Obrazy na stronie
PDF
ePub

renvoyé d'abord les prisonniers dans leur patrie. Leur-retour fic beaucoup d'impression sur l'esprit de leurs compatriotes, sur-tout quand ils les entendirent vanter fur-tout la clémence & la générosité dont le Roi avoit usé à leur égard. D'un autre côté, Amynander, dont la présence & l'autorité avoient contenu le peuple dans le devoir , craia gnant d'être livré à Philippe , qui le haissoit depuis long-tems, ou aux Romains, qui alors étoient justement irrités contre lui, à cause de sa révolte, fortit de son Royaume , & le retira à Ambracie avec la femme & fes enfans. Par sa fuite l'Athamanie entiere tomba fous la puissance de Philippe. Le Consul étoit resté quelques jours à Lariffe principalement pour remettre fa cayalerie des fatigues de la navigation, & de la longue marche qu'elle avoit faite en fortant des vaisseaux, Mais quand il vit que ce peu de repos avoit rendu à fon armée toute sa vigueur & tout son courage, il partit pour Crapon. Dès qu'il parut, les Villes de Pharsale, de Scotusle & de Pheres se rendirent à luiavec les garnisons qu'Antiochus y avoit lạiffées. Des foldars dont elles étoientcomposées,il y en eut mille , qui sur sa proposition , s'engagerenta servir dans l'armée Romaine; il ·

[ocr errors][ocr errors]

les donna à Philippe,& renvoya lesautres sans armes à Demetriade , il reprit ensuiteProerne, & quelques forts des environs. Alors il s'avança jusqu'au golfe de Maliac. Lorsqu'il approchoit du défilé, au-dessus duquel on a bâti Thaumaces, tous les jeunes gens en armes abandonnerent cette Ville , & s'emparerent des bois, des passages & des hauteurs, d'où ils venoient fondre, fuivant l'occasion, sur les troupes des Romains. Le Conful commença par leur envoyer des gens , qui en conférant de près avec eux, les pussent détourner d'une résolution dans laquelle il y avoit plus de fureur que de courage. Mais voyant qu'ils n'entendoient point raison, il ordonna à un Tribun de faire un circuit avec un détachement de deux Enseignes , & de fermer le chemin de la Ville à cette - troupe obstinée; ensuite il prit cette place qu'il trouva sans défense. Les jeunes gens, qui en étoient sortis, jugerent par les cris qu'ils entendoient derriere eux, que la Ville étoit prise; ils voulurent abandonner les forêts, d'où ils se jetoient sur les Romains ; mais ils furent prefque tous tués par les soldats du Tribun. Le Consul en deux jours alla de Thaumaces jusqu'aux rives du Sperchius, d'où

ravagea les terres de ceux d'Hypate.

[ocr errors]

Pendant ces expéditions, Antiochus étoit à Chalcis. Là s'appercevant que de tous les avantages qu'il avoit espérés des Grecs, il ne lui restoit que le souvenir des plaisirs goûtés dans cette ville pendant tout un hiver, & d'un mariage contracté avec fi peu de décence, il commença à fe plaindre des vaines promesses des Etoliens, & de la forte arrogance de Thoas; il regardoit alors Annibal, non-seulemeno comme un Général prudent & expérimenté, mais encore comme un Devin qui lui avoit prédit tout ce qui: arrivoit. Cependant pour ne pas achever de ruiner par sa faute une entreprise dans laquelle il s'étoit engagé témé. rairement, il envoya avertir les Etoliens ses alliés de faire prendre les armes à toute la jeunesse de leur pays. Il y conduisit lui-même environ dix mille hommes de pied, en comptant ceux qui étoient venus depuis peu de l'Asie,

& cinq cents cavaliers. Il y trouva les Etoliens en plus petite quantité que jamais ; & quand il s'en plaignit aux principaux du pays qui n'étoient venus qu'avec une poignée de clients, ils lui répondirent qu'ils avoient fait tous leurs efforts, pour amener avec eux le plus de monde possible;mais qu'ils n'avoient rien gagné, ni par autorité, ni

[ocr errors][merged small]

par promesses , sur des gens qui refufoient opiniâtrément, de s'enrôleron Alors destitué, & du secours de ses fujets , qui ne se hâtoient point de sortir de l'Asie, & de celui qu'il avoit cru trouver en Grece sur la parole de ses alliés, il se retira dans le défilé des Thermopyles. C'est une longue chaîne de montagnes qui partage la Gręce par le milieu,comme l'Apennin coupe l'Italie; elle a devant elle au feptentrion l'Épire, la Perrhebie , la Magnesie, la Thessalie, la Phtiotide d'Achaïe, & le golfe de Maliac : au midi , vers le milieu , la plus grande partie de l'Ecolie , l'Acarnanie Phocide & la Locride , la Béotie avec l'Eubée,& par derriere,l'Attique étendue vers la mer en forme de Promontoire, & le Peloponnese. Ces sommets depuis Leucate & la mer d'occident, jusqu'à celle d'orient en traversant i'Erolie, présentent des chemins fi rudes , & des rochers fi escarpés, que non-seulement des armées, mais même de fimples voyageurs ont peine à y trouver des sentiers & des passages. A l'extrêmité de ces montagnes vers l'orient est le mont Oeta, dont le sommet le plus élevé est appellé Callidrome, au bas duquel, dans la vallée qui abouzit au golfe de Maliac , est un chemin

la

[ocr errors]

qui n'a pas plus plus de 6o pas de large. C'est-là la seule route militaire,en sup posant que l'ennemi ne l'occupe point. Aufli ces détroits font appellés Pyles, c'est-à-dire Portes, & par d'autres Thermopyles, à cause des bains chauds qui se trouvent au milieu. C'est un endroit célebre par le combat que les Lacédémoniens

у

livrerent aux Perfes, & plus encore par

la

mort courageuse des premiers.

Antiochus qui n'avoit pas à beaucoup près autant de courage & de résolution que ces Républicains, s'étant campé à l'entrée du même défilé, le ferma encore de divers retranchements, d'un double fossé, d'une double paliffade, & même, en quelques endroits, d'un mur que la quantité de pierres qu'il trouvoit fous fa main, lui donna la facilité d'élever. Dans cette fituation, persuadé que les Romains ne pourroient jamais le for cer, il envoya quatre mille Etoliens, (c'étoit tout ce qu'il put rassembler, moitié pour garder Heraclée, fituée devant le défilé même, moitié à Hypate , ne doutant nullement que les Romains n'attaquaffent la premiere de ces places, & étant averti de plusieurs endroits , qu'ils ravageoient tout le pays aux environs de l'autre. Le Con

« PoprzedniaDalej »