Obrazy na stronie
PDF
ePub

'étoit dispersé dans la campagne , où les uns passoient le temps à jouer & à le divertir , tandis que les autres cherchoient le frais & l'ombre pour boire & manger, ou pour dormir plus à leur aise. Diophanes ayant obferve cette manouvre du haut des murailles de Pergame, ordonna aux fiens de prendre les armes, & de se tenir à la porte de la ville prêts à exécuter les ordres qu'il leur donneroit. Pendant ce tempslà il alla trouver Attale , & lui dig qu'il avoit dessein de faire une sortie sur les ennemis. Attale eut assez de peine à y consentir, voyant qu'ilalloir avec mille hommes de pied & cent cavaliers , attaquer quatre mille fantassins & trois cents chevaux. Il forrit cependant, & fe pofta affez près des affićgeants, en attendant l'occasion de fondre fur eux avec avantage. Ceux qui étoient dans la ville regardoient l'entreprise de Diophanes comme une démarche plus folle que hardie : & les ennemis après s'être approchés de cette troupe , voyant qu'elle ne reinuoit pas, ne rabattirent rien de leur négligence 'accoutumée, & femocquerent même de cette poignée d'hommes qui ofoient fe montrer. Dioplanes tint pendant quelque tempsses soldats tranquilles,comme s'ils n'étoient fortis dela ville que pour Tome 11.

G

Le donner en spectacle. Mais quand il s'apperçut que les Syriens étoient difpersés sans ordre, il partit comme un éclair à la tête de sa cavalerie , après avoir ordonné aux gens de pied de lę suivre promptement , & vint fondre avec une impétuofité sans égale, au milieu des cris de tout fon monde , sur les ennemis qui ne s'attendoient à rien moins. Une attaque fi brusque effraya non - seulement les hommes mais encore les chevaux, qui, rompant leurs licols, augmenterent encore le désordre & la confusion des affiégeants, Il ne leur für pas même aisé de Ieller, de brider & de monter ceux que la peur n'avoit pas emportés, les Achéens causant parmi eux un tumulte qu'on n'eût jamais attendu d'un fi petir nombre. L'infanterie de Diophanes s'étant jetée à son tour sur les ennemis épars de côté & d'autre, & à moitié en, dormis , en fit un grand carnage, & mir en déroute ceux qui purent échapper à fes coups. Diophanes les ayant poursuivis tant qu'il le put sans s'exposer , rentra triomphant dans la ville , après avoir fignalé la valeur de la Nation Achéenne, & mérité l'estime de tous les habitants de Pergame,tanthommes que femmes, qui avoient vu fon action de leurs murailles.

[ocr errors]

Le lendemain les troupes de Seleu.. cusse posterent à cinq cents pas plus loin de la ville, mais dans un meilleur.or. dre, & avec plus de circonspection. Les Achéens de leur côté parurent à la même heure & au même lieu que la veille. Pendant plusieurs heures, les deux partis se tinrent l'un & l'autre en respect, comme s'ils eussent attendu le signal de l'attaque. Un peu avant le coucher du soleil, comme il étoit temps de rentrer dans le camp, les assiégeants commencerent à lever les enseignes & à se former en colonnes de marche plutôt qu'en ordre de bataille. Diophanes ne quitta point son poste, tant qu'il fuc à portée d'être apperçu d'eux. Ensuite il chargea leur arriere - garde avec la même vigueur que le premier jour ; les assiégeants furent encore fi déconcertés, qu'ils la laifferent tailler en pieces, sans que personne osât faire volte-face, pour arrêter l'ennemi i qui les mena battant jusques aux portes de leur camp, où ils se retirerent dans une extrême confufion , & gardant à peine l'ordre de marche. Cette audace des Achéens força enfin Se- Seleucas leucus de renoncer au fiege de Perge de Perg game,

& d'abandonner le pays. An- game, tiochus ayant appris que les Romains étoient arrivés avec Eumenes pour le..

[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

courir Adramytte, s'éloigna de cette ville, mais ravagca tout le pays d'alen .' tour. Il prit ensuite de force (1) Perée qui étoitune colonie de Mitylene; puis Cotton, Corylene , Aphrodisie, & Crene', toutes du premier affaut. Dela il s'en retourna à Sardes en passant par Thyatire. Pour Seleucus, il resta sur les côtes maritimes, d'où il inquiétoit quelques villes, pendant qu'il en rafsuroit d'autres. Les Romains, Eumenes & les Rhodiens allerent d'abord à Mitylene, & delà, en rebrouflant chemin, ramenerent la flotte à Elée d'où elle étoit partie. Ils aborderent ensuite dans l'Isle appellée Bachie, qui commande Phocée ou ils avoient deffein d'aller ; & après ayoir pillé les Temples qu'ils avoient respectés d'abord, & en avoir enlevélesstatues qui étoient très belles & en grand nombre dans cette Ille , ils s'approcherent de la ville même, dans le dessein de lui donner l'affaut. Mais jugeant que fans un fiege en regle, il leur seroit impossible de l'escalader l'é. pée à la main, sur-tout depuis qu'un renfort de trois mille hommes envoyé par Antiochus y éroit entré, ils abandonnerent aussi - tôt ce projet, rame

(1) Le nom de ces villes est peu connu dans la Géos Graphic.

[merged small][ocr errors]

nerent leurs vaisseaux dans l'isle ; &
bornerent toute leur expédition au pil-
lage des terres qui sont autour de la
yille.

Alors Eumenes fut renvoyé dans ses
Etars afin de préparer au Consul& à son
armée toutes les choses dont il avoit be-
soin pour passer l'Hellespont. La flotte
des Romains retourna á Samos avec les
vaisseaux des Rhodiens , où elle se
tint à la rade, pour être à portée de
s'opposer aux mouvements que Polyxe-
nidas pourroit faire du côré d'Ephese.
Pendant le séjour qu'elle y fit,

M. Emilius,frere du Préteur,in ourut. Les Rhodiens, après avoir célébré ses funérailles, en partirent avec treize de leurs galeres, une quinquérême de Cos, & une de Cnide , & croiferent auprès de Rhodes, pour empêcher le passage de la flotte , qu'on disoit être partie de Syrie. Deux jours ayant qu'Eudamus vînt de Samos avec sa florte , Pamphilidas qu'on avoit déja envoyé au-devant de cette flotte avec treize vaisseaux Rhodiens, y joignit encore en passant quatre galeres qui gardoient la Carie; ensuite il alla faire lever le siege de De. dale, & de quelques autres petits forts: Les Rhoa Eudamus eur ordre de se remettre sur le diens vone champ en mer, après avoir ajouté fix de la forte navires sans pont à la flotte qu'il avoir de Syric.

[merged small][ocr errors]
« PoprzedniaDalej »