Obrazy na stronie
PDF
ePub

Il eut pour successeur dans la premiere de ces dignités Emilius Lepidus , qui fut préféré à plusieurs personnages illustres qui s'étoient aussi présentés; & dans le fimple Sacerdoce, Q. Fulvius Flaccus. Q. Marcius Philippus fut fait Décemvir des sacrifices, L'Au-gure Sp. Pofthumius Albinus mourut auffi : les Augures lui fubftituerent Pub. Scipion, fils de l'Africain. Certe année , sur la demande de ceux de Cu-mes, on leur permit de parler latin

dans les actes publics. On donna la même permission aux crieurs dans les ventes à l'encan,

Les Pilans étant venus offrir aux Romains des terres pour l'établissement d'une colonie Latine , le Sénat leur témoigna fa reconnoiffance. On créa Triumvirs pour cette opération Q. Fabius Buteon , & les deux Popilius Lenas, Marcus & Publius. C. Menius , Préteur de Sardaigne , à qui on avoit donné la commission d'informer contre les empoisonneurs,

à dix milles au-delà de Rome manda alors au Sénat , qu'il avoit déja condamné trois mille personnes ; mais que le nombre des coupables croisfoic à mesure qu'il faisoit des recherches;

& qu'il falloit abandonner ces informaTriomphe tions ou renoncer à son département. Pius Flac. Q. Fulvius Flaccus revint d'Espagne à

Rome

CUS.

Rome comblé de gloire ; & comme il restoit hors de la ville, en attendant le jour de son triomphe, il fut créé Conful avec L. Manlius Acidinus (1) fon from re ; & peu de temps après, avec les soldats qu'il avoit ramenés, il fit fon entrée triomphante. Il expofa cent vingt-quatre couronnes d'or; 8c trente & une livres d'or en masse, avec cent foixante & treize mille deux cents pieces d'argent d'Ofca. Pour leur part du butin , il distribua cinquante deniers aux fantassins, le double aux Centurions , le triple aux cavaliers : il fit la même gratification aux alliés du nom Latin , & doubla pour tous la

Cette année le Tribun du peuple La Loi L. Vilius porta (2) la premiere loi , Annasia. qui fixoit l'âge qu'on devoit avoir

paye ordinaire.

[1] Ce L. Manlius étoit de la famille des Ful. vius , & defcendoit, auffi-bien que Q. Fulvius Flaca cus son frere & son collegue, de ce Q. Fulvius qui avoit pris Capoue. Mais il avoit été adopté dans celle de Manlius. On remarou: que c'est le seul exempla de deux freres collégues dans le Consulat.

12]. Avant ce temps, la coutume & l'usage tenoit lieu de loi : il falloit avoir , pour être Conful quarante-trois ans , pour être Préteur quarante , pout être Edile Curule trente-sept ; & pour être Quelleur, vingi - sepf. En général pour exercer quelque Magiftrature dans la ville, il falloit avoir fait dix campagnes. Mais le mérite a quelquefois dispensé de cer ulage , comme on le voit par l'exemple de Scipion l'Africain , celui de T. Quintius Flamininus , & quole gues autres. Tome II.

CC

pour prétendre aux différentes Charges. Ce qui a fait donner à ceux de cette famille le surnom d'Annales. Cette année on ne créa que quatre Préteurs au lieu de fix. Ce fut la loi Bebia qui donna lieu à ce changement, en ordonnant que désormais on en nommeroit alternativement fix ou quatre. On créa cette fois-ci C. Cornelius Scipion, C. Valerius Levinus,

& les deux Mucius Scevola QuinQ.Tre?vius tus & Publius. On assigna aux Con& L. Man- fuls Q. Fulvius & L. Manlius le même Hus code département, & le même nombre de Kome 57c. troupes en infanterie & cavalerie , ci

toyens & alliés, qu'on avoit donné à leurs prédécesseurs. Oncontinualc gouvernement des deux Espagnes à Ti. Sempronius & à L. Pofthumius avec les mêmes armées. Les Consuls eurent ordre , pour recruter les anciennes troupes, d'en lever de nouvelles, jusqu'au nombre de trois mille hommes d'infanterie Romaine & de trois cents de cavalerie , avec cinq mille fantasfins , & quatre cents cavaliers Latins. Le fort donna à P. Mucius Scevola la commission de rendre la justice au-dedans; & celle d'informer à Rome, & à dix mille de cette ville, contre les empoisonneurs ; il chargea Cn. Cornelius Scipion du soin de juger les étrangers. Q. Mucius Scevo

la eur pour son partage la Sicile , & C. Valerius Levinus la Sardaigne. Le Consul Q. Fulvius dir qu'avant d'entrer en fonction, il vouloir pour lui & la République s'acquitter d'une promesse religieuse. Que dans son dernier combat contre les Celtibém riens , il s'étoit engagé de faire célébrer des jeux en l'honneur du grand Jupiter , & de bâtir un Temple à la Fortune Equeftre. Que les Efpagnols lui avoient remis de l'argent pour cette dépense. Le Sénar confentit à la célébration des jeux , & fic créer des Duomyirs pour s'occuper de la construction du Temple. A l'é gard des sommes qu'on devoit employer , il défendità Fulvius de dépenser à ces jeux plus que Fulvius Nobilior, pour ceux qu'il avoit voués pendant la guerre d'Etolie ; & de rien tirer , de rien exiger, de rien recevoir, enfin de rien faire à l'occasion de cette cérémonie

cette cérémonie , (1) contre le Sénatus-consulte, porté lous le Consulat de L.. Emilius & de Cn. Bebius. Le Sénat avoit rendu ce decret à cause des dépenses excessives,

[1] Tite-Live n'explique nulle part ce que désendoit cet Arrêt. On conjecture qu'il éroit fait contre le luxe & la dépense qu'on commençois à porter trog loin dans ces cérémonies.

de l'Edile Ti. Sempronius dans les jeux qu'il avoit célébrés & qui avoient grevé non - seulement l'Italie & les alliés du nom Latin, mais encore les Provinces étrangeres.

L'hiver , cette année , fut cruel : il tomba une grande quantité de neige, de grêle & de pluie. Le froid fit mourir tous les arbres qui le redoutent: & cette rigoureuse faison dura encore plus long-temps qu'à l'ordinaire. Un orage qui s'éleva tout d'un coup sur le mont Albain, accompagné d'épaifses tenebres , interrompit les Féries Latines; & on les recommença en vertu d'un decret des Pontifes. Le même orage renversa quelques ftatues du Capitole ; & le tonnerre, dont il étoit accompagné, ruina plusieurs édifices, le Temple de Jupiter à Terracine, le Temple blanc à Capoue, & une porte à Rome : les creneaux du rempart furent abattus en quelques endroits. Outre ces prodiges, on apprit qu'à Reate il étoit né un mulet avec trois pieds. A cette occasion les Décemvirs ayant,par ordre du Sénat, consulté les Livres des Sibylles, indiquerent à quels Dieux il falloit facrifier , & quelles étoient les victimes qu'on leur devoir immoler. A l'égard des édifices que la foudre avoir défigurés en plusieurs lieux, il y eut des processions pendant un jous

« PoprzedniaDalej »