obéissent en craignent plus la perte que celui qui commande. Après avoir régné cinquante-quatre ans, et cela , dans le temps où deux républiques très-puissantes se disputaient l'empire du monde avec la plus grande opiniâtreté, exempt lui-même de toute guerre

1

nullis domi insidiis petitus, nonagenario major, quum ad eam ætatem, certo temperantiæ argumento, sensus integros corpusque firmum pertulisset, obiit : non suis modo carus, sed etiam apud Romanos pariter Græcosque magna fama.

XII. Quem et principatum deponere sæpe volentem cives sui publice prohibuerunt; et filius Gelon , qui natus annos plus quinquaginta ante Hieronem decessit, rara inter mortales moderatione, regno quam patre carere perpetuo maluit, eumque ad extremum usque vitæ tempus constanti fide atque pietate percoluit. Is igitur Hieron ab Hierocle genitore, qui stirpem suam ad Gelonem veterem Siciliæ tyrannum referebat , expositus est : quod virum nobilem susceptam ex ancilla prolem pudebat tollere. Sed omni humana

ope

destitutum apes, in os jacentis ingesto melle, per complures dies aluerunt. Eo prodigio, responsisque aruspicum, qui regiam puero potentiam portendi confirinabant, permotus Hierocles, infantem recolligit, agnoscit, et in spem futuræ magnitudinis diligenter instituendum curat. Tum igitur inter æquales discenti, a lupo in turba puerorum repente conspecto tabulam ablatam esse aiunt ; et mox militiæ tirocinium auspicanti aquilam in clypeo, noctuam in hasta consedisse. Consilii viriumque indicium

au dehors, si l'on excepte les premières années, et de toutes embûches au dedans, il mourut plus que nonagénaire , ayant conservé jusqu'à cet âge, par un mode de tempérance bien entendu, toute la force de son esprit et toute la vigueur de son corps. Non-seulement ce prince fut cher à ses sujets, mais il jouit d'une grande considération chez les Romains et chez les Grecs.

XII. Hiéron voulut souvent déposer la suprême autorité, mais ses sujets s'y opposèrent toujours unanimement; et son fils Gélon, qui mourut avant lui, âgé de plus de cinquante ans, par une modération rare entre les mortels, préféra constamment au trône l'existence d'un père envers lequel il manifesta, jusqu'au dernier moment de sa vie, une fidélité et une tendresse qui ne se démentirent jamais. Or, cet Hiéron, Hiéroclès, son père, qui descendait de Gélon , ancien tyran de la Sicile, l'avait fait exposer, ayant honte d'élever, lui homme illustre, un enfant qu'il avait eu d'une esclave. Mais, privé de tout secours humain, l'enfant fut nourri durant plusieurs jours par des abeilles qui, l'ayant trouvé couché par terre, déposaient leur miel dans sa bouche. Frappé de ce prodige, et de la réponse des aruspices, qui assuraient que l'enfant devait régner un jour, Hiéroclès le fit rapporter dans son palais, le reconnut, et, dans l'espoir de sa grandeur future, veilla soigneusement à son éducation. Un jour donc qu'il prenait sa leçon parmi ses égaux, un loup, dit-on, ayant paru tout à coup au milieu de cette troupe d'enfans , emporta la table dont Hiéron se servait; et peu de temps après, au moment où on lui mettait entre les mains ses premières armes, un aigle vint se poser sur son bouclier, et une chouette sur sa lance. On n'hésita pas à croire que deux

[ocr errors]

id fuisse creditum est, summique, ob regiam alitem, fastigii.

XIII. Sed certiora signa mox ipse dedit, forma et robore corporis eximio : verum ingenii, temperantiæ, comitatis, justitiæ, moderationis nomine clarior atque illustrior. Sæpe in acie, sæpe adversum provocantes singulari certamine congressus, semper victor, a Pyrrho multis militaribus donis virtutis causa donatus est. Cujus postea ex genere Gelon, Hieronis filius, Nereidem in matrimonio habuit. Pyrrho ex Sicilia fugato, quum inter syracusanum exercitum et urbanos, solemni temporum istorum morbo, iterum orta esset dissensio ; in castris circa Merganam Artemidorus et Hiero militaribus suffragiis duces creati, consilis Hieronis, et amicorum ejus opera, clam intromissis militibus urbem in potestatem redegerunt. Ibi Hiero excelsum se virum et quanticunque imperii capacem ostendit. Nam ex diversis partibus occidit aut ejecit neminem; sed clementia , moderamine, rectisque consiliis ita composuit motus, ut non minoribus studiis eorum, adversus quos venerat, quam a quibus adductus fuerat, prætor Syracusis crea

retur.

XIV. Hic vero reipublicæ curam ut suæ toto animo

« PoprzedniaDalej »