Obrazy na stronie
PDF
ePub

tir un Temple à la Fortune équestre , & de célébrer des Jeux en l'honneur de Jupiter. Les Celtibériens répandus dans tout le défilé y font égorgés. On dit que dans cette journée il en resta dix-sept mille sur la place , qu'il y en eut plus de trois mille de pris , avec deux cent soixante & dix-sept Enfeignes, & près de onze cents chevaux. L'armée victorieuse ne campa point ce jour-là. Ce triomphe coûta quelques soldats. Il périr quatre cent soixante & douze citoyens, mille dixneuf alliés du nom Latin, & trois mille hommes de troupes auxiliaires. Les Légions triomphantes, après avoir ainsi renouvellé leur premiere gloire, furent conduites à Tarragone. Le Préreur Ti. Sempronius , qui s'y étoit rendu deux jours auparavant, vint au-devant de Fulvius , & le félieita des avantages qu'il avoit remportés. Ces deux Généraux s'accorderent par. faitement sur les soldats qu'ils congédieroient , & fur ceux qu'ils retiendroient. Ensuite Fulvius après avoir embarqué les troupes licenciées, partit pour Rome. Sempronius conduifit ses Légions dans la Celtibérie.

Les deux Confuls marcherent contre Expédiles Liguriens, par des côtés différents.cions de

L gurie. Pofthumius avec la premiere & la troifieme Légion s'empara des montagnes

[ocr errors]

de Baliste & de Suismont ; & leur fermant les défilés, il leur intercepta les vivres : la diferte alors les força de fe foumettre. Fulvius avec la seconde &la quatrieme ayant attaqué du côté de Pise les Liguriens Apouans,ceux d'entr'eux qui habitent les bords du fleuve Macra se rendirent. Il les embarqua au nombre de fept mille , & les transporra à Naples , en côtoyant la mer de Toscane. De-là il les fit palfer dans le Samnium, & leur donna des terres au milieu de leurs compatriotes. A l'égard des Liguriens qui habitent les montagnes, A. Pofthumius fit arracher leurs vignes , brûler leurs moiffons, jusqu'à ce que las de fouffrir toutes les calamités de la guerre, ils se rendiffent & livraffent leurs armes. Après cette expédition Pofthumius s'embarqua pour visiter les côtes des Liguriens Ingaunes & Intemeliens: Avant que ces Confuls fuffent arrivés à l'armée qui avoit rendez-vous à Pise, elle étoit commandée par A. Pofthumius & par M. Fulvius Nobilior , frere de Q. Fulvius. Fulvius étoit Tribun militaire de la seconde Légion. Pendant les deux mois qu'il eut le (1) commande

[1] Comme il y avoit fix Tribuns dans chaque Lé. gion , & que tous ne pouvoient avoir l'autorité en

ment , il licencia la Légion , après het avoir fait jurer aux Centurions qu'ils I remettroient leur folde (1) aux Quesi teurs. Aulus Pofthumius l'ayant appris à Plaisance, où il étoit arrivé par hasard, courut avec un détachement de cavalerie à la poursuite des soldats qu'on venoit de licencier , il arrêta tous ceux qu'il put joindre : & les ramena à Pife. ll inftruifit le Consul de tout ce qui s'étoit paflé. A la réquifition de ce Magistrat , le Sénat, par un Arrêt, rélégua M. Fulvius en Espagne au-delà de la nouyelle Carthage. Le Consul le chargea de porter une Jettre à P. Manlius dans l'Espagne ultérieure. Les soldats eurent ordre de rejoindre leurs Enseignes ; & pour les punir , on ordonna qu'ils ne toucheroient cette année que fix mois de paye. Il fut enjoint au Consul de vendre la personne & les biens de ceux qui ne retourneroient pas à l'armée.

Cerre même année L. Duronius qui avoit été Préteur celle d'auparavant, éroit revenu de l'Illyrie à Brindes avec dix vaisseaux. Les ayant

[ocr errors]
[ocr errors]

même temps, il y en avoit deux qui commandoient pendant deux mois de chaque semestre.

(!) La coide payée d'avance, & qui n'appartenoic pas à des Officiers licenciés avant d'avoir reniplileuc temps de service,

laissés dans le port, il se rendit à Rome, où il exposa ses opérations , & fic entendre clairement: » Que Gentius, Roi » des Illyriens, étoit l'auteur de tous » les brigandages maritimes. Que tous » les vaisseaux qui avoient pillé les » côtes de la mer supérieure venoient » de les Etats. Qu'il avoit envoyé vers » ce Prince pour réclamer, inais qu'on » n'avoit pu parvenir jusqu'à lui. » D'un autre côté, des Ambassadeurs » de Gentius étoient arrivés à Rome, » pour déclarer qu'au moment où les » Députés Romains sont verus à sa » Cour , il étoit resté malade aux ex» trémités de fon Royaume.

Qu'il 9 prioit le Sénat de ne pas croire aux » délations controuvées de ses enne» mis. » Cependant Duronius ajoutoit que plusieurs citoyens , tant Romains que Latins, avoient été maltraités dans les Etats , & qu'on difoit qu'il tenoit enfermés à Corfou plufieurs citoyens Romains. Le Sénat ordonna qu'ils feroient tous ramenés à Rome; & que le Préteur C. Claudius prendroit connoissance de toute cette affaire

avant qu'on rendît réponse à Mort de Gentius & à fes Ambassadeurs. Parmi plusieurs

un grand nombre de perfonnes que la Prêcres oul Augures. peste venoit d'enlever, on comptoit

plusieurs Prêtres , entr'autres le PonLife L. Valerius Flaccus, qui eut pour

successeur Q. Fabius Labeon; Pub.Manlius, l'un des Triumvirs (1) Epulons, nouvellement revenu de l'Espagne ultérieure , auquel on substitua Q. Fulvius , fils de Marcus : il étoit alors dans une Magistrature. A l'égard du Roi des sacrifices , pour remplacer Cn. Cornelius Dolabella , il y eut un débat entre le grand Pontife Servilius & L. Cornelius Dolabella Duomvir Nayal. Le Pontife vouloit pour le consacrer , qu'il se démít de fa ( 2 ) Magistrature. Sur le refus qu'il fit d'abdiquer le Pontife le condamnna à une amende. Le Duomvir en appella au peuple. Plusieurs Tribuns avoient déja donné leur suffrage & lui enjoignoient d'obéir au Pontife

moyennant quoi elles le déchargeoient de l'amende ; lorsqu'on entendit un coup de tonnerre qui ne permit pas qu'on achevât de recueillir les voix. Les Pontifes depuis fe firent un scrupule de consacrer Dolabella ; ils choisirent à sa place Pub. Clelius Siculus. Sur la fin de l'année mourut aussi C. Servilius Geminus , grand Pontife, & en même temps Décemvir des facrifices.

[ocr errors]

[2) Voyez le trente-troisieme Livre,

12! Le Roi des facri.ices ne pouvoit exercer auze eune charge.

« PoprzedniaDalej »